Les gravats bleus

Au cœur du quartier de Belsunce, en plein centre ville de Marseille, un tas de gravats attire le regard. Il est d’un bleu vif, électrique, cobalt ou céruléen, selon les nuances que chaque regard perçoit.  S’agit-il d’une de ces œuvres d’art contemporaines qui ponctuent désormais nos balades urbaines ? On pourrait le croire, tant l’esthétique de ce monticule surmonté d’une statue de Pinocchio est étrange.

Au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale, entre les barreaux qui surplombent un mur décoré de tags, le spectacle des gravats bleus.
Tags multicolores et gravats bleus égaient le quartier, comme s’il s’agissait d’une œuvre exposée lors des Belsunciades, festival artistique qui s’est déroulé du 10 au 21 juin 2019.

Il n’y a pourtant rien d’artistique, ni de poétique, dans ce tas de gravats, qui n’a pas toujours été bleu. Il provient de la démolition d’un immeuble de la rue la Fare, au numéro 15. Cet immeuble, qui était propriété de la ville, a été confié à la Soleam, société publique locale d’aménagement, pour qu’elle le détruise à partir de la fin de l’année 2018. La couleur bleue, quant-à elle, témoigne de l’usage d’un produit fixatif coloré, répandu le 23 mai dernier sur le tas, afin d’éviter que les gravats ne dispersent de l’amiante dans tout le quartier : “les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite.” C’est ce que révèle le journal d’investigation locale Marsactu :

 

En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Ces gravats bleus, qui ne seront pas enlevés avant la fin de l’été, vont donc continuer à orner le quartier de Belsunce, déjà marqué par les grilles, plots de bétons et autre signes extérieurs de “péril” et d’insalubrité, ou encore par la multitude d’étais métalliques qui maintiennent les murs des immeubles debout.  Belsunce, comme Noailles, est un quartier où de nombreux habitant·e·s ont été évacué·e·s de leur logement, à la suite de l’inquiétude généralisée sur l’état du bâti que les effondrements de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018 ont mis au jour.

La destruction du 15 rue de la Fare n’a pourtant pas fait beaucoup de bruit, alors que les gravats s’ajoutent aux indices inlassablement accumulés qui dévoilent les “maux bleus” dont souffre la ville de Marseille. En effet, pour la mairie – et les autorités locales en général – “parler semble ridicule”, puisque les dangers associés au tas bleu ne sont pas communiqués aux passant·e·s ni aux riverain·e·s : l’article de Marsactu nous explique que le panneau générique indiquant la présence d’amiante dans les gravats a mystérieusement disparu au printemps. Est-ce alors pour représenter ce mensonge par omission qu’une personne – au sens poétique et politique visiblement affûté – a installé une statue de Pinocchio sur la crête de cette colline silencieuse ? Sans aucun doute, nous assistons-là à une nouvelle rencontre manquée entre les pouvoirs publics et les citadin·e·s.

“Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile”

Les mots bleus, Christophe – 1974


Une réflexion sur « Les gravats bleus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.