Un an après, où en sont nos fissures ?

À l’heure des bilans et des hommages organisés autour du triste anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne, chacun·e regarde le chemin parcouru tout en mesurant la puissance et la fréquence des répliques du tremblement de terre qui a touché le centre ville marseillais le 5 novembre 2018. De quelle manière cette histoire collective continue de se mêler à nos histoires personnelles ? Cette question sonne de façon particulièrement vive pour les familles et les proches des victimes, ou encore pour toutes les personnes qui ont été délogé·e·s durant cette année – un chiffre qui s’élève aujourd’hui à près de 4000. Pour nous tou·te·s, la menace d’un effondrement – similaire à celui qui a déjà eu lieu – et du “péril imminent”, placardé sur les façades d’immeubles, affecte profondément les manières de vivre et d’habiter.

En eaux troubles

État des lieux personnel : “Ça va mieux vos angoisses ?” me demandait ma voisine au lendemain du 5 novembre 2018. Mieux ? Pas sûr. Disons qu’il y a eu un déplacement.  Il reste de l’angoisse, le rapport entre tristesse et colère s’est inversé, l’écœurement a fait place à un profond sentiment d’injustice, mais le temps et la raison ont peut-être atténué certaines émotions initiales. Comment lutter contre l’oubli ? Si des choses se sont éteintes, d’autres doivent rester incandescentes : il s’agit de continuer à être habité·e·s par l’inquiétude, l’intranquillité, car ce sont des moteurs pour réfléchir et agir – autrement dit, pour reprendre les mots de la philosophe américaine Donna Haraway, il nous faudrait “habiter le trouble”. Face à la situation, qui ne semble pas s’améliorer, nul ne devrait rester désaffecté.

Ce n’était pas la pluie. Et pourtant, quand il pleut des cordes, comme souvent en ce mois de novembre 2019, il m’arrive d’être inquiète. De sentir que le sol bouge sous mes pieds, que tout ce qui m’entoure tremble. C’est peut-être le charme de l’ancien, qui est tantôt jugé esthétique – ces tomettes ont du cachet ! – tantôt dangereux – “quand est-ce qu’on considère vivre dans un logement insalubre?” me demandait récemment une hôte venue du Nord, en regardant le plafond, qui avait perdu, ce jour-là, un (petit) bout. Nous vivons sur des roulettes, comme le disait l’écrivaine Valérie Manteau depuis son appartement situé à Noailles. Si notre sol n’est pas plat et que nous risquons de glisser, au lieu de rire avec ironie parce que “C’est Marseille !”, il faut rester en alerte. Or la fragilité de cet habitat auquel nous sommes attaché·e·s nous saute à la figure à chaque fois qu’il pleut.

Homère, la place et son public

Le 4 novembre 2019 au soir, collectifs et associations à l’origine de la semaine d’hommage intitulée “Noailles debout” ont proposé une veillée de lumières sur la place Homère.

Si le nom de cette semaine d’événements peut faire penser au mouvement des places “nuit debout” (une résonance volontaire ?), l’ambiance esthétique et politique de cette première veillée y faisait également écho. Rassemblé·e·s sur une petite place publique, des habitant·e·s du quartier de Noailles et des passant·e·s se sont retrouvé·e·s pour partager un repas, discuter de l’avenir de leurs habitations, de leur ville et écouter les voies du plateau de la nouvelle Radio Noailles s’élever dans la nuit éclairée. Une phrase répétée en boucle au micro témoigne des enjeux et de la sensibilité des questions soulevées ce soir là  : “Tout ça s’est politique. Ils ne veulent pas des noirs et des arabes, c’est tout.”

En descendant la rue d’Aubagne, pour rejoindre la place Homère.
Le lieu des effondrements.
À la place des immeubles effondrés, le trou noir.
Place Homère, les guirlandes, les fanions, les visages, les lumières.
Chutes de tissus et couleurs du monde.
Le buste d’Homère dans un faisceau lumineux.

La nuit du 4 novembre 2019 à Noailles, il faisait froid et la place joliment décorée m’a amenée à considérer le buste du mythique poète grec juché sur sa colonne sous une nouvelle lumière. Je n’ai pas la mémoire des noms de rues et de places, mais cette soirée chaleureuse m’aura permis d’ancrer ce nom dans ma mémoire : “Place Homère”. Trop tard, car il s’agissait déjà de la rebaptiser “Place du 5-novembre”, sous les mots de l’auteur marseillais Serge Valetti :

Le texte intégral est aussi lisible sur ce lien.

Le lendemain matin, à 8h30, une foule silencieuse s’était rassemblée sur la-dite place publique. Si beaucoup de têtes étaient les mêmes que la veille, la présence massive de journalistes et d’instruments de captation vidéo, audio et scripturaux en tous genres était remarquable. Sortant moi-même mon petit enregistreur alors que j’observai Benoît Gilles, rédacteur en chef de Marsactu et spécialiste du mal-logement, dégainer son calepin de journaliste, j’ai senti affleurer le vertige d’une redondance infinie de la mise en mémoire et en enregistrement de la situation. Chroniqueuse parmi les chroniqueur/se·s – ou bien voyeuse parmi les voyeur/se·s, les minutes de silence dédiées aux victimes des effondrements se sont pour moi teintées d’une ironie désagréable. En regardant derrière son épaule un jeune homme commenter sa propre vidéo de la commémoration diffusée en live sur un réseau social, je me suis prise à me demander à qui nous parlions. Quel est le “public” extérieur à toutes ces chroniques de l’événement ? Où se trouve-t-il ? Parlons-nous à d’autres qu’à nous-mêmes ? Qui est touché ?

Scène médiatique et géographie du concernement

La couverture médiatique de l’anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne tend à montrer que ce drame continue de toucher au delà même de la ville de Marseille. Si le New York Times n’a peut-être pas réitéré son intérêt de l’année dernière pour l’habitat insalubre marseillais, les journaux nationaux se sont emparés du “un an après”. Libération a par exemple publié plusieurs articles à ce sujet, dont un entretien glaçant avec Martine Vassal, obsédée par son désir d’être élue maire de Marseille en 2020. Le journal a également consacré sa une à l’anniversaire des effondrements :

Une autre une se démarque, celle de l’hebdomadaire culturel Télérama, qui a mis en lumière certains membres du Collectif de 5 novembre :

Pourtant, cette une n’était pas d’envergure nationale. Elle a été spécialement éditée pour la région marseillaise, laissant au reste de la France le loisir de méditer sur la citation du chanteur et acteur Philippe Katerine : “Je suis mollement anarchiste”.

Les lectrices et les lecteurs de Télérama qui ne résident pas à Marseille ont tout de même eu la possibilité de lire les deux doubles pages de l’hebdomadaire consacrées à Noailles et aux suite des effondrements de la rue d’Aubagne. On peut toutefois questionner la stratégie de diffusion du magazine : s’agissait-il de susciter l’intérêt pour une question régionale auprès d’un lectorat national ? ou bien d’augmenter les ventes localement en appâtant le lectorat marseillais ?

La relation que les médias entretiennent avec le drame du 5 novembre et la question du logement à Marseille varie très largement et laisse planer le doute sur les intentions sous-jacentes à la production journalistique. D’un côté, on peut saluer le travail analytique et critique de longue haleine que certain·e·s journalistes produisent, parfois via de belles collaborations – on pense par exemple à l’enquête collective portée par Marsactu, La Marseillaise, le Ravi et Médiapart qui se sont associés depuis début 2019 “pour disséquer la gestion par la Ville de Marseille de son patrimoine dégradé du centre-ville”. D’un autre côté, une présence médiatique parfois voyeuriste sème le trouble et dérange, comme lors des 8 minutes de silence organisées le 5 novembre 2019 sur la place Homère. Attiré·e·s réciproquement, caméras et personnages politiques – i.e. Samia Ghali et Patrick Menucci – ont provoqués l’ire d’une partie de la foule présente ce jour-là. Face aux élu·e·s indésirables, la colère s’est vite exprimée : “Vous n’avez rien à faire là, dégagez !” Pour les caméras baladeuses, à l’affût des images sensationnelles, des membres du Collectif du 5 novembre ont improvisé un petit service d’ordre afin de protéger les familles venues se recueillir sur le lieu des effondrements : “Vous ne laisser pas passer les journalistes !” pouvait-on entendre. 

Dans la rue d’Aubagne, les caméras se pressent à l’arrivée de Patrick Menucci et Samia Ghali.
Devant les barrières, les caméras filment les proches des victimes venues déposer fleurs et photos sur le lieu des effondrements. Elles resteront bloquées par des membres du Collectif du 5 novembre, veillant à préserver l’intimité des familles.

Pris dans un mille feuille allant de l’expérience la plus intime – des parents qui pleurent un fils, une fille, des proches venus se recueillir en la mémoire d’un·e ami·e – aux enjeux les plus politiques – le bilan catastrophique de la gestion municipale, la perspective des élections – l’hommage aux victimes du 5 novembre 2019 ne pouvait pas laisser indifférent. À chacun·e de se demander ce qu’il/elle faisait là et pour quelle raison il/elle se sent toujours concerné·e par le drame de la rue d’Aubagne et ses suites. Il faut espérer qu’il n’y avait ce jour-là que des “bonnes raisons” d’être présent. Mais les dissymétries de points de vue, d’intérêts, de pouvoirs, ne peuvent tout à fait se cacher derrière l’apparence unitaire du rassemblement. Il reste que, quand les murmures de la foule se sont propagés en scandant “Ni oubli, ni pardon”, je crois que nous sommes beaucoup à avoir eu des frissons.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.