Les gravats bleus

Au cœur du quartier de Belsunce, en plein centre ville de Marseille, un tas de gravats attire le regard. Il est d’un bleu vif, électrique, cobalt ou céruléen, selon les nuances que chaque regard perçoit.  S’agit-il d’une de ces œuvres d’art contemporaines qui ponctuent désormais nos balades urbaines ? On pourrait le croire, tant l’esthétique de ce monticule surmonté d’une statue de Pinocchio est étrange.

Au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale, entre les barreaux qui surplombent un mur décoré de tags, le spectacle des gravats bleus.
Tags multicolores et gravats bleus égaient le quartier, comme s’il s’agissait d’une œuvre exposée lors des Belsunciades, festival artistique qui s’est déroulé du 10 au 21 juin 2019.

Il n’y a pourtant rien d’artistique, ni de poétique, dans ce tas de gravats, qui n’a pas toujours été bleu. Il provient de la démolition d’un immeuble de la rue la Fare, au numéro 15. Cet immeuble, qui était propriété de la ville, a été confié à la Soleam, société publique locale d’aménagement, pour qu’elle le détruise à partir de la fin de l’année 2018. La couleur bleue, quant-à elle, témoigne de l’usage d’un produit fixatif coloré, répandu le 23 mai dernier sur le tas, afin d’éviter que les gravats ne dispersent de l’amiante dans tout le quartier : « les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite. » C’est ce que révèle le journal d’investigation locale Marsactu :

 

En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Ces gravats bleus, qui ne seront pas enlevés avant la fin de l’été, vont donc continuer à orner le quartier de Belsunce, déjà marqué par les grilles, plots de bétons et autre signes extérieurs de « péril » et d’insalubrité, ou encore par la multitude d’étais métalliques qui maintiennent les murs des immeubles debout.  Belsunce, comme Noailles, est un quartier où de nombreux habitant·e·s ont été évacué·e·s de leur logement, à la suite de l’inquiétude généralisée sur l’état du bâti que les effondrements de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018 ont mis au jour.

La destruction du 15 rue de la Fare n’a pourtant pas fait beaucoup de bruit, alors que les gravats s’ajoutent aux indices inlassablement accumulés qui dévoilent les « maux bleus » dont souffre la ville de Marseille. En effet, pour la mairie – et les autorités locales en général – « parler semble ridicule », puisque les dangers associés au tas bleu ne sont pas communiqués aux passant·e·s ni aux riverain·e·s : l’article de Marsactu nous explique que le panneau générique indiquant la présence d’amiante dans les gravats a mystérieusement disparu au printemps. Est-ce alors pour représenter ce mensonge par omission qu’une personne – au sens poétique et politique visiblement affûté – a installé une statue de Pinocchio sur la crête de cette colline silencieuse ? Sans aucun doute, nous assistons-là à une nouvelle rencontre manquée entre les pouvoirs publics et les citadin·e·s.

« Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile »

Les mots bleus, Christophe – 1974

J’étaye, tu étayes, il étaye

Depuis le 5 novembre 2018, certains murs de Marseille tiennent debout grâce à la présence d’étais (voir photographie de une).

Dictionnaire Littré : étayer

1) Appuyer, soutenir par des étais. Étayer un mur.

2) S’étayer, verbe réflexif,

Se soutenir sur un étai, sur un bâton.

Se soutenir l’un l’autre.

Dans les quartiers du centre ville comme dans les quartiers périphériques, de nombreuses personnes ont été évacuées de leur logement ou de leurs locaux de travail du fait de la menace d’un « péril imminent » (on peut consulter la liste des arrêtés de péril, d’évacuation, ou d’interdiction d’occuper dans les différents arrondissement de Marseille sur le site internet de la mairie). Les travaux sur ces immeubles dangereux n’ont souvent pas commencé, mais des étais en métal ont parfois été posés en urgence par les services techniques municipaux pour pallier la fragilité des constructions. Ces murs menaçants sont également barricadés de grillages et encerclés de bordures de voirie en béton, afin d’éviter que les passant·e·s ne s’approchent.

Pour les psychologues qui accompagnent les personnes délogées, le traumatisme provoqué par la perte de son chez soi et l’incertitude sur l’avenir requiert également de mettre en place un « étayage« . Ce ne sont plus seulement les murs qui ont besoin de soutien, mais les humains. Souvent abîmés, voir effondrés, les corps et les esprits affectés par la situation dramatique de l’habitat indigne doivent eux aussi se reconstruire.

Au croisement du boulevard de la libération et de la rue Saint-Vincent de Paul, la boutique de livraison de pizza a fermé le rideau. La devanture flambant neuve a laissé la place à des étais de métal angoissants. Depuis plusieurs mois, le trottoir est impraticable, imposant à chacun·e un détour parfois dangereux par la chaussée fréquentée du boulevard. D’autres piéton·ne·s choisissent le trottoir d’en face.
Certain·e·s prennent le risque de franchir les barrières pour exprimer et interpeller les passant·e·s, en laissant une marque visible de la manière avec laquelle nous sommes affecté·e·s par la situation.

[Vidéo] Drame de la rue d’Aubagne, six mois plus tard

Débat organisé par Marsactu au théâtre de l’oeuvre, pour faire le point 6 mois après les effondrements. Une première table ronde avec des journalistes très instructive sur l’état des lieux (des chiffres, de l’enquête…).
Et une seconde pour « trouver les voies possibles d’un “plus jamais ça”. Comment la puissance publique, mais aussi les collectifs et associations ont-ils tiré leçon du 5 novembre pour éviter de nouvelles victimes ? »

[Vidéo] Drame de la rue d’Aubagne, six mois plus tard

« Après l’effondrement… » Portrait de Michel Samson

Portrait vidéo réalisé par Alain Barlatier (professeur, vidéaste et documentariste autodidacte) :

« Après l’effondrement … » Portrait de Michel Samson journaliste et écrivain en sociologie politique from atelier coopératif on Vimeo.

Nous avons rencontré Alain Barlatier un jour d’enquête, lors des permanences destinées aux délogé·e·s marseillais·es, au Molotov, en haut de la rue d’Aubagne. Il travaille actuellement sur un projet de documentaire portant le même titre que notre collectif : « Après l’effondrement ». « Les grands esprits se rencontrent », nous sommes nous exclamé·e·s !

Pour visiter son blog et découvrir son travail, cliquez ici. Vous trouverez également de nombreuses vidéos liées à la question du logement et de l’après 5 novembre 2018 sur son compte Vimeo.

Pépite photographique : « l’effondré-ment »

« L’éffondré-ment » – 49,7 x 65cm ; Feutres alcooliques, encre. 2018 ; @propagandart13 ; Original : 80 ans ; Copie sur commande : 20 euros

L’affiche, signée Elies Samizdat, représente le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin. Elle a été photographiée le 27 juin 2018 au restaurant bar galerie le « Grisbi », 20 rue Bénédit, 13004 Marseille – grisbi@gmail.com

Sur la notion d’évènement

« Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème. »

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : « Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ? » Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque « à jamais ».

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une « rupture d’intelligibilité » (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît « avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience » (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. « L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe », in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21

Jouez au taudis-poly!!!

Le taudis-Poly est bien plus qu’un jeu : véritable outil pédagogique pour comprendre les logiques et ressorts du logement indigne et du mal logement, il constitue en outre une mine d’informations sur l’histoire marseillaise en la matière. Cliquez sur le dé, choisissez vous un personnage et faites le tour!

Le jeu peut être testé en ligne sur ce lien.
Vous pouvez également vous en procurer une version de table en contribuant à son édition sur le site de financement participatif Ulule.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search