Archives par mot-clé : enquête

Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement “La rue du rock” en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants “Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement?”, ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour “crime contre l’humanité” s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de “violences extrêmes” qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. “On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique”.

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder “avant les luttes”.

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être “agité” ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses “coupables” de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de “jungle” ou “forêt sauvage” “oubliée” depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d'”Etre forêt”, est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie, ” ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles.” (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de “restitution” : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : “Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes”. L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne “parlent pas bien” et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d'”expliquer”. L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de “vulgariser” mais de “démocratiser le récit”.

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des “experts” peut être lue comme un argument “climatosceptique”, l’explicitation des distinctions entre “science ” et “expertise”.

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

Les gravats bleus

Au cœur du quartier de Belsunce, en plein centre ville de Marseille, un tas de gravats attire le regard. Il est d’un bleu vif, électrique, cobalt ou céruléen, selon les nuances que chaque regard perçoit.  S’agit-il d’une de ces œuvres d’art contemporaines qui ponctuent désormais nos balades urbaines ? On pourrait le croire, tant l’esthétique de ce monticule surmonté d’une statue de Pinocchio est étrange.

Au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale, entre les barreaux qui surplombent un mur décoré de tags, le spectacle des gravats bleus.

Tags multicolores et gravats bleus égaient le quartier, comme s’il s’agissait d’une œuvre exposée lors des Belsunciades, festival artistique qui s’est déroulé du 10 au 21 juin 2019.

Il n’y a pourtant rien d’artistique, ni de poétique, dans ce tas de gravats, qui n’a pas toujours été bleu. Il provient de la démolition d’un immeuble de la rue la Fare, au numéro 15. Cet immeuble, qui était propriété de la ville, a été confié à la Soleam, société publique locale d’aménagement, pour qu’elle le détruise à partir de la fin de l’année 2018. La couleur bleue, quant-à elle, témoigne de l’usage d’un produit fixatif coloré, répandu le 23 mai dernier sur le tas, afin d’éviter que les gravats ne dispersent de l’amiante dans tout le quartier : “les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite.” C’est ce que révèle le journal d’investigation locale Marsactu :

 

En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Ces gravats bleus, qui ne seront pas enlevés avant la fin de l’été, vont donc continuer à orner le quartier de Belsunce, déjà marqué par les grilles, plots de bétons et autre signes extérieurs de “péril” et d’insalubrité, ou encore par la multitude d’étais métalliques qui maintiennent les murs des immeubles debout.  Belsunce, comme Noailles, est un quartier où de nombreux habitant·e·s ont été évacué·e·s de leur logement, à la suite de l’inquiétude généralisée sur l’état du bâti que les effondrements de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018 ont mis au jour.

La destruction du 15 rue de la Fare n’a pourtant pas fait beaucoup de bruit, alors que les gravats s’ajoutent aux indices inlassablement accumulés qui dévoilent les “maux bleus” dont souffre la ville de Marseille. En effet, pour la mairie – et les autorités locales en général – “parler semble ridicule”, puisque les dangers associés au tas bleu ne sont pas communiqués aux passant·e·s ni aux riverain·e·s : l’article de Marsactu nous explique que le panneau générique indiquant la présence d’amiante dans les gravats a mystérieusement disparu au printemps. Est-ce alors pour représenter ce mensonge par omission qu’une personne – au sens poétique et politique visiblement affûté – a installé une statue de Pinocchio sur la crête de cette colline silencieuse ? Sans aucun doute, nous assistons-là à une nouvelle rencontre manquée entre les pouvoirs publics et les citadin·e·s.

“Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile”

Les mots bleus, Christophe – 1974

[Vidéo] Drame de la rue d’Aubagne, six mois plus tard

Débat organisé par Marsactu au théâtre de l’oeuvre, pour faire le point 6 mois après les effondrements. Une première table ronde avec des journalistes très instructive sur l’état des lieux (des chiffres, de l’enquête…).
Et une seconde pour “trouver les voies possibles d’un “plus jamais ça”. Comment la puissance publique, mais aussi les collectifs et associations ont-ils tiré leçon du 5 novembre pour éviter de nouvelles victimes ?”

[Vidéo] Drame de la rue d’Aubagne, six mois plus tard

Pourquoi j’ai voulu enquêter sur les fissures

Dictionnaire Littré :  “fissure”

1) Petite fente, crevasse. Les fissures d’un mur, d’un vase, d’un terrain. La lumière pénétrait par une fissure de la cloison.

Fig. “Je sais que, malgré les barrières immenses qu’on entasse sans cesse autour de moi, on craint toujours que la vérité ne s’échappe par quelque fissure.”

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions VII

 

Le 5 novembre 2018 à 9h05, j’étais installée sur mon ordinateur pour écrire les dernières pages de ma thèse de doctorat en anthropologie. Comme chaque matin, je m’étais octroyée quelques minutes de vagabondage sur internet avant d’entrer à nouveau dans la concentration et la solitude nécessaire à l’écriture. Ce jour là, les réseaux sociaux m’ont empêchée de travailler.

Grand fracas, inquiétudes et deuil

C’est via une amie que j’ai appris qu’un immeuble s’était effondré dans la rue d’Aubagne, à deux pas de chez elle, à quelques pas supplémentaires de chez moi. Un ou deux immeubles, je ne me souviens plus exactement. L’un après l’autre, jusqu’à ce tas de gravas, qu’elle avait filmé avec son téléphone depuis la fenêtre de sa chambre, à l’arrière de son appartement. D’abord surprise, j’ai été très inquiète, pour elle, pour les autres ami·e·s vivant près de là, pour les habitant·e·s du quartier, pour les passant·e·s empruntant la rue d’Aubagne. En échangeant des messages avec mon amie, j’ai appris que les immeubles alentours étaient évacués, que les pompiers craignaient un “effet domino” dans l’îlot d’habitation, que le quartier était quadrillé et que des fouilles commençaient, à la recherche de survivant·e·s, ou de corps. Nouvelle glaçante, apprise depuis mon bureau, chez moi, à l’abri des intempéries de ce mois de novembre pourri.

Et puis il y a eu ces messages des ami·e·s de loin, qu’il faut rassurer comme si l’on avait été dans un pays ou une ville touchée par un tremblement de terre, un cyclone ou un attentat. Oui, je vais bien. Ça s’est passé tout près de moi, mais je n’ai pas été touchée. Pas physiquement, en tout cas.

Durant la semaine, je n’ai parlé que de cela. J’ai suivi les actualités, les médias, internet, discuté avec des ami·e·s, tout en essayant de garder le cap dans mon travail. La semaine s’est terminée dans la tristesse, à cause d’un décès survenu dans la famille, qui n’avait rien à voir avec la rue d’Aubagne, mais que je n’ai pas pu m’empêcher de relier à l’événement. C’est lourds de ce deuil difficile que nous avons participé, mon amoureux et moi, à la marche blanche du samedi 10 novembre 2019, entourés de nos proches marseillais·e·s. Le silence et la procession ont accompagné nos émotions entremêlées, jusqu’à ce que ce soit la rumeur inquiète et l’indignation qui les remplacent, lorsque le bruit qu’un balcon s’était effondré sur le trottoir ne nous parvienne et oblige un changement de parcours. À quoi fallait-il s’attendre d’autre ? Nous en avions eu largement assez.

De l’hystérie à l’enquête

Durant la semaine suivante, un employé du syndic de notre immeuble s’est présenté chez nous, sonnant aux portes en pleine journée. Extirpée de mon écriture cafardeuse, je lui ai ouvert :

– “Est-ce que vous avez noté quelque chose d’anormal ici ?”

À demi-consciente de ce que recouvrait sa question, je lui ai répondu “Non, je ne crois pas”, comme on répond machinalement “ça va.”

– “Ici il n’y a jamais eu de problème, je me doutais bien. Mais vous savez, avec l’hystérie qui règne en ce moment ! On préfère faire le tour des immeubles.”

Il a jeté un bref coup d’œil à la cage d’escalier et est reparti.

Après avoir fermé la porte, c’est le mot “hystérie” qui m’a ramenée à la conscience, puis à la colère. Est-ce qu’avec 8 morts, on peut décemment parler d’hystérie ?  D’où vient le délire ? Des gens inquiets, tourmentés ou de ceux qui temporisent, ou encore minimisent les problèmes ? Qui est le mieux placé pour décrire la réalité ? À quelles regards et à quelles paroles peut-on faire confiance ? À celle d’un pseudo-expert envoyé par les propriétaires faire du porte à porte pour jeter un œil rapide aux cages d’escalier ? Aux habitant·e·s qui se sont habitué·e·s à accepter des appartements moyennement aux normes, un peu vieux et décrépis ?

Au milieu des questions, ce mélange d’inquiétude et de colère s’est  installé en moi, jusqu’à pénétrer mes rêves et à transformer le regard que je portais sur mon appartement. J’ai découvert des fissures au plafond – nouvelles, anciennes, impossible de le dire –, je me suis mise à scruter les murs, de l’intérieur, de l’extérieur, dans les encadrements de fenêtre, de l’immeuble mitoyen, de la rue, à lire des sites internet spécialisés sur les fissures, leur largeur, leur longueur, leur évolution et le traitement à adopter. Un jour, mal à l’aise, dérangée par l’idée que le plafond pouvait s’écrouler dans mon salon, j’ai sonné chez la voisine d’en face, pour lui demander si elle aussi avait remarqué des fissures. Elle a tenté de me rassurer, disant que ce qui m’inquiétait était sans commune mesure avec l’état des immeubles effondrés, que les fissures faisaient partie de la vie et que notre immeuble était solide. Je suis rentrée chez moi, toujours troublée. Quelques temps plus tard, en se croisant dans l’escalier, elle m’a demandé : “Ça va mieux vos angoisses ?”

Voilà, tout simplement : des angoisses. Jusqu’à la crise, lors d’un passage chez une amie qui m’avait invitée une après-midi, dans le quartier. Il faisait à nouveau un temps pourri, de la pluie, sombre et froide. Dès que j’ai franchi la porte d’entrée, son immeuble m’a effrayée. Plafond et murs vétustes, grande fissure verticale en escalier, portes et fenêtres du rez-de-chaussée murées à la va-vite, succession de paliers biscornus et dégradés, la porte de l’appartement semblait ne plus pouvoir rentrer dans son encadrement, puis un salon grinçant, petit espace, trop de gens et encore des fissures, dont l’une traversait le mur et se prolongeait sur la quasi totalité du plafond.  Je n’ai pas tenu plus de 40 minutes. Debout, fiévreuse, sur le qui-vive, déconcentrée et quasi-absente des conversations, gênée par des bouffées de chaleur, j’ai eu besoin de sortir. De marcher dans la rue, sous la pluie, dans l’air du dehors. De respirer. En arrivant chez moi, j’ai pleuré.

Après cet épisode de crise, l’idée a germé. Quitte à être hantée, obnubilée, troublée, autant que cela produise quelque chose. C’était le début d’une enquête, un détournement d’inquiétude, une transposition de l’angoisse existentielle vers la méthode (pour paraphraser l’ethnopsychiatre et anthropologue Georges Devereux). Il fallait que ces doutes soient le moteur d’une recherche, une manière de les dompter.

Image de une :

Standing Between A Giant Fissure in Glacier,  Junius Henderson – Glacier Arapaho, USA, 1919

Source : CU Museum of Natural History and National Snow and Ice Data Center/World Data Center for Glaciology, University of Colorado, Boulder