Le péril ordinaire

Premier samedi de décembre, la saison est aux courses de Noël dans les petites boutiques des environs du Cours Julien. Je retrouve une amie qui habite Noailles depuis plusieurs années, à deux pas de là où se sont effondrés les immeubles le 5 novembre 2018. Autour d’un chocolat chaud, elle me raconte que, depuis un an, son îlot d’habitation, et son immeuble en particulier, font l’objet d’une attention particulière de la part des services techniques de la mairie. Mais ce n’est que depuis quelques semaines qu’elle a eu vent des procédures en cours sur son logement. Ces derniers temps en effet, des experts sont venus visiter la cage d’escalier, la cave, l’arrière cour, et ont alerté les trois locataires, tous dépendants du même propriétaire – un voisin, que leur immeuble était frappé d’un arrêté de péril ordinaire.

“Péril ordinaire”. L’expression m’a laissée circonspecte. On aurait dit une farce. Comment les mots “péril” et “ordinaire” peuvent-ils cohabiter de la sorte ?

***

PÉRIL :

A.− Synon. de danger.

1. a) État, situation d’une personne qui court de grands risques, qui est menacée dans sa sécurité, dans ses intérêts ou dans son existence même.

b) Situation d’une chose qui est menacée, qui risque la destruction.
2. Ce qui constitue une menace pour la sécurité d’une personne, l’existence d’une personne ou d’une chose.

ORDINAIRE :

1. a) Qui découle d’un ordre de choses
ou appartient à un type présenté comme commun et normal (pour ce à quoi réfère le syntagme).
“Végétalisation” – rue Bernard Du Bois
Si mon dictionnaire m’a confortée dans la sensation d’étrangeté provoquée par ce que je tiens pour un oxymore, la loi distingue en réalité deux formes de périls, que l’on retrouve décrits sur le site internet de la mairie de Marseille :
    • L’arrêté de péril est ordinaire lorsque la sécurité des locataires n’est pas immédiatement mise en jeu.
    • L’arrêté de péril est imminent si la sécurité des locataires est immédiatement mise en jeu.

Le site internet service-public.fr me permet de préciser d’avantage cette information : “Une procédure de péril ordinaire doit être engagée lorsque l’immeuble (ou ses parties communes) présente un danger non immédiat.” En apprentie interprète des textes administratifs, je comprends que l’adjectif ordinaire s’applique plus directement à la procédure qu’au péril en lui même. Cependant, l’idée d’un “danger non immédiat” maintient l’ambiguïté. Pour les habitant·e·s, la zone est trouble : il s’agirait de cohabiter avec la présence-absence du péril, de faire avec un danger à-venir–mais-pas-tout-de-suite, en attendant que des travaux soient réalisés. Le sablier s’écoule : si rien n’est fait, quand est-ce que le péril ordinaire devient imminent ?

Mon amie projette de déménager. Mais ce serait pour acheter, dit-elle. En fonction de son budget, elle cherche un petit appartement dans le centre-ville, peut-être avec un extérieur, ce serait un plus. Pourtant ses recherches ne donnent rien de concluant. Outre l’état des appartements qu’elle visite, son attention se focalise sur les escaliers délabrés, les fissures dans les murs, les communs dégradés, les possibles déboires à venir au sein des copropriétés. Elle reste donc pour l’instant dans son appartement ordinairement dangereux, normalement dégradé, en plein cœur de Noailles. Entre son propriétaire qui ne mesure apparemment pas l’enjeu d’une rénovation de l’immeuble et l’agence immobilière qui fait la sourde oreille aux expertises, le péril ordinaire dure, menaçant la sécurité des habitant·e·s dans un avenir indéfini. Pourtant, sur le site internet de ce grand cabinet marseillais, qui gérait le n°67 de la rue d’Aubagne, démoli par les pompiers le 5 novembre 2018, après l’effondrement des n°63 et 65,  on apprend que “Sécurité” et “Efficacité” sont les maîtres mots. Voici comment le cabinet immobilier s’adresse aux propriétaires qui souhaitent lui déléguer la gestion de leur biens à louer :

“La gestion locative devient de plus en plus complexe et technique, l’assistance d’un professionnel vous permet une gestion efficace de votre patrimoine immobilier.”

Face à la complexité donc, l’agence se pose en “Intermédiaire ente le propriétaire et le locataire” et “cela permet, en laissant le temps, de préparer avec votre accord [ndlr : de propriétaire] une réponse adaptée aux exigences des locataires.”

Temporiser. C’est ce que propose en somme le cabinet Berthoz aux propriétaires de biens immobiliers. Or dans une situation de péril ordinaire, le temps qui passe rapproche toujours un peu plus du danger, qui pourrait finalement devenir imminent.

Photo de une : “Immeuble à vendre”, rue d’Aubagne, décembre 2019.

 

A-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne?

A écouter sur France culture : À-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne ?

Pour répondre à cette question fondamentale, Emmanuel Laurentin a invité trois experts : Karine Bonjour auteure de Rue d’Aubagne. Récit d’une rupture ; Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre et Guillaume Vuilletet, député LREM de la deuxième circonscription du Val-D’oise, auteur du rapport Simplifier les polices de l’habitat indigne. Promouvoir l’habitabilité durable pour tous.

Bien sur, la question de l’habitat insalubre est au cœur des échanges. On parle de Marseille et aussi de ce qui se joue à l’échelle nationale. Karine Bonjour rappelle l’importance de mesurer la rupture (c’est dans le titre de son livre) que représente le drame du 5 novembre 2018 qui a suscité une mobilisation citoyenne, une production “incroyable”, “foisonnante” et spontanée de la part des habitants de cette ville. A Marseille, “rien ne sera plus jamais comme avant” dit-elle. Un constat que nous (les auteures de ce blog) avons fait avec les mêmes mots rapidement après avoir commencé notre démarche ethnographique à Noailles et dans le centre marseillais. Rien ne sera plus jamais comme avant : avant les effondrements, avant les milliers de délogé.e.s (près de 4000 selon de collectif du 5.11)

Pour autant comme le rappelle Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre les sonnettes d’alarme concernant le logement insalubre ont été tirées depuis belle lurette à Marseille. Que ce soit le rapport Nicol qui fait état de 40 000 logements “potentiellement indignes” présentant “un risque pour la santé ou la sécurité de quelques 100000 habitants”, ou de la part de nombreux collectifs marseillais. C’est un point essentiel qui nous rappelle cette impensable réalité : “il est possible de mourir dans la deuxième plus grande ville de France simplement en dormant chez soi”, affirme avec force Liliana Lalonde, mère de Julien, mort dans les effondrements de la rue d’Aubagne (cf. son témoignage). C’est, comme le suggère Christophe Robert, “le symptôme de la crise du logement” qui conduit des personnes à faire le choix, ou plutôt à être contraintes, d’aller habiter dans des logements insalubres parce que le marché n’offre rien, ou si peu.

Le député pointe la diversité des situations de logements indignes, qui selon lui, sans les excuser, expliquerait l’inaction des pouvoirs publics. En ligne de mire, se sont les multiples procédures activées par les pouvoirs publics en fonction des cas. En résulte une grande complexité (parce que les responsabilités sont nombreuses) qui conduirait à l’inaction. Il ne faudrait toutefois pas se cacher derrière le spectre de la complexité pour oublier ce qui est en réalité à Marseille, l’indigence et l’incompétence des services supposés fournir des experts, en somme “l’incurie municipale et préfectorale” martèle Karine Bonjour. L’immeuble qui s’est effondré le 5 novembre avait été évacué un mois auparavant et des experts municipaux avaient assuré, après les soient disant travaux de rénovation, que les occupants pouvaient désormais regagner leur logement.

L’incurie, ce mot répété depuis un an pour qualifier les pouvoirs publics, nous l’avons entendu et il raisonne aujourd’hui chez tous ceux dont le logement inquiète, et qui savent pourtant qu’en tirant la sonnette d’alarme, tout ce qu’ils risquent est d’être évacué de chez eux, en logement temporaire. Mais un temporaire qui dure… Le député indique qu’un numéro a été mis en place. Si votre logement fissure, vous pouvez appeler le 0806 706 806. Des experts vous renseigneront sur la marche à suivre. C’est déjà quelque chose, sauf que comme le rappelle le représentant de la fondation Abbé Pierre, “un numéro c’est bien, c’est important, mais ce qu’il faut, ce sont des capacités d’action”. C’est bien d’avoir la marche à suivre, c’est encore mieux que les problèmes soient pris à bras le corps : des permanences juridiques pour les occupants des logements insalubres, des visites sur les sites, un accompagnement des ménages, une vraie mesure des conséquences juridiques des constats qui sont faits. Le problème marseillais ne se résume pas à 400 personnes dans les logements temporaires comme l’affirme le député, ni même à 3500 personnes délogées dans toute la ville (certaines ayant trouvé par elles mêmes leur solution) mais à bien plus, puisque le problème est systémique. Quand on réquisitionne des logements d’urgence pour les délogés, ce sont les SDF qui pâtissent, et que dire de tous ceux qui, résignés, restent dans leur logement se demandant au quotidien si leur toit ne va pas leur tomber sur la tête?

Enfin, il est intéressant de prendre exemple sur d’autres villes qui ont pris à bras le corps le problème des logements identifiés comme inhabitables. Paris l’a fait en imposant des travaux de rénovation, mais celle ci n’est pas sans effet sur la redoutable gentrification qui exclut depuis le début des années 2000, les ménages les plus modestes hors de la capitale. Ainsi, face à ce spectre contre lequel s’insurgent tous les habitants de Marseille, l’intervention des pouvoirs publics en la matière doit être associée à des actions en faveur de l’accessibilité des centres urbains, termine le représentant de la Fondation abbé Pierre.

Un an après, où en sont nos fissures ?

À l’heure des bilans et des hommages organisés autour du triste anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne, chacun·e regarde le chemin parcouru tout en mesurant la puissance et la fréquence des répliques du tremblement de terre qui a touché le centre ville marseillais le 5 novembre 2018. De quelle manière cette histoire collective continue de se mêler à nos histoires personnelles ? Cette question sonne de façon particulièrement vive pour les familles et les proches des victimes, ou encore pour toutes les personnes qui ont été délogé·e·s durant cette année – un chiffre qui s’élève aujourd’hui à près de 4000. Pour nous tou·te·s, la menace d’un effondrement – similaire à celui qui a déjà eu lieu – et du “péril imminent”, placardé sur les façades d’immeubles, affecte profondément les manières de vivre et d’habiter.

En eaux troubles

État des lieux personnel : “Ça va mieux vos angoisses ?” me demandait ma voisine au lendemain du 5 novembre 2018. Mieux ? Pas sûr. Disons qu’il y a eu un déplacement.  Il reste de l’angoisse, le rapport entre tristesse et colère s’est inversé, l’écœurement a fait place à un profond sentiment d’injustice, mais le temps et la raison ont peut-être atténué certaines émotions initiales. Comment lutter contre l’oubli ? Si des choses se sont éteintes, d’autres doivent rester incandescentes : il s’agit de continuer à être habité·e·s par l’inquiétude, l’intranquillité, car ce sont des moteurs pour réfléchir et agir – autrement dit, pour reprendre les mots de la philosophe américaine Donna Haraway, il nous faudrait “habiter le trouble”. Face à la situation, qui ne semble pas s’améliorer, nul ne devrait rester désaffecté.

Ce n’était pas la pluie. Et pourtant, quand il pleut des cordes, comme souvent en ce mois de novembre 2019, il m’arrive d’être inquiète. De sentir que le sol bouge sous mes pieds, que tout ce qui m’entoure tremble. C’est peut-être le charme de l’ancien, qui est tantôt jugé esthétique – ces tomettes ont du cachet ! – tantôt dangereux – “quand est-ce qu’on considère vivre dans un logement insalubre?” me demandait récemment une hôte venue du Nord, en regardant le plafond, qui avait perdu, ce jour-là, un (petit) bout. Nous vivons sur des roulettes, comme le disait l’écrivaine Valérie Manteau depuis son appartement situé à Noailles. Si notre sol n’est pas plat et que nous risquons de glisser, au lieu de rire avec ironie parce que “C’est Marseille !”, il faut rester en alerte. Or la fragilité de cet habitat auquel nous sommes attaché·e·s nous saute à la figure à chaque fois qu’il pleut.

Homère, la place et son public

Le 4 novembre 2019 au soir, collectifs et associations à l’origine de la semaine d’hommage intitulée “Noailles debout” ont proposé une veillée de lumières sur la place Homère.

Si le nom de cette semaine d’événements peut faire penser au mouvement des places “nuit debout” (une résonance volontaire ?), l’ambiance esthétique et politique de cette première veillée y faisait également écho. Rassemblé·e·s sur une petite place publique, des habitant·e·s du quartier de Noailles et des passant·e·s se sont retrouvé·e·s pour partager un repas, discuter de l’avenir de leurs habitations, de leur ville et écouter les voies du plateau de la nouvelle Radio Noailles s’élever dans la nuit éclairée. Une phrase répétée en boucle au micro témoigne des enjeux et de la sensibilité des questions soulevées ce soir là  : “Tout ça s’est politique. Ils ne veulent pas des noirs et des arabes, c’est tout.”

En descendant la rue d’Aubagne, pour rejoindre la place Homère.

Le lieu des effondrements.

À la place des immeubles effondrés, le trou noir.

Place Homère, les guirlandes, les fanions, les visages, les lumières.

Chutes de tissus et couleurs du monde.

Le buste d’Homère dans un faisceau lumineux.

La nuit du 4 novembre 2019 à Noailles, il faisait froid et la place joliment décorée m’a amenée à considérer le buste du mythique poète grec juché sur sa colonne sous une nouvelle lumière. Je n’ai pas la mémoire des noms de rues et de places, mais cette soirée chaleureuse m’aura permis d’ancrer ce nom dans ma mémoire : “Place Homère”. Trop tard, car il s’agissait déjà de la rebaptiser “Place du 5-novembre”, sous les mots de l’auteur marseillais Serge Valetti :

Le texte intégral est aussi lisible sur ce lien.

Le lendemain matin, à 8h30, une foule silencieuse s’était rassemblée sur la-dite place publique. Si beaucoup de têtes étaient les mêmes que la veille, la présence massive de journalistes et d’instruments de captation vidéo, audio et scripturaux en tous genres était remarquable. Sortant moi-même mon petit enregistreur alors que j’observai Benoît Gilles, rédacteur en chef de Marsactu et spécialiste du mal-logement, dégainer son calepin de journaliste, j’ai senti affleurer le vertige d’une redondance infinie de la mise en mémoire et en enregistrement de la situation. Chroniqueuse parmi les chroniqueur/se·s – ou bien voyeuse parmi les voyeur/se·s, les minutes de silence dédiées aux victimes des effondrements se sont pour moi teintées d’une ironie désagréable. En regardant derrière son épaule un jeune homme commenter sa propre vidéo de la commémoration diffusée en live sur un réseau social, je me suis prise à me demander à qui nous parlions. Quel est le “public” extérieur à toutes ces chroniques de l’événement ? Où se trouve-t-il ? Parlons-nous à d’autres qu’à nous-mêmes ? Qui est touché ?

Scène médiatique et géographie du concernement

La couverture médiatique de l’anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne tend à montrer que ce drame continue de toucher au delà même de la ville de Marseille. Si le New York Times n’a peut-être pas réitéré son intérêt de l’année dernière pour l’habitat insalubre marseillais, les journaux nationaux se sont emparés du “un an après”. Libération a par exemple publié plusieurs articles à ce sujet, dont un entretien glaçant avec Martine Vassal, obsédée par son désir d’être élue maire de Marseille en 2020. Le journal a également consacré sa une à l’anniversaire des effondrements :

Une autre une se démarque, celle de l’hebdomadaire culturel Télérama, qui a mis en lumière certains membres du Collectif de 5 novembre :

Pourtant, cette une n’était pas d’envergure nationale. Elle a été spécialement éditée pour la région marseillaise, laissant au reste de la France le loisir de méditer sur la citation du chanteur et acteur Philippe Katerine : “Je suis mollement anarchiste”.

Les lectrices et les lecteurs de Télérama qui ne résident pas à Marseille ont tout de même eu la possibilité de lire les deux doubles pages de l’hebdomadaire consacrées à Noailles et aux suite des effondrements de la rue d’Aubagne. On peut toutefois questionner la stratégie de diffusion du magazine : s’agissait-il de susciter l’intérêt pour une question régionale auprès d’un lectorat national ? ou bien d’augmenter les ventes localement en appâtant le lectorat marseillais ?

La relation que les médias entretiennent avec le drame du 5 novembre et la question du logement à Marseille varie très largement et laisse planer le doute sur les intentions sous-jacentes à la production journalistique. D’un côté, on peut saluer le travail analytique et critique de longue haleine que certain·e·s journalistes produisent, parfois via de belles collaborations – on pense par exemple à l’enquête collective portée par Marsactu, La Marseillaise, le Ravi et Médiapart qui se sont associés depuis début 2019 “pour disséquer la gestion par la Ville de Marseille de son patrimoine dégradé du centre-ville”. D’un autre côté, une présence médiatique parfois voyeuriste sème le trouble et dérange, comme lors des 8 minutes de silence organisées le 5 novembre 2019 sur la place Homère. Attiré·e·s réciproquement, caméras et personnages politiques – i.e. Samia Ghali et Patrick Menucci – ont provoqués l’ire d’une partie de la foule présente ce jour-là. Face aux élu·e·s indésirables, la colère s’est vite exprimée : “Vous n’avez rien à faire là, dégagez !” Pour les caméras baladeuses, à l’affût des images sensationnelles, des membres du Collectif du 5 novembre ont improvisé un petit service d’ordre afin de protéger les familles venues se recueillir sur le lieu des effondrements : “Vous ne laisser pas passer les journalistes !” pouvait-on entendre. 

Dans la rue d’Aubagne, les caméras se pressent à l’arrivée de Patrick Menucci et Samia Ghali.

Devant les barrières, les caméras filment les proches des victimes venues déposer fleurs et photos sur le lieu des effondrements. Elles resteront bloquées par des membres du Collectif du 5 novembre, veillant à préserver l’intimité des familles.

Pris dans un mille feuille allant de l’expérience la plus intime – des parents qui pleurent un fils, une fille, des proches venus se recueillir en la mémoire d’un·e ami·e – aux enjeux les plus politiques – le bilan catastrophique de la gestion municipale, la perspective des élections – l’hommage aux victimes du 5 novembre 2019 ne pouvait pas laisser indifférent. À chacun·e de se demander ce qu’il/elle faisait là et pour quelle raison il/elle se sent toujours concerné·e par le drame de la rue d’Aubagne et ses suites. Il faut espérer qu’il n’y avait ce jour-là que des “bonnes raisons” d’être présent. Mais les dissymétries de points de vue, d’intérêts, de pouvoirs, ne peuvent tout à fait se cacher derrière l’apparence unitaire du rassemblement. Il reste que, quand les murmures de la foule se sont propagés en scandant “Ni oubli, ni pardon”, je crois que nous sommes beaucoup à avoir eu des frissons.

 

 

Renommer la place Homere, place du 5 novembre

Sur le facebook du Collectif du 5 Novembre ce soir est reproduit le texte qui a accompagné la pose d’une plaque Rue d’Aubagne dans la soirée du 5 “R

[PLACE DU 5 NOVEMBRE]

Le 05.11.2019 Noailles inaugurait La Place du 5 novembre sur un texte écrit pour cette occasion par Serge Valletti, auteur de théâtre, scénariste et comédien marseillais, à la clameur des Crieurs de rue. Voici la version intégrale du texte. Le C5nov les remercient.

Marseillaises, Marseillais,
vous tous ici aujourd’hui rassemblés, regardez bien ce buste de notre grand ancêtre Homère.
La tradition nous raconte que cet immense poète grec était aveugle.
Mais il n’était pas sourd !!!
Alors, le 5 novembre 2018 à neuf heures zéro cinq précisément,
il n’a pas pu ne pas entendre ce grand, cet énorme, ce terrible bruit :
celui de l’ effondrement des immeubles numéro 63 et 65 de notre aimée rue d’Aubagne à laquelle il tourne le dos !
C’étaient des tonnes de pierres, de briques, de parpaings, de clous, de planches de vieux bois rongées par l’humidité,
de poutres vermoulues et pourries qui engloutissaient les vies de ses proches voisins !
Et, au milieu de cette fracassante déflagration, a-t-il aussi entendu leurs derniers soupirs ?

A-t-il entendu les lamentations de tout un quartier qui perdait ses enfants ?
A-t-il entendu l’incroyable cri de révolte qui soulevait notre ville ?
A-t-il entendu les cris de tout ceux que l’on chassait précipitamment de chez eux ?
A-t-il entendu toutes ces portes se refermer violemment sur les souvenirs des vies passées ?

A-t-il entendu les bruits des chaînes et des cadenas vissés précipitamment partout dans Marseille ?
Et les gémissements de honte de celles et ceux qui devaient affronter l’extérieur, en pantoufles ou même pieds-nus, en pyjama ?
Les miaulements des chats qui mourraient lentement de faim et de soif dans les appartements fermés ?
La course des rats qui pullulaient dans les immeubles désertés ?
Le suintement de l’eau qui s’infiltrait partout ?

Les a-t-il entendu ?
Et les claquements des tirs des gaz lacrymogènes lancés contre ceux qui ne comprenaient pas ?
Les questions sans réponse que tout un peuple se posait ?
Les mains qui se tendaient les unes vers les autres pour se soutenir et s’aider ?
A-t-il entendu les moteurs des tractopelles qui cherchaient les corps,
les glapissements des chiens séparés de leurs maîtres, emportés par la SPA,
les camions bourrés de gravats et de traces de mémoire : un petit cadre doré, une écharpe de soie, un géranium en plastique ?
Le grondement des CRS qui marchaient au pas ? Les justifications improbables des décideurs ?
Les délégations officielles visitant le quartier sous escorte ?

A-t-il entendu les appels à l’aide et à la solidarité ?
Les rideaux des commerces que l’on tirait à jamais, les divagations des plus désorientés,
les marchands de sommeil argumentant que ce n’était pas de leur faute,
les rumeurs de tout ordre, les craquements soudains, réels ou imaginaires, qui donnaient le frisson,
le papier et le scotch des arrêtés de péril placardés par centaines,
le calme du Cours Lieutaud fermé à la circulation ?

Et les a-t-il entendus aussi les petits gémissements des enfants qui font des cauchemars,
les cafards qui finissaient les reliefs des repas dressés sur des tables pour des invités qui ne viendront plus,
les témoignages des gens qui étaient là et qui ne s’en remettront jamais, les revendications de ceux qui réclament justice ?

Les serins dans leur cage qui se sont tus pour toujours,
les milliers de punaises de lit émigrant pour envahir la ville entière, les pleurs des marins-pompiers ainsi que les excuses de certains policiers,
les allées-venues incessantes des hommes et des femmes, jeunes et vieux qui apportaient des couvertures, des vêtements et des jouets,
les cuisines improvisées pour nourrir les délogés, les cris des cassandres prédisant que ce n’était qu’un début !

Et les mouches, non ?
qui commençaient à coloniser les immondes balayures dans des poubelles qu’on n’avait pas eu le temps de sortir,
l’intérieur miasmatique des frigos pourrissant,
le silence de rues entières à peine rompu par les appels discrets de rusés promoteurs tentant,
chafouins et l’air de rien, de saisir une excellente opportunité, les a-t-il entendu ?

Et ces corps anonymes que l’on a pas pu, pas su ou pas voulu chercher ?
L’a-t-il aussi entendu, ce vide, cette absence ?
L’a-t-il entendu ?

Ce buste du grand poète grec Homère, lui, ne nous répondra jamais,
mais en décidant, aujourd’hui, un an jour pour jour après ce drame, de donner un nom à ce carrefour,
nous voulons justement que ces bruits, tous ces bruits, ces sons terrifiants et révoltants
restent à jamais dans les mémoires de ceux qui passeront un jour ici !

Ils demanderont pourquoi sur ce mur cette date est inscrite et gravée ?
Et quelqu’un, peut-être un poète, plus sûrement un simple habitant saura leur raconter ce qu’il s’est passé, ce jour-là !
Dans le dos de ce buste !
Et surtout dans notre dos à tous !

Pourquoi, au fil des années, l’indifférence, la négligence, l’appât du gain, la morgue et le mépris,
lentement et dans un grand silence, ont provoqué tous les bruits d’un tel désastre ?

Mêlons donc tous à présent nos cris de vivants, nos tambours et nos plus belles musiques
à cet inoubliable vacarme passé, non pas pour le couvrir et l’oublier, mais pour le rejeter le plus loin possible de nous !
Et baptisons donc aujourd’hui officiellement ce lieu :
PLACE DU 5 NOVEMBRE

5 novembre 2019: “ni oubli ni pardon”

Aujourd’hui, place Homère à Marseille, 8 minutes de silence en hommage aux 8 victimes des effondrements de la rue d’Aubagne. Les gens sont nombreux près de l’autel en hommage aux “martyrs” de la rue d’Aubagne. Un peu avant 9 heures, la place se remplit d’une foule silencieuse, les gens s’amassent, d’autres s’étreignent le visage, tristes, les grosses caméras et les petits téléphones flottent au dessus de la foule pour immortaliser l’événement. Les journalistes sont venus nombreux.

Les huit minutes de silence commencent : les huit torches brûlent, quelques ballons s’envolent et l’église occupe le fond sonore avec ses cloches pour dire elle aussi son soutien.

Au dessus de la place, le slogan “ni oubli ni pardon” flotte depuis les fenêtres d’un appartement comme pour dire que l’on ne pourra plus détourner le regard face au fléau du logement indigne. Après le silence des huit minutes, l’apparition dans le quartier de certaines figures politiques, comme Patrick Mennucci ou Samia Ghali, suscite l’indignation : les voix montent à l’unisson pour dire leur refus “de se faire voler” cette commémoration. Pas de récupération disent-ils. Des gens crient de manière spontanée leur colère: “assassins”, “honte à vous”, “c’est trop tard”, “C’est des vies qui sont parties. Assassins vous le saviez!”, “bandes de cafards”. Une femme demande à tue tête: “mais que fait la justice?”, une autre répond: “elle est aveugle!”.

On se serre alors sur la place pour crier que “nous sommes tous des enfants de Marseille” ou pour scander “ni oubli ni pardon”, “Qui sème la misère récolte la colère”…

Alain Barlatier, vidéaste, retrace lui aussi cette matinée pleine de tristesse et de colère : https://pcdmq.blogspot.com/?view=magazine

Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement “La rue du rock” en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants “Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement?”, ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour “crime contre l’humanité” s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de “violences extrêmes” qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. “On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique”.

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder “avant les luttes”.

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être “agité” ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses “coupables” de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de “jungle” ou “forêt sauvage” “oubliée” depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d'”Etre forêt”, est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie, ” ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles.” (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de “restitution” : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : “Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes”. L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne “parlent pas bien” et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d'”expliquer”. L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de “vulgariser” mais de “démocratiser le récit”.

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des “experts” peut être lue comme un argument “climatosceptique”, l’explicitation des distinctions entre “science ” et “expertise”.

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

un an après les effondrements, “des vies suspendues”

C’est l’une des phrases extraites de l’article que le quotidien du médecin consacre aux observations des membres d’un collectif de prise en charge psychologique déployé depuis plusieurs mois et coordonnée par le Dr Flavie Derynck. La “file active” est actuellement constituée de 500 personnes. Un éclairage sur les conséquences en termes de santé mentale et d’enjeux médico-psychologiques de cette crise.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/effondrements-marseille-le-dispositif-de-prise-en-charge-psychologique-ete-elargi-et-renforce?fbclid=IwAR3idhN_OkD6frFimJgNEBtBKIkkTcRcQKKojnoWpnSENNVS5wqkm05bxcE

Une chaîne consacrée a la préparation du film d’alain barlatier, “Après l’effondrement”

Dans le cadre de son projet, Alain a filmé un ensemble d’habitants, d’activistes, d’artistes, de chercheurs, de personnes engagées dans des associations etc… Ces entretiens évoquent la manière dont l’effondrement les a affecté et a été à l’initiative de démarches très diverses. 28 vidéos à ce jour.

https://vimeo.com/channels/1463405

Les cartographies du mal logement après novembre 2018

Un travail évolutif de cartographie a été amorcé rapidement après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. Fondé sur une démarche collaborative entre des géographes, des étudiants et des militants contre le logement indigne, ce travail a évolué au fil des mois, montrant d’abord la propagation des arrêtés de péril et leur chronologie

Puis des parcours de personnes délogées ont été élaborés grâce à des enquêtes menées auprès de 400 ménages contraints de quitter leur logement mis en péril.

Quelques précisions sur la démarche sont accessibles sur le blog “urbaniCités