Archives par mot-clé : médias

Renommer la place Homere, place du 5 novembre

Sur le facebook du Collectif du 5 Novembre ce soir est reproduit le texte qui a accompagné la pose d’une plaque Rue d’Aubagne dans la soirée du 5 “R

[PLACE DU 5 NOVEMBRE]

Le 05.11.2019 Noailles inaugurait La Place du 5 novembre sur un texte écrit pour cette occasion par Serge Valletti, auteur de théâtre, scénariste et comédien marseillais, à la clameur des Crieurs de rue. Voici la version intégrale du texte. Le C5nov les remercient.

Marseillaises, Marseillais,
vous tous ici aujourd’hui rassemblés, regardez bien ce buste de notre grand ancêtre Homère.
La tradition nous raconte que cet immense poète grec était aveugle.
Mais il n’était pas sourd !!!
Alors, le 5 novembre 2018 à neuf heures zéro cinq précisément,
il n’a pas pu ne pas entendre ce grand, cet énorme, ce terrible bruit :
celui de l’ effondrement des immeubles numéro 63 et 65 de notre aimée rue d’Aubagne à laquelle il tourne le dos !
C’étaient des tonnes de pierres, de briques, de parpaings, de clous, de planches de vieux bois rongées par l’humidité,
de poutres vermoulues et pourries qui engloutissaient les vies de ses proches voisins !
Et, au milieu de cette fracassante déflagration, a-t-il aussi entendu leurs derniers soupirs ?

A-t-il entendu les lamentations de tout un quartier qui perdait ses enfants ?
A-t-il entendu l’incroyable cri de révolte qui soulevait notre ville ?
A-t-il entendu les cris de tout ceux que l’on chassait précipitamment de chez eux ?
A-t-il entendu toutes ces portes se refermer violemment sur les souvenirs des vies passées ?

A-t-il entendu les bruits des chaînes et des cadenas vissés précipitamment partout dans Marseille ?
Et les gémissements de honte de celles et ceux qui devaient affronter l’extérieur, en pantoufles ou même pieds-nus, en pyjama ?
Les miaulements des chats qui mourraient lentement de faim et de soif dans les appartements fermés ?
La course des rats qui pullulaient dans les immeubles désertés ?
Le suintement de l’eau qui s’infiltrait partout ?

Les a-t-il entendu ?
Et les claquements des tirs des gaz lacrymogènes lancés contre ceux qui ne comprenaient pas ?
Les questions sans réponse que tout un peuple se posait ?
Les mains qui se tendaient les unes vers les autres pour se soutenir et s’aider ?
A-t-il entendu les moteurs des tractopelles qui cherchaient les corps,
les glapissements des chiens séparés de leurs maîtres, emportés par la SPA,
les camions bourrés de gravats et de traces de mémoire : un petit cadre doré, une écharpe de soie, un géranium en plastique ?
Le grondement des CRS qui marchaient au pas ? Les justifications improbables des décideurs ?
Les délégations officielles visitant le quartier sous escorte ?

A-t-il entendu les appels à l’aide et à la solidarité ?
Les rideaux des commerces que l’on tirait à jamais, les divagations des plus désorientés,
les marchands de sommeil argumentant que ce n’était pas de leur faute,
les rumeurs de tout ordre, les craquements soudains, réels ou imaginaires, qui donnaient le frisson,
le papier et le scotch des arrêtés de péril placardés par centaines,
le calme du Cours Lieutaud fermé à la circulation ?

Et les a-t-il entendus aussi les petits gémissements des enfants qui font des cauchemars,
les cafards qui finissaient les reliefs des repas dressés sur des tables pour des invités qui ne viendront plus,
les témoignages des gens qui étaient là et qui ne s’en remettront jamais, les revendications de ceux qui réclament justice ?

Les serins dans leur cage qui se sont tus pour toujours,
les milliers de punaises de lit émigrant pour envahir la ville entière, les pleurs des marins-pompiers ainsi que les excuses de certains policiers,
les allées-venues incessantes des hommes et des femmes, jeunes et vieux qui apportaient des couvertures, des vêtements et des jouets,
les cuisines improvisées pour nourrir les délogés, les cris des cassandres prédisant que ce n’était qu’un début !

Et les mouches, non ?
qui commençaient à coloniser les immondes balayures dans des poubelles qu’on n’avait pas eu le temps de sortir,
l’intérieur miasmatique des frigos pourrissant,
le silence de rues entières à peine rompu par les appels discrets de rusés promoteurs tentant,
chafouins et l’air de rien, de saisir une excellente opportunité, les a-t-il entendu ?

Et ces corps anonymes que l’on a pas pu, pas su ou pas voulu chercher ?
L’a-t-il aussi entendu, ce vide, cette absence ?
L’a-t-il entendu ?

Ce buste du grand poète grec Homère, lui, ne nous répondra jamais,
mais en décidant, aujourd’hui, un an jour pour jour après ce drame, de donner un nom à ce carrefour,
nous voulons justement que ces bruits, tous ces bruits, ces sons terrifiants et révoltants
restent à jamais dans les mémoires de ceux qui passeront un jour ici !

Ils demanderont pourquoi sur ce mur cette date est inscrite et gravée ?
Et quelqu’un, peut-être un poète, plus sûrement un simple habitant saura leur raconter ce qu’il s’est passé, ce jour-là !
Dans le dos de ce buste !
Et surtout dans notre dos à tous !

Pourquoi, au fil des années, l’indifférence, la négligence, l’appât du gain, la morgue et le mépris,
lentement et dans un grand silence, ont provoqué tous les bruits d’un tel désastre ?

Mêlons donc tous à présent nos cris de vivants, nos tambours et nos plus belles musiques
à cet inoubliable vacarme passé, non pas pour le couvrir et l’oublier, mais pour le rejeter le plus loin possible de nous !
Et baptisons donc aujourd’hui officiellement ce lieu :
PLACE DU 5 NOVEMBRE