Archives par mot-clé : émotions

Un an après, où en sont nos fissures ?

À l’heure des bilans et des hommages organisés autour du triste anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne, chacun·e regarde le chemin parcouru tout en mesurant la puissance et la fréquence des répliques du tremblement de terre qui a touché le centre ville marseillais le 5 novembre 2018. De quelle manière cette histoire collective continue de se mêler à nos histoires personnelles ? Cette question sonne de façon particulièrement vive pour les familles et les proches des victimes, ou encore pour toutes les personnes qui ont été délogé·e·s durant cette année – un chiffre qui s’élève aujourd’hui à près de 4000. Pour nous tou·te·s, la menace d’un effondrement – similaire à celui qui a déjà eu lieu – et du “péril imminent”, placardé sur les façades d’immeubles, affecte profondément les manières de vivre et d’habiter.

En eaux troubles

État des lieux personnel : “Ça va mieux vos angoisses ?” me demandait ma voisine au lendemain du 5 novembre 2018. Mieux ? Pas sûr. Disons qu’il y a eu un déplacement.  Il reste de l’angoisse, le rapport entre tristesse et colère s’est inversé, l’écœurement a fait place à un profond sentiment d’injustice, mais le temps et la raison ont peut-être atténué certaines émotions initiales. Comment lutter contre l’oubli ? Si des choses se sont éteintes, d’autres doivent rester incandescentes : il s’agit de continuer à être habité·e·s par l’inquiétude, l’intranquillité, car ce sont des moteurs pour réfléchir et agir – autrement dit, pour reprendre les mots de la philosophe américaine Donna Haraway, il nous faudrait “habiter le trouble”. Face à la situation, qui ne semble pas s’améliorer, nul ne devrait rester désaffecté.

Ce n’était pas la pluie. Et pourtant, quand il pleut des cordes, comme souvent en ce mois de novembre 2019, il m’arrive d’être inquiète. De sentir que le sol bouge sous mes pieds, que tout ce qui m’entoure tremble. C’est peut-être le charme de l’ancien, qui est tantôt jugé esthétique – ces tomettes ont du cachet ! – tantôt dangereux – “quand est-ce qu’on considère vivre dans un logement insalubre?” me demandait récemment une hôte venue du Nord, en regardant le plafond, qui avait perdu, ce jour-là, un (petit) bout. Nous vivons sur des roulettes, comme le disait l’écrivaine Valérie Manteau depuis son appartement situé à Noailles. Si notre sol n’est pas plat et que nous risquons de glisser, au lieu de rire avec ironie parce que “C’est Marseille !”, il faut rester en alerte. Or la fragilité de cet habitat auquel nous sommes attaché·e·s nous saute à la figure à chaque fois qu’il pleut.

Homère, la place et son public

Le 4 novembre 2019 au soir, collectifs et associations à l’origine de la semaine d’hommage intitulée “Noailles debout” ont proposé une veillée de lumières sur la place Homère.

Si le nom de cette semaine d’événements peut faire penser au mouvement des places “nuit debout” (une résonance volontaire ?), l’ambiance esthétique et politique de cette première veillée y faisait également écho. Rassemblé·e·s sur une petite place publique, des habitant·e·s du quartier de Noailles et des passant·e·s se sont retrouvé·e·s pour partager un repas, discuter de l’avenir de leurs habitations, de leur ville et écouter les voies du plateau de la nouvelle Radio Noailles s’élever dans la nuit éclairée. Une phrase répétée en boucle au micro témoigne des enjeux et de la sensibilité des questions soulevées ce soir là  : “Tout ça s’est politique. Ils ne veulent pas des noirs et des arabes, c’est tout.”

En descendant la rue d’Aubagne, pour rejoindre la place Homère.
Le lieu des effondrements.
À la place des immeubles effondrés, le trou noir.
Place Homère, les guirlandes, les fanions, les visages, les lumières.
Chutes de tissus et couleurs du monde.
Le buste d’Homère dans un faisceau lumineux.

La nuit du 4 novembre 2019 à Noailles, il faisait froid et la place joliment décorée m’a amenée à considérer le buste du mythique poète grec juché sur sa colonne sous une nouvelle lumière. Je n’ai pas la mémoire des noms de rues et de places, mais cette soirée chaleureuse m’aura permis d’ancrer ce nom dans ma mémoire : “Place Homère”. Trop tard, car il s’agissait déjà de la rebaptiser “Place du 5-novembre”, sous les mots de l’auteur marseillais Serge Valetti :

Le texte intégral est aussi lisible sur ce lien.

Le lendemain matin, à 8h30, une foule silencieuse s’était rassemblée sur la-dite place publique. Si beaucoup de têtes étaient les mêmes que la veille, la présence massive de journalistes et d’instruments de captation vidéo, audio et scripturaux en tous genres était remarquable. Sortant moi-même mon petit enregistreur alors que j’observai Benoît Gilles, rédacteur en chef de Marsactu et spécialiste du mal-logement, dégainer son calepin de journaliste, j’ai senti affleurer le vertige d’une redondance infinie de la mise en mémoire et en enregistrement de la situation. Chroniqueuse parmi les chroniqueur/se·s – ou bien voyeuse parmi les voyeur/se·s, les minutes de silence dédiées aux victimes des effondrements se sont pour moi teintées d’une ironie désagréable. En regardant derrière son épaule un jeune homme commenter sa propre vidéo de la commémoration diffusée en live sur un réseau social, je me suis prise à me demander à qui nous parlions. Quel est le “public” extérieur à toutes ces chroniques de l’événement ? Où se trouve-t-il ? Parlons-nous à d’autres qu’à nous-mêmes ? Qui est touché ?

Scène médiatique et géographie du concernement

La couverture médiatique de l’anniversaire des effondrements de la rue d’Aubagne tend à montrer que ce drame continue de toucher au delà même de la ville de Marseille. Si le New York Times n’a peut-être pas réitéré son intérêt de l’année dernière pour l’habitat insalubre marseillais, les journaux nationaux se sont emparés du “un an après”. Libération a par exemple publié plusieurs articles à ce sujet, dont un entretien glaçant avec Martine Vassal, obsédée par son désir d’être élue maire de Marseille en 2020. Le journal a également consacré sa une à l’anniversaire des effondrements :

Une autre une se démarque, celle de l’hebdomadaire culturel Télérama, qui a mis en lumière certains membres du Collectif de 5 novembre :

Pourtant, cette une n’était pas d’envergure nationale. Elle a été spécialement éditée pour la région marseillaise, laissant au reste de la France le loisir de méditer sur la citation du chanteur et acteur Philippe Katerine : “Je suis mollement anarchiste”.

Les lectrices et les lecteurs de Télérama qui ne résident pas à Marseille ont tout de même eu la possibilité de lire les deux doubles pages de l’hebdomadaire consacrées à Noailles et aux suite des effondrements de la rue d’Aubagne. On peut toutefois questionner la stratégie de diffusion du magazine : s’agissait-il de susciter l’intérêt pour une question régionale auprès d’un lectorat national ? ou bien d’augmenter les ventes localement en appâtant le lectorat marseillais ?

La relation que les médias entretiennent avec le drame du 5 novembre et la question du logement à Marseille varie très largement et laisse planer le doute sur les intentions sous-jacentes à la production journalistique. D’un côté, on peut saluer le travail analytique et critique de longue haleine que certain·e·s journalistes produisent, parfois via de belles collaborations – on pense par exemple à l’enquête collective portée par Marsactu, La Marseillaise, le Ravi et Médiapart qui se sont associés depuis début 2019 “pour disséquer la gestion par la Ville de Marseille de son patrimoine dégradé du centre-ville”. D’un autre côté, une présence médiatique parfois voyeuriste sème le trouble et dérange, comme lors des 8 minutes de silence organisées le 5 novembre 2019 sur la place Homère. Attiré·e·s réciproquement, caméras et personnages politiques – i.e. Samia Ghali et Patrick Menucci – ont provoqués l’ire d’une partie de la foule présente ce jour-là. Face aux élu·e·s indésirables, la colère s’est vite exprimée : “Vous n’avez rien à faire là, dégagez !” Pour les caméras baladeuses, à l’affût des images sensationnelles, des membres du Collectif du 5 novembre ont improvisé un petit service d’ordre afin de protéger les familles venues se recueillir sur le lieu des effondrements : “Vous ne laisser pas passer les journalistes !” pouvait-on entendre. 

Dans la rue d’Aubagne, les caméras se pressent à l’arrivée de Patrick Menucci et Samia Ghali.
Devant les barrières, les caméras filment les proches des victimes venues déposer fleurs et photos sur le lieu des effondrements. Elles resteront bloquées par des membres du Collectif du 5 novembre, veillant à préserver l’intimité des familles.

Pris dans un mille feuille allant de l’expérience la plus intime – des parents qui pleurent un fils, une fille, des proches venus se recueillir en la mémoire d’un·e ami·e – aux enjeux les plus politiques – le bilan catastrophique de la gestion municipale, la perspective des élections – l’hommage aux victimes du 5 novembre 2019 ne pouvait pas laisser indifférent. À chacun·e de se demander ce qu’il/elle faisait là et pour quelle raison il/elle se sent toujours concerné·e par le drame de la rue d’Aubagne et ses suites. Il faut espérer qu’il n’y avait ce jour-là que des “bonnes raisons” d’être présent. Mais les dissymétries de points de vue, d’intérêts, de pouvoirs, ne peuvent tout à fait se cacher derrière l’apparence unitaire du rassemblement. Il reste que, quand les murmures de la foule se sont propagés en scandant “Ni oubli, ni pardon”, je crois que nous sommes beaucoup à avoir eu des frissons.

 

 

Renommer la place Homere, place du 5 novembre

Sur le facebook du Collectif du 5 Novembre ce soir est reproduit le texte qui a accompagné la pose d’une plaque Rue d’Aubagne dans la soirée du 5 “R

[PLACE DU 5 NOVEMBRE]

Le 05.11.2019 Noailles inaugurait La Place du 5 novembre sur un texte écrit pour cette occasion par Serge Valletti, auteur de théâtre, scénariste et comédien marseillais, à la clameur des Crieurs de rue. Voici la version intégrale du texte. Le C5nov les remercient.

Marseillaises, Marseillais,
vous tous ici aujourd’hui rassemblés, regardez bien ce buste de notre grand ancêtre Homère.
La tradition nous raconte que cet immense poète grec était aveugle.
Mais il n’était pas sourd !!!
Alors, le 5 novembre 2018 à neuf heures zéro cinq précisément,
il n’a pas pu ne pas entendre ce grand, cet énorme, ce terrible bruit :
celui de l’ effondrement des immeubles numéro 63 et 65 de notre aimée rue d’Aubagne à laquelle il tourne le dos !
C’étaient des tonnes de pierres, de briques, de parpaings, de clous, de planches de vieux bois rongées par l’humidité,
de poutres vermoulues et pourries qui engloutissaient les vies de ses proches voisins !
Et, au milieu de cette fracassante déflagration, a-t-il aussi entendu leurs derniers soupirs ?

A-t-il entendu les lamentations de tout un quartier qui perdait ses enfants ?
A-t-il entendu l’incroyable cri de révolte qui soulevait notre ville ?
A-t-il entendu les cris de tout ceux que l’on chassait précipitamment de chez eux ?
A-t-il entendu toutes ces portes se refermer violemment sur les souvenirs des vies passées ?

A-t-il entendu les bruits des chaînes et des cadenas vissés précipitamment partout dans Marseille ?
Et les gémissements de honte de celles et ceux qui devaient affronter l’extérieur, en pantoufles ou même pieds-nus, en pyjama ?
Les miaulements des chats qui mourraient lentement de faim et de soif dans les appartements fermés ?
La course des rats qui pullulaient dans les immeubles désertés ?
Le suintement de l’eau qui s’infiltrait partout ?

Les a-t-il entendu ?
Et les claquements des tirs des gaz lacrymogènes lancés contre ceux qui ne comprenaient pas ?
Les questions sans réponse que tout un peuple se posait ?
Les mains qui se tendaient les unes vers les autres pour se soutenir et s’aider ?
A-t-il entendu les moteurs des tractopelles qui cherchaient les corps,
les glapissements des chiens séparés de leurs maîtres, emportés par la SPA,
les camions bourrés de gravats et de traces de mémoire : un petit cadre doré, une écharpe de soie, un géranium en plastique ?
Le grondement des CRS qui marchaient au pas ? Les justifications improbables des décideurs ?
Les délégations officielles visitant le quartier sous escorte ?

A-t-il entendu les appels à l’aide et à la solidarité ?
Les rideaux des commerces que l’on tirait à jamais, les divagations des plus désorientés,
les marchands de sommeil argumentant que ce n’était pas de leur faute,
les rumeurs de tout ordre, les craquements soudains, réels ou imaginaires, qui donnaient le frisson,
le papier et le scotch des arrêtés de péril placardés par centaines,
le calme du Cours Lieutaud fermé à la circulation ?

Et les a-t-il entendus aussi les petits gémissements des enfants qui font des cauchemars,
les cafards qui finissaient les reliefs des repas dressés sur des tables pour des invités qui ne viendront plus,
les témoignages des gens qui étaient là et qui ne s’en remettront jamais, les revendications de ceux qui réclament justice ?

Les serins dans leur cage qui se sont tus pour toujours,
les milliers de punaises de lit émigrant pour envahir la ville entière, les pleurs des marins-pompiers ainsi que les excuses de certains policiers,
les allées-venues incessantes des hommes et des femmes, jeunes et vieux qui apportaient des couvertures, des vêtements et des jouets,
les cuisines improvisées pour nourrir les délogés, les cris des cassandres prédisant que ce n’était qu’un début !

Et les mouches, non ?
qui commençaient à coloniser les immondes balayures dans des poubelles qu’on n’avait pas eu le temps de sortir,
l’intérieur miasmatique des frigos pourrissant,
le silence de rues entières à peine rompu par les appels discrets de rusés promoteurs tentant,
chafouins et l’air de rien, de saisir une excellente opportunité, les a-t-il entendu ?

Et ces corps anonymes que l’on a pas pu, pas su ou pas voulu chercher ?
L’a-t-il aussi entendu, ce vide, cette absence ?
L’a-t-il entendu ?

Ce buste du grand poète grec Homère, lui, ne nous répondra jamais,
mais en décidant, aujourd’hui, un an jour pour jour après ce drame, de donner un nom à ce carrefour,
nous voulons justement que ces bruits, tous ces bruits, ces sons terrifiants et révoltants
restent à jamais dans les mémoires de ceux qui passeront un jour ici !

Ils demanderont pourquoi sur ce mur cette date est inscrite et gravée ?
Et quelqu’un, peut-être un poète, plus sûrement un simple habitant saura leur raconter ce qu’il s’est passé, ce jour-là !
Dans le dos de ce buste !
Et surtout dans notre dos à tous !

Pourquoi, au fil des années, l’indifférence, la négligence, l’appât du gain, la morgue et le mépris,
lentement et dans un grand silence, ont provoqué tous les bruits d’un tel désastre ?

Mêlons donc tous à présent nos cris de vivants, nos tambours et nos plus belles musiques
à cet inoubliable vacarme passé, non pas pour le couvrir et l’oublier, mais pour le rejeter le plus loin possible de nous !
Et baptisons donc aujourd’hui officiellement ce lieu :
PLACE DU 5 NOVEMBRE

J’étaye, tu étayes, il étaye

Depuis le 5 novembre 2018, certains murs de Marseille tiennent debout grâce à la présence d’étais (voir photographie de une).

Dictionnaire Littré : étayer

1) Appuyer, soutenir par des étais. Étayer un mur.

2) S’étayer, verbe réflexif,

Se soutenir sur un étai, sur un bâton.

Se soutenir l’un l’autre.

Dans les quartiers du centre ville comme dans les quartiers périphériques, de nombreuses personnes ont été évacuées de leur logement ou de leurs locaux de travail du fait de la menace d’un “péril imminent” (on peut consulter la liste des arrêtés de péril, d’évacuation, ou d’interdiction d’occuper dans les différents arrondissement de Marseille sur le site internet de la mairie). Les travaux sur ces immeubles dangereux n’ont souvent pas commencé, mais des étais en métal ont parfois été posés en urgence par les services techniques municipaux pour pallier la fragilité des constructions. Ces murs menaçants sont également barricadés de grillages et encerclés de bordures de voirie en béton, afin d’éviter que les passant·e·s ne s’approchent.

Pour les psychologues qui accompagnent les personnes délogées, le traumatisme provoqué par la perte de son chez soi et l’incertitude sur l’avenir requiert également de mettre en place un “étayage“. Ce ne sont plus seulement les murs qui ont besoin de soutien, mais les humains. Souvent abîmés, voir effondrés, les corps et les esprits affectés par la situation dramatique de l’habitat indigne doivent eux aussi se reconstruire.

Au croisement du boulevard de la libération et de la rue Saint-Vincent de Paul, la boutique de livraison de pizza a fermé le rideau. La devanture flambant neuve a laissé la place à des étais de métal angoissants. Depuis plusieurs mois, le trottoir est impraticable, imposant à chacun·e un détour parfois dangereux par la chaussée fréquentée du boulevard. D’autres piéton·ne·s choisissent le trottoir d’en face.

Certain·e·s prennent le risque de franchir les barrières pour exprimer et interpeller les passant·e·s, en laissant une marque visible de la manière avec laquelle nous sommes affecté·e·s par la situation.

Sur la notion d’évènement

“Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème.”

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : “Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ?” Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque “à jamais”.

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une “rupture d’intelligibilité” (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît “avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience” (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. “L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe”, in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21

Carnavalesque – quand la joie et la colère s’emmêlent – 10 mars 2019

La 20ème édition du carnaval indépendant de la Plaine – Noailles – Réformés a eu lieu le dimanche 10 mars 2019. Pour cette année, c’est un “carnaval exilé” et “hors le mur” qui a dû s’adapter aux bouleversements urbanistiques du centre ville de Marseille, la plaine étant fermée pour travaux et des rues de Noailles bloquées suite aux effondrements des n° 63, 65 et 67 de la rue d’Aubagne. Le carnaval a donné l’occasion de transcender ce contexte à la fois dramatique et conflictuel afin d’offrir aux marseillais·e·s un moment propice à l’explosion de toutes les émotions, en technicolor, avant d’accueillir la nouvelle saison : le printemps. Cette fête extravagante et un brin sauvage met en scène, sous une forme cathartique, la condamnation aux flammes du caramentran, personnification de tous les maux de l’année écoulée. En 2019 (comme d’autres fois par le passé), c’est le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, qui a incarné ce personnage détesté de tou·te·s les carnavalier·e·s et porté par la foule jusqu’au bûcher.

En contre bas de la place Carli, tournant le dos au conservatoire national, le caramentran de la saison : Jean-Claude Gaudin.

Un chevalier… de l’apocalypse carnavalesque ?

Sous “le toutou caressé par son maî-maître”, les dossiers du moment : la plaine, les effondrements de la rue d’Aubagne, les écoles etc.

Un déguisement de circonstance : des parois du mur de la plaine. Et derrière le mur, le soleil.

Le temps du procès, devant la foule colorée, prête à huer le caramentran et les arguments de la défense face aux accusations de Madame la procureure.

Malgré la succession des témoins de la défense, l’accusé a été déclaré coupable, lançant ainsi la procession jusqu’à la porte d’Aix où sont jugement l’attend : la foule lui réserve le bûcher.

La procession se lance au rythme de la batucada et des enfarinages.

Le bruit des tambours en écho à l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne ?

Il faut savoir jouer des poings.

Des machines infernales manipulées des humains à figure animale. “Haou Haou Haou.”

Masques et couvre-chefs de rigueur.

Embrigadés dès le plus jeune âge, les enfants font rôtir un cochon sur leur char.

On observe des dédoublements de personnalités.

Défiler lors du carnaval est une manière pour les habitant·e·s d’investir les rues et ruelles entre le quartier de Noailles et la place Jean Jaurès.

Les chars peuvent aussi délivrer des messages politiques : “Nous n’oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas. Nous ne lâcherons rien” – “Rue d’Aubagne – 5/11/2018”

“Enragé·e·s, Déterminé·e·s, Liberté” – Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal ont le droit à leur poupée.

Photographie de une : le bûcher du caramentran (Lucille Gallardo).