Archives par mot-clé : juridique

Le péril ordinaire

Premier samedi de décembre, la saison est aux courses de Noël dans les petites boutiques des environs du Cours Julien. Je retrouve une amie qui habite Noailles depuis plusieurs années, à deux pas de là où se sont effondrés les immeubles le 5 novembre 2018. Autour d’un chocolat chaud, elle me raconte que, depuis un an, son îlot d’habitation, et son immeuble en particulier, font l’objet d’une attention particulière de la part des services techniques de la mairie. Mais ce n’est que depuis quelques semaines qu’elle a eu vent des procédures en cours sur son logement. Ces derniers temps en effet, des experts sont venus visiter la cage d’escalier, la cave, l’arrière cour, et ont alerté les trois locataires, tous dépendants du même propriétaire – un voisin, que leur immeuble était frappé d’un arrêté de péril ordinaire.

“Péril ordinaire”. L’expression m’a laissée circonspecte. On aurait dit une farce. Comment les mots “péril” et “ordinaire” peuvent-ils cohabiter de la sorte ?

***

PÉRIL :

A.− Synon. de danger.

1. a) État, situation d’une personne qui court de grands risques, qui est menacée dans sa sécurité, dans ses intérêts ou dans son existence même.

b) Situation d’une chose qui est menacée, qui risque la destruction.
2. Ce qui constitue une menace pour la sécurité d’une personne, l’existence d’une personne ou d’une chose.

ORDINAIRE :

1. a) Qui découle d’un ordre de choses
ou appartient à un type présenté comme commun et normal (pour ce à quoi réfère le syntagme).
“Végétalisation” – rue Bernard Du Bois
Si mon dictionnaire m’a confortée dans la sensation d’étrangeté provoquée par ce que je tiens pour un oxymore, la loi distingue en réalité deux formes de périls, que l’on retrouve décrits sur le site internet de la mairie de Marseille :
    • L’arrêté de péril est ordinaire lorsque la sécurité des locataires n’est pas immédiatement mise en jeu.
    • L’arrêté de péril est imminent si la sécurité des locataires est immédiatement mise en jeu.

Le site internet service-public.fr me permet de préciser d’avantage cette information : “Une procédure de péril ordinaire doit être engagée lorsque l’immeuble (ou ses parties communes) présente un danger non immédiat.” En apprentie interprète des textes administratifs, je comprends que l’adjectif ordinaire s’applique plus directement à la procédure qu’au péril en lui même. Cependant, l’idée d’un “danger non immédiat” maintient l’ambiguïté. Pour les habitant·e·s, la zone est trouble : il s’agirait de cohabiter avec la présence-absence du péril, de faire avec un danger à-venir–mais-pas-tout-de-suite, en attendant que des travaux soient réalisés. Le sablier s’écoule : si rien n’est fait, quand est-ce que le péril ordinaire devient imminent ?

Mon amie projette de déménager. Mais ce serait pour acheter, dit-elle. En fonction de son budget, elle cherche un petit appartement dans le centre-ville, peut-être avec un extérieur, ce serait un plus. Pourtant ses recherches ne donnent rien de concluant. Outre l’état des appartements qu’elle visite, son attention se focalise sur les escaliers délabrés, les fissures dans les murs, les communs dégradés, les possibles déboires à venir au sein des copropriétés. Elle reste donc pour l’instant dans son appartement ordinairement dangereux, normalement dégradé, en plein cœur de Noailles. Entre son propriétaire qui ne mesure apparemment pas l’enjeu d’une rénovation de l’immeuble et l’agence immobilière qui fait la sourde oreille aux expertises, le péril ordinaire dure, menaçant la sécurité des habitant·e·s dans un avenir indéfini. Pourtant, sur le site internet de ce grand cabinet marseillais, qui gérait le n°67 de la rue d’Aubagne, démoli par les pompiers le 5 novembre 2018, après l’effondrement des n°63 et 65,  on apprend que “Sécurité” et “Efficacité” sont les maîtres mots. Voici comment le cabinet immobilier s’adresse aux propriétaires qui souhaitent lui déléguer la gestion de leur biens à louer :

“La gestion locative devient de plus en plus complexe et technique, l’assistance d’un professionnel vous permet une gestion efficace de votre patrimoine immobilier.”

Face à la complexité donc, l’agence se pose en “Intermédiaire ente le propriétaire et le locataire” et “cela permet, en laissant le temps, de préparer avec votre accord [ndlr : de propriétaire] une réponse adaptée aux exigences des locataires.”

Temporiser. C’est ce que propose en somme le cabinet Berthoz aux propriétaires de biens immobiliers. Or dans une situation de péril ordinaire, le temps qui passe rapproche toujours un peu plus du danger, qui pourrait finalement devenir imminent.

Photo de une : “Immeuble à vendre”, rue d’Aubagne, décembre 2019.