L’effondrement, ça ne fait pas de bruit ?

Nous vous invitons à écouter notre première capsule sonore – Autour du 5 novembre 2018 – et à lire le texte ci-dessous.

Cette capsule sonore est la première que nous proposons à l’écoute en ligne. Elle a été réalisée à partir d’extraits d’entretiens recueillis dans le cadre de notre projet collectif « Après l’effondrement ». Puisque nous nous étions données comme consigne, dès le début de l’enquête en février dernier, de commencer tous nos entretiens par la question « Où étiez-vous le 5 novembre ? », elle suit le fil des réponses que nous avons obtenues. Le montage permet d’entremêler ces différents points de vue sur l’événement et ses suites, afin d’en montrer la diversité et la complémentarité. Cette question initiale nous a permis d’amorcer les discussions avec nos interlocuteurs et de dérouler quelques fils autour de la question du bruit.

À l’occasion de conversations informelles et d’observation flottante dans le quartier Noailles et la rue d’Aubagne, plusieurs commerçant·e·s et habitant·e·s nous ont fait part du fait que leur souvenir de l’effondrement des immeubles était avant tout visuel, et non sonore. Les termes « poussière », « fumée », « brouillard » étaient évoqués, aboutissant au constat partagé que l’effondrement n’avait pas fait de bruit, en tout cas pas un bruit comme on pourrait l’imaginer quand un immeuble s’effondre. Pour une commerçante du bas de la rue d’Aubagne : « ça a fait juste un pschitt », « comme un château de cartes ». Pas de grand fracas donc, sauf pour les habitants situés à quelques mètres seulement du drame. Ceci est peut-être liée au contexte sonore bruyant du quartier : rue Estelle, un habitant nous a dit avoir entendu du bruit, mais il l’avait associé aux travaux de voirie réalisés alors sur le cours Lieutaud.

Si l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne n’a pas fait (beaucoup) de bruit, les conséquences de cet effondrement sur le paysage sonore quotidien du centre ville ont quant à elles été marquantes : les bruits des voitures de police et de pompiers, puis les attroupements et rapidement, les engins de chantier mobilisés pour de la recherche des corps et du déblaiement, ont imposés au voisinage une forte contrainte sonore. Ces bruits contrastent avec l’épaisseur du silence d’un périmètre du quartier coupé à la circulation des personnes.

L’absence de bruit peut aussi être métaphorique. Dans la capsule sonore, les propos de Fathi au sujet de l’absence de la moindre allusion aux effondrements lors de la réunion au conseil régional du jour même soulève des interrogations. Visiblement, dans les premières heures qui l’ont suivi, cet événement n’a pas eu de retentissement dans certaines sphères politiques. Deux immeubles s’effondrent : c’est le bruit de fond de la ville et cela ne perturbe pas les oreilles des élus. De la même manière, la tenue, le soir du 6 novembre, d’une manifestation de dégustation de chocolat pour les élu·e·s Les Républicains de la mairie du 6/8ème arrondissement de Marseille (en particulier le maire de secteur Yves Moraine et l’adjointe à l’urbanisme, Laure-Agnès Caradec) a été amplement commentée et perçue comme « indécente ».

Le bruit c’est aussi la forte mobilisation que l’on entend dans la capsule : plusieurs voix soulignent l’ampleur inédite, l’étincelle, qu’a suscité cet effondrement en termes de solidarité, de bouillonnement collectif. Ainsi la capsule s’ouvre sur le bruit des tambours iraniens qui ont accompagné la descente au flambeau de la rue d’Aubagne en hommage aux victimes des effondrements, lors de la journée de commémoration des 6 mois de l’événement (5 Mai 2019). D’autres tambours, que l’on entend furtivement en ouverture, annonçaient les clameurs des crieurs publics mobilisés ce même jour. Dans sa dernière partie, le montage inclut également des sons et des slogans recueillis dans le cadre d’une manifestation liées à la venue, à Marseille, du premier ministre Édouard Philippe et de son ministre du logement Julien Denormandie (12 Avril). Des extraits du 20ème carnaval de la plaine (10 Mars 2019) laissent ensuite se déployer d’autres sons et cris qui rappellent le 5 novembre en forme de procès délirant. Enfin, les paroles et sons entremêlés du Molotov soutiennent les propos de Marie, psychologue bénévole lors des permanences destinées aux personnes délogées que cette salle de concert du haut de la rue d’Aubagne accueille tous les lundis après-midi depuis plusieurs mois.

Des mobilisations d’une ampleur inédite donc, car comme le soulignent Jean Régis et Fathi, d’autres effondrements, d’autres morts, d’autres expulsions ont eu lieu dans la ville, sans donner lieu à ce qui est là qualifié d’ambiance ayant « frôlé l’insurrection ». Diletta s’interroge quant-à-elle sur l’importance de la présence physique d’un périmètre de sécurité autour du lieu des effondrements, de quelque chose qui gêne, pour éviter, comme dit Claire, qu’ « une actualité en chasse une autre » et que l’on passe à autre chose. C’est toute la question de la mémoire collective, ce qui fait trace et ce qui s’oublie.

Image de une – onde sonore : Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.