“Après l’effondrement…” Portrait de Michel Samson

Portrait vidéo réalisé par Alain Barlatier (professeur, vidéaste et documentariste autodidacte) :

“Après l’effondrement …” Portrait de Michel Samson journaliste et écrivain en sociologie politique from atelier coopératif on Vimeo.

Nous avons rencontré Alain Barlatier un jour d’enquête, lors des permanences destinées aux délogé·e·s marseillais·es, au Molotov, en haut de la rue d’Aubagne. Il travaille actuellement sur un projet de documentaire portant le même titre que notre collectif : “Après l’effondrement”. “Les grands esprits se rencontrent”, nous sommes nous exclamé·e·s !

Pour visiter son blog et découvrir son travail, cliquez ici. Vous trouverez également de nombreuses vidéos liées à la question du logement et de l’après 5 novembre 2018 sur son compte Vimeo.

Sur la notion d’évènement

“Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème.”

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : “Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ?” Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque “à jamais”.

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une “rupture d’intelligibilité” (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît “avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience” (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. “L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe”, in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21

Jouez au taudis-poly!!!

Le taudis-Poly est bien plus qu’un jeu : véritable outil pédagogique pour comprendre les logiques et ressorts du logement indigne et du mal logement, il constitue en outre une mine d’informations sur l’histoire marseillaise en la matière. Cliquez sur le dé, choisissez vous un personnage et faites le tour!

Le jeu peut être testé en ligne sur ce lien.
Vous pouvez également vous en procurer une version de table en contribuant à son édition sur le site de financement participatif Ulule.

Une matinée dans le mistral – 6 mois après / 5 mai 2019

Le 5 mai 2019 a eu lieu la “Faites du Quartier de Noailles”, organisée par le Collectif du 5 Novembre – Noailles en Colère, Destination Famille, Un Centre Ville Pour Tous, le Conseil Citoyen1/6, les Compagnons Bâtisseurs Provence, Générik Vapeur, le Collectif 14+1 ainsi que des bénévoles habitant.e.s et acteurs.trices du quartier. Cette fête de quartier visait à rendre hommage aux victimes de l’effondrement de la rue d’Aubagne et de construire un événement destiné à rassembler les habitant.e.s autour de réflexions sur le devenir de leur quartier et de la ville.

Programme de la journée

La journée était particulièrement venteuse, puisque les rafales de mistral atteignaient jusqu’à 130 km/h. Les conditions atmosphériques n’étaient donc pas propices à un rassemblement en plein air, mais les différentes personnes impliquées dans l’organisation ont fait de leur mieux pour maintenir le programme.

Voici quelques clichés pris durant la première partie de la journée :

Après la descente au flambeau de la rue d’Aubagne, accompagnée du son des Dafs (tambourins iraniens) en hommage aux victimes du 5 novembre 2018

Crieur public et tambour sur la place des Halles Delacroix

Sandrine (Après l’effondrement) à l’écoute attentive des crieurs publics

Lecture de lettres d’habitant.e.s recueillies dans des boîtes disposées chez des commerçant.e.s du quartier

Affiche annonçant les ateliers de réflexion

Un futur incertain, sujet à des projections multiples et parfois divergentes

Atelier de réflexion collective : “Que faire des lieux des effondrement ?” Une dalle, un parc, un jardin potager ?

Atelier de fabrication de jardinières pour le quartier

Se réapproprier la ville par la végétalisation des rues

Après une longue matinée dans le mistral, les enquêtrices d’Après l’effondrement, accompagnées de quelques connaissances, se sont réfugiées dans un petit café de la rue des Récolettes. On remercie le sympathique et jovial patron pour la découverte de cette chanson de Robert Mayol – “Bienvenue à Marseille”,  qui fait l’objet du bonus de cette fin de balade photographique – chacun l’interprétera avec son propre degré d’ironie :

Les sons recueillis lors de cet événement rendant hommage aux victimes des effondrements du 5 novembre 2018 arriveront plus tard, patience…

Proposition collective pour une charte du relogement

Sur la base des principes actés par l’Assemblée des délogé·es, plusieurs collectifs et structures marseillais·es se sont regroupé·e·s pour proposer une charte du relogement  : le Collectif du 5 Novembre – Noailles en colère, le Conseil citoyen 1/6, un Centre‐Ville pour Tous, la Ligue des Droits de l’Homme Marseille, l’Assemblée des délogé·es, la Fondation Abbé Pierre, l’AMPIL, les Compagnons Bâtisseurs ProvenceMarseille en colère et Emmaüs.

Ce texte est conçu comme une base de discussion et promeut l’idée d’une charte, que ces différentes structures voudraient faire adopter par les pouvoirs publics. Voici le lien de consultation du document, ainsi que le lien pour signer la pétition visant à promouvoir cette charte. À ce jour, elle a recueilli près de 6000 signatures.

Le Collectif du 5 Novembre – Noailles en colère a également réalisé une vidéo de promotion de cette initiative :

Complément d’enquête “Les nouveaux profiteurs de l’immobilier”

Diffusée le 11 avril 2019, l’émission revient à Noailles quatre mois après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. On y voit l’expérience d’habitants victimes du business des marchands de sommeil. Dans d’autres quartiers de la ville, on y voit également le trafic du marché de l’immobilier insalubre auquel participent notamment certaines figures politiques locales…

https://www.france.tv/france-2/complement-d-enquete/946597-les-nouveaux-profiteurs-de-l-immobilier.html

Effondrements en Méditerranée : une triste actualité du côté d’Alger

“Les planchers d’un immeuble de quatre étages situé dans la basse Casbah, à proximité de la célèbre mosquée Ketchaoua, se sont effondrés tôt dans la matinée de ce lundi 22 avril, causant la mort de cinq personnes, dont deux enfants.”

L’article de sur le média francophone algérien TSA : “Sur les lieux de l’effondrement mortel d’un immeuble : « Toute la Casbah est dans cet état »”