Une matinée dans le mistral – 6 mois après / 5 mai 2019

Le 5 mai 2019 a eu lieu la « Faites du Quartier de Noailles », organisée par le Collectif du 5 Novembre – Noailles en Colère, Destination Famille, Un Centre Ville Pour Tous, le Conseil Citoyen1/6, les Compagnons Bâtisseurs Provence, Générik Vapeur, le Collectif 14+1 ainsi que des bénévoles habitant.e.s et acteurs.trices du quartier. Cette fête de quartier visait à rendre hommage aux victimes de l’effondrement de la rue d’Aubagne et de construire un événement destiné à rassembler les habitant.e.s autour de réflexions sur le devenir de leur quartier et de la ville.

Programme de la journée

La journée était particulièrement venteuse, puisque les rafales de mistral atteignaient jusqu’à 130 km/h. Les conditions atmosphériques n’étaient donc pas propices à un rassemblement en plein air, mais les différentes personnes impliquées dans l’organisation ont fait de leur mieux pour maintenir le programme.

Voici quelques clichés pris durant la première partie de la journée :

Après la descente au flambeau de la rue d’Aubagne, accompagnée du son des Dafs (tambourins iraniens) en hommage aux victimes du 5 novembre 2018
Crieur public et tambour sur la place des Halles Delacroix
Sandrine (Après l’effondrement) à l’écoute attentive des crieurs publics
Lecture de lettres d’habitant.e.s recueillies dans des boîtes disposées chez des commerçant.e.s du quartier
Affiche annonçant les ateliers de réflexion
Un futur incertain, sujet à des projections multiples et parfois divergentes
Atelier de réflexion collective : « Que faire des lieux des effondrement ? » Une dalle, un parc, un jardin potager ?
Atelier de fabrication de jardinières pour le quartier
Se réapproprier la ville par la végétalisation des rues

Après une longue matinée dans le mistral, les enquêtrices d’Après l’effondrement, accompagnées de quelques connaissances, se sont réfugiées dans un petit café de la rue des Récolettes. On remercie le sympathique et jovial patron pour la découverte de cette chanson de Robert Mayol – « Bienvenue à Marseille »,  qui fait l’objet du bonus de cette fin de balade photographique – chacun l’interprétera avec son propre degré d’ironie :

Les sons recueillis lors de cet événement rendant hommage aux victimes des effondrements du 5 novembre 2018 arriveront plus tard, patience…

Proposition collective pour une charte du relogement

Sur la base des principes actés par l’Assemblée des délogé·es, plusieurs collectifs et structures marseillais·es se sont regroupé·e·s pour proposer une charte du relogement  : le Collectif du 5 Novembre – Noailles en colère, le Conseil citoyen 1/6, un Centre‐Ville pour Tous, la Ligue des Droits de l’Homme Marseille, l’Assemblée des délogé·es, la Fondation Abbé Pierre, l’AMPIL, les Compagnons Bâtisseurs ProvenceMarseille en colère et Emmaüs.

Ce texte est conçu comme une base de discussion et promeut l’idée d’une charte, que ces différentes structures voudraient faire adopter par les pouvoirs publics. Voici le lien de consultation du document, ainsi que le lien pour signer la pétition visant à promouvoir cette charte. À ce jour, elle a recueilli près de 6000 signatures.

Le Collectif du 5 Novembre – Noailles en colère a également réalisé une vidéo de promotion de cette initiative :

Complément d’enquête « Les nouveaux profiteurs de l’immobilier »

Diffusée le 11 avril 2019, l’émission revient à Noailles quatre mois après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. On y voit l’expérience d’habitants victimes du business des marchands de sommeil. Dans d’autres quartiers de la ville, on y voit également le trafic du marché de l’immobilier insalubre auquel participent notamment certaines figures politiques locales…

https://www.france.tv/france-2/complement-d-enquete/946597-les-nouveaux-profiteurs-de-l-immobilier.html

Effondrements en Méditerranée : une triste actualité du côté d’Alger

« Les planchers d’un immeuble de quatre étages situé dans la basse Casbah, à proximité de la célèbre mosquée Ketchaoua, se sont effondrés tôt dans la matinée de ce lundi 22 avril, causant la mort de cinq personnes, dont deux enfants. »

L’article de sur le média francophone algérien TSA : « Sur les lieux de l’effondrement mortel d’un immeuble : « Toute la Casbah est dans cet état » »

 

 

Tribune Ouverte Noailles : recueil de témoignages filmés

Une chaîne youtube destinée à recueillir des témoignages filmés a été ouverte par un collectif de cinéastes : en voici le lien.
La dernière vidéo en date  :

 

Après l’effondrement

Notre intention est de constituer des archives du présent des multiples manières d’habiter Marseille après les effondrements de la rue d’Aubagne (5 novembre 2018). Anthropologues et habitantes du centre-ville marseillais, nous souhaitons apporter notre contribution à la mosaïque d’initiatives citoyennes qui ont vu le jour depuis cet évènement.

Nous souhaitons avec ce carnet :

  • Réunir et rendre accessible des récits, documents, images témoignant de mobilisations et d’expériences vécues dans la ville de Marseille après cette catastrophe.
  • Produire une matière avec les outils de l’anthropologie qui puisse éclairer un ensemble d’enjeux liés à cet événement.
  • Rendre compte de notre démarche de collecte et de recherche, en bref de sa « cuisine ».
  • Contextualiser les archives rassemblées et les mettre en résonance avec les réflexions issues des sciences sociales.
  • Créer une navigation dans les archives à partir de mots-clés issus du terrain, qui donneraient à voir des fragments bruts de nature différente : documents sonores, images, extraits d’entretiens, liens vidéos etc.

Ce carnet ne s’inscrit pas dans le cadre d’une recherche académique, financée, portée par une institution. Il s’agit pour nous d’un travail « à côté » qui procède par tâtonnements, explorations et expérimentations. Il participe d’un mouvement d’anthropologie publique, dans la cité.

 

Mikaëla Le Meur

Sandrine Musso

Maud Saint-Lary

Carnavalesque – quand la joie et la colère s’emmêlent – 10 mars 2019

La 20ème édition du carnaval indépendant de la Plaine – Noailles – Réformés a eu lieu le dimanche 10 mars 2019. Pour cette année, c’est un « carnaval exilé » et « hors le mur » qui a dû s’adapter aux bouleversements urbanistiques du centre ville de Marseille, la plaine étant fermée pour travaux et des rues de Noailles bloquées suite aux effondrements des n° 63, 65 et 67 de la rue d’Aubagne. Le carnaval a donné l’occasion de transcender ce contexte à la fois dramatique et conflictuel afin d’offrir aux marseillais·e·s un moment propice à l’explosion de toutes les émotions, en technicolor, avant d’accueillir la nouvelle saison : le printemps. Cette fête extravagante et un brin sauvage met en scène, sous une forme cathartique, la condamnation aux flammes du caramentran, personnification de tous les maux de l’année écoulée. En 2019 (comme d’autres fois par le passé), c’est le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, qui a incarné ce personnage détesté de tou·te·s les carnavalier·e·s et porté par la foule jusqu’au bûcher.

En contre bas de la place Carli, tournant le dos au conservatoire national, le caramentran de la saison : Jean-Claude Gaudin.

Un chevalier… de l’apocalypse carnavalesque ?

Sous « le toutou caressé par son maî-maître », les dossiers du moment : la plaine, les effondrements de la rue d’Aubagne, les écoles etc.

Un déguisement de circonstance : des parois du mur de la plaine. Et derrière le mur, le soleil.

Le temps du procès, devant la foule colorée, prête à huer le caramentran et les arguments de la défense face aux accusations de Madame la procureure.

Malgré la succession des témoins de la défense, l’accusé a été déclaré coupable, lançant ainsi la procession jusqu’à la porte d’Aix où sont jugement l’attend : la foule lui réserve le bûcher.

La procession se lance au rythme de la batucada et des enfarinages.

Le bruit des tambours en écho à l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne ?

Il faut savoir jouer des poings.

Des machines infernales manipulées des humains à figure animale. « Haou Haou Haou. »

Masques et couvre-chefs de rigueur.

Embrigadés dès le plus jeune âge, les enfants font rôtir un cochon sur leur char.

On observe des dédoublements de personnalités.

Défiler lors du carnaval est une manière pour les habitant·e·s d’investir les rues et ruelles entre le quartier de Noailles et la place Jean Jaurès.

Les chars peuvent aussi délivrer des messages politiques : « Nous n’oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas. Nous ne lâcherons rien » – « Rue d’Aubagne – 5/11/2018 »

« Enragé·e·s, Déterminé·e·s, Liberté » – Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal ont le droit à leur poupée.

Photographie de une : le bûcher du caramentran (Lucille Gallardo).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search