Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement « La rue du rock » en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants « Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement? », ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour « crime contre l’humanité » s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de « violences extrêmes » qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. « On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique ».

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder « avant les luttes ».

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être « agité » ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses « coupables » de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de « jungle » ou « forêt sauvage » « oubliée » depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d' »Etre forêt », est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie,  » ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles. » (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de « restitution » : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : « Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes ». L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne « parlent pas bien » et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d' »expliquer ». L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de « vulgariser » mais de « démocratiser le récit ».

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des « experts » peut être lue comme un argument « climatosceptique », l’explicitation des distinctions entre « science  » et « expertise ».

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

un an après les effondrements, « des vies suspendues »

C’est l’une des phrases extraites de l’article que le quotidien du médecin consacre aux observations des membres d’un collectif de prise en charge psychologique déployé depuis plusieurs mois et coordonnée par le Dr Flavie Derynck. La « file active » est actuellement constituée de 500 personnes. Un éclairage sur les conséquences en termes de santé mentale et d’enjeux médico-psychologiques de cette crise.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/effondrements-marseille-le-dispositif-de-prise-en-charge-psychologique-ete-elargi-et-renforce?fbclid=IwAR3idhN_OkD6frFimJgNEBtBKIkkTcRcQKKojnoWpnSENNVS5wqkm05bxcE

Une chaîne consacrée a la préparation du film d’alain barlatier, « Après l’effondrement »

Dans le cadre de son projet, Alain a filmé un ensemble d’habitants, d’activistes, d’artistes, de chercheurs, de personnes engagées dans des associations etc… Ces entretiens évoquent la manière dont l’effondrement les a affecté et a été à l’initiative de démarches très diverses. 28 vidéos à ce jour.

https://vimeo.com/channels/1463405

Les cartographies du mal logement après novembre 2018

Un travail évolutif de cartographie a été amorcé rapidement après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. Fondé sur une démarche collaborative entre des géographes, des étudiants et des militants contre le logement indigne, ce travail a évolué au fil des mois, montrant d’abord la propagation des arrêtés de péril et leur chronologie

Puis des parcours de personnes délogées ont été élaborés grâce à des enquêtes menées auprès de 400 ménages contraints de quitter leur logement mis en péril.

Quelques précisions sur la démarche sont accessibles sur le blog « urbaniCités« 

Marche pour une vie et des logements dignes

Le point de départ ce samedi 7 novembre était en bas de l’immeuble de la cité Maison Blanche où plusieurs logements ont du être évacués suite à l’incendie du 23 août.

Cette marche, organisée à l’initiative du Collectif Maison blanche a été soutenue par le mouvement post-5 novembre. En bas de l’immeuble calciné, le collectif appelle « les mamans » pour venir tenir la banderole fraichement terminée et démarrer la marche qui a traversé de nombreux quartiers défavorisés de Marseille : Maison Blanche bien sûr, mais aussi Félix Piat, Belle de mai, Saint-Mauront. Elle s’est arrêtée à la porte d’Aix pour un grand pique-nique et s’est achevée au Vieux port, devant la mairie.

« les mamans » viennent tenir la banderole.

Dans les rangs de la marche, on en apprend un peu plus sur maison blanche et son collectif. La mention d’un autre incendie au début des années 1980 est évoquée, sans que les détails à ce sujet ne soient restés précisément gravés dans les mémoires. Le 11 Janvier 1981, un incendie avait démarré dans un logement de la cité, aggravé par l’explosion d’une bouteille de butane au bas de l’immeuble. Cet évènement avait, selon une archive non publique retrouvée à l’INA du journal de 13h d’Yves Mourousi le 12 janvier 1981, causé la mort de 5 personnes dont les corps furent sortis des décombres par les pompiers. 7 blessés graves étaient aussi comptés le lendemain, dont 3 dans un état « très grave » et 60 personnes « sans-abris » à Maison blanche. De cet événement tragique, il ne restait aucune trace sur le net, si ce n’est la mémoire de certains habitants et de militants de longue date autour des questions de mal-logement dans ce périmètre.

Il y a un an, à la fin du mois de juillet 2018 une fillette de 6 ans décédait à l’issue d’une chute du 12ème étage. En cause, l’insalubrité du bâtiment et le manque de sécurisation au niveau des balcons. Le collectif Maison blanche a alors vu le jour pour dénoncer et soutenir les populations victimes du mal logement. Comme l’évoque un homme poussant un « diable » rempli de petites bouteilles d’eau en soutien aux marcheurs « ça fait des années qu’on tente d’interpeller la mairie et qu’on a aucune réponse, il a fallu le 5 novembre pour que ce qui nous arrive et ce qu’on vit soit enfin visible et qu’on en parle! ».

Les slogans ce matin-là en disent long :

« solidarité avec les sinistrés », « qui sème la misère récolte la colère », Réquisition des logements vides », « Marseille brûle, Marseille soulève-toi », « quartiers nord, quartiers forts », « Gaudin, aux Goudes, va te jeter ».

passage par la cité de Félix Piat
La marche avance vers le quartier de la Belle de mai

Et enfin « Noailles, maison blanche, mêmes dégâts, mêmes combats ». Ce dernier slogan illustre bien que se dessine aujourd’hui, 10 mois après les effondrements de la rue d’Aubagne dans le centre ville de Marseille, un « mouvement post-cinq novembre ». C’est le terme qui revient dans plusieurs bouches et dans la presse locale. Fathi Bouaroua, dans la marche avec sa trottinette considère qu’un véritable mouvement est en train de se constituer. Il estime que la période électorale dans laquelle nous entrons avec les municipales à l’horizon de mai 2020 est perturbante pour le mouvement post-cinq novembre, « à cause des ambitions personnelles et des tentatives de récupération par les partis ».

Les enjeux liés à l’habitat indigne ont pris une place fondamentale dans la manière d’appréhender l’horizon des élections municipales de 2020. A n’en point douter, les collectifs qui se constituent en vue des prochaines élections prennent la mesure de l’importance de cette question ( Mad Mars, les États généraux, le rassemblement inédit et le pacte démocratique). Ils veulent donner l’image d’être « différents mais pas divergents » (notes carnet de terrain 19 août, Première réunion des signataires du pacte démocratique), mais paraissent avoir du mal à s’articuler entre eux, en dépit du fait que les mêmes personnes peuvent circuler entre ces différents collectifs et les collectifs citoyens « post-cinq novembre ».

L’appel pour un rassemblement inédit publié le 10 Juillet dans libération, https://www.liberation.fr/debats/2019/07/10/nous-habitantes-de-marseille-voulons-construire-un-rassemblement-inedit_1739280, le pacte démocratique pour Marseille, publié le 29 août par La Marseillaise http://www.lamarseillaise.fr/marseille/politique/77982-le-pacte-democratique-pour-marseille, viennent témoigner de la singularité de ce moment historique local, à l’issue de la tenue d’Etats généraux eux mêmes inédits en Juin https://les-etats-generaux-de-marseille.fr/, ainsi que le collectif « Mad Mars » : https://www.facebook.com/atMadMars/; https://madeinmarseille.net/41431-mad-mars-collectif-citoyen/

La saison estivale à Marseille : zoom sur quelques évacuations

Évacuation de la boulangerie « Le fournil de l’étoile » et des 60 et 61 Rue Jean Jaurès, 20 Juin

Jeudi 20 Juin, dans la soirée « une personne de la mairie est venue pour nous dire de rassembler nos affaires et quitter les lieux de toute urgence« , se souvient le boulanger qui a racheté ce commerce « pilier » de la place Jean-Jaurès il y a seulement trois ans. » (voir l’article de la Provence).

Les immeubles des 60 et 61 place Jean Jaurès, ou ce qu’il en reste, c’est à dire un périmètre entouré de murs en béton dont les voies praticables sont un chantier en plein air, triste et poussiéreux sous la chaleur qui, à cette période de l’année, commence à être intense. Une dizaine d’habitant·e·s sont concernés. L’un d’entre eux, avec qui une discussion informelle eut lieu quelques jours plus tard, explique qu’il « squatte » chez « les uns et les autres » car son oncle étant le propriétaire du logement dans lequel il était hébergé, il ne peut lui demander de payer l’hôtel ou un autre loyer, comme « on » (les employés de la mairie) lui a recommandé de le faire.

Les 6 employé·e·s de la boulangerie, chère au cœur des gens du quartier et qui fournissait jusqu’alors de nombreux restaurants alentours, se retrouvent au chômage technique.

Des dessins d’enfants sont affichés sur le mur de la boulangerie.

L’attente d’un arrêté de péril et d’éléments sur ce qui suivra est longue… comme un jour sans pain (comme l’expliquent La Marseillaise et Marsactu).

Une semaine plus tard donc, le 27 Juin, un rassemblement est organisé devant la boulangerie. Comme en témoignent les enregistrements que nous avons réalisées à ce moment là, il est l’occasion de prises de parole sur des sujets aussi divers que le détail des problèmes ayant conduit à l’évacuation, la situation des employé·e·s, celle du quartier et des commerçant·e·s, des personnes âgées qui ont du être mises en maison de retraite du fait de leur impossibilité de circuler dans ce qu’est devenu le périmètre, et au-delà, des évacuations qui continuent dans l’ensemble de la ville… Sont évoqués pêle-mêle le risque que les évacuations servent à racheter des immeubles pour une bouchée de pain, les difficultés de gagner leur croute affrontées par les commerçants, et le refus de manger de ce pain là… (une capsule sonore rendra compte de ce rassemblement).

Rassemblement du 27 juin.

« Rendez-nous la boulangerie »

Vendredi 30 Août, une rubrique de La Marseillaise est dédiée à la rentrée… vue par Fayçal Aoufi, le propriétaire de la boulangerie. Il y déclare :

 » La rentrée est un peu particulière pour moi car je ne peux toujours pas travailler. Ma boulangerie est toujours fermée, les propriétaires des murs doivent se réunir avec des experts pour commencer les travaux. Normalement j’ai droit au chômage technique mais en deux mois je n’ai toujours rien reçu… Je paye de ma poche mes employés. Lorsque l’on est au chômage technique, c’est à nous de payer les employés et ensuite on se fait rembourser. C’est n’importe quoi, mon commerce est fermé, donc je ne génère plus d’argent et on me demande de faire des avances. Et puis il y a énormément de paperasse à faire, c’est la galère. Et puis je n’ai aucun plan B. Les travaux vont durer encore deux mois minimum et je ne suis même pas sûr de pouvoir reprendre mon activité car tout est délabré à l’intérieur. Il y a de la poussière partout, la marchandise a pourri. Imaginez que vous avez chez vous un frigo rempli, vous l’éteignez et vous revenez trois ou quatre mois après. À votre avis est-ce que vous aller cuisiner avec ce qu’il y a dedans ? Est-ce que c’est utilisable ? Évidemment non. Si je ne peux pas ouvrir à nouveau ma boulangerie, je prendrai un bon avocat, c’est tout ce que je peux faire, je ne suis pas millionnaire ! Pour rebondir sur un autre commerce c’est impossible. Personne ne m’a aidé, les banques s’en foutent. Pour reporter le crédit que j’avais contracté c’est très compliqué, il faut une tonne de documents… »

Évacuation des immeubles du haut de la rue Curiol :

Du 23 au 26 juillet derniers, dix immeubles du haut de la rue Curiol ont été évacués, entraînant la fermeture de la rue sur une dizaine de mètres et empêchant ainsi l’accès à la plaine, en travaux.

Ce sont les n° 81 et 83 qui ont été frappés d’un arrêté de péril imminent, alors que, comme le relate Marsactu, leur état alertait déjà ses services techniques de la mairie depuis 2014. Cette décision d’évacuation immédiate a également imposé aux habitant·e·s des immeubles mitoyens, du n°75 au n°85 de la rue Curiol ainsi qu’au n°26 de la place Jean Jaurès, de quitter leur logement en urgence. La raison de cette évacuation est l’inclinaison inquiétante et le nombre de fissures constatés depuis quelques temps sur les n°81 et 83 et qui n’ont entraîné aucun travaux de la part des copropriétés. Le risque d’un effondrement des façades sur la rue a donc justifié d’évacuer également les numéros pairs de la rue, en face : les immeubles du n°92 au n°100.

Malgré cette évacuation en cascade, le bar du Petit Nice est resté ouvert tout le mois d’août et il continue de servir ses client·e·s sur sa terrasse triangulaire, coincée entre les travaux de la plaine et les barrières du périmètre de sécurité de la rue Curiol. Pourtant, le bar fait complètement partie de l’îlot touché par les évacuations. Si le patron du Petit Nice, Richard Caramanolis, a déclaré à une journaliste de Marsactu, que le 28 place Jean Jaurès – numéro auquel il est domicilié, mais qui n’est matérialisé par aucune porte – n’est pas touché par l’arrêté de péril, la situation laisse circonspect·e. En effet, les numéros mitoyens de ce n°28 aussi introuvable que le quai 9 3/4 de Harry Potter sont évacués, que ce soit du côté du 26 place Jean Jaurès ou du 85 rue Curiol. Par ailleurs, les appartements qui surplombent le bar ont tous été vidés de leurs habitant·e·s en quelques minutes, comme à chaque nouvelle évacuation.  Qu’est-ce qui justifie cette situation et cette variabilité dans l’évaluation du péril ? On ne peut s’empêcher de penser à une forme de deux poids, deux mesures, quand la mairie impose à des habitant·e·s une évacuation en urgence de leur logement, alors qu’au pied de leur immeuble, un bar continue d’exercer son activité sans être dérangé.

Le haut de la rue Curiol évacué.

Au dessus de la terrasse du Petit Nice, les appartements traversants du n°85 ont été évacués.

Entre le n°26 de la place Jean Jaurès et la terrasse du Petit Nice, aucune trace d’une porte ni d’un n°28.

L’évacuation des gravats bleus

Fin juin, nous évoquions la présence intrigante et inquiétante de gravats bleus contenant de l’amiante dans le quartier de Belsunce, au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale. Durant la deuxième quinzaine du mois d’août, ceux-ci ont été évacués par les services techniques de la mairie, à l’aide d’une pelleteuse excavatrice et d’un ventilateur-brumisateur visant à limiter la volatilité des poussières contaminées. Durant les phases les plus critiques du chantier de dépollution, les ouvriers portaient des combinaisons blanches intégrales et des masques. Il faut espérer que ces derniers ont été bien protégés durant toute l’opération, comme l’air que respire les riverain·e·s et les passant·e·s. Le terrain vague qui accueillait les gravats bleus est désormais vide.

Le 27 août, on ne voyait plus de gravats bleus à l’angle de la rue du Fare et de la rue Nationale.

L’incendie de Maison Blanche

23 août, la saison estivale s’achève tristement par un incendie dans un immeuble de la cité de la Maison Blanche située dans le 14 arrondissement de Marseille.

L’incendie a laissé sa marque.

Comme l’indique le journal Libération (2 septembre 2019), « [l]e feu ravage une vingtaine d’appartements, noircit sur toute sa hauteur la façade de douze étages mais ne fait heureusement aucune victime. Reste l’état du bâtiment G après sinistre : inondé pour venir à bout des flammes, les balcons fragilisés par le feu, la cage d’escalier irrespirable… Maison-Blanche n’avait vraiment pas besoin de ça : la résidence est dans un état si calamiteux qu’elle avait intégré la short list des 17 « priorités nationales » identifiées sur le territoire dans le cadre du plan de rénovation des copropriétés dégradées lancé par le ministère de la Cohésion des territoires, en octobre 2018 ». Pourtant à en croire ceux qui connaissent bien cette cité, cela fait belle lurette que des alertes ont été lancées pour dénoncer l’état de vétusté des immeubles de Maison Blanche.

Dès le lendemain du drame, une cagnotte a été mise en place pour les habitants par Naïr Abdallah, la tête de file du « collectif Maison Blanche ». Il faut bien que la solidarité locale fonctionne quand les pouvoirs publics ne suivent pas. Comme l’explique une militante de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le « mouvement post 5 novembre », « les sinistrés n’avaient rien à manger, on est parti là-bas faire des repas pour les gens ».

Les collectifs Maison Blanche et du 5 novembre sont là pour les habitant·e·s. Leur action est très pragmatique : accompagner les sinistré·e·s, préparer des repas et les aider à défendre leur droit à être relogé·e·s. Une militante  explique avoir alerté les pouvoirs publics, « non seulement les sinistrés venaient de tout perdre, mais en plus ils avaient faim ». Il a donc fallut être pragmatique et « s’organiser pour préparer des repas aux gens ». La gestion de l’urgence, cela n’est décidément pas le point fort de la municipalité qui pourtant, avec son dispositif dit « rue Beauvau » de prise en charge des personnes évacuées après les effondrements dans le quartier de Noailles, devait être en mesure de réagir de manière efficace.

D’après le journal Libération (cité plus haut), la moitié des personnes concernées par le sinistre seraient exclues du dispositif municipal de prise en charge des évacué·e·s. Pour l’autre moitié, ils·elles seraient relogé·e·s dans des hôtels jusqu’au 9 septembre. Fin août, plusieurs délogé·e·s en étaient à se battre pour obtenir une nuit de plus à l’hôtel (France bleu) .

D’autres habitant·e·s acculé·e·s à la dur réalité, discutaient déjà de la possibilité de regagner des logements malgré le fait qu’ils « sentent encore la fumée ». Quand aucune alternative n’est proposée, il faut bien envisager toutes les solutions, y compris celles qui présentent un danger. La solution de réintégrer leur logement calciné est effectivement celle qui sera proposé par Julien Ruas (l’adjoint en charge de la prévention des risques à la ville de Marseille) aux sinistré·e·s.

Dans « la lettre ouverte à la mairie et au ministre Denormandie », publiée dans le journal La Marseillaise, plusieurs associations, dont Médecins du Monde, dénoncent catégoriquement cette solution tant la situation sanitaire est préoccupante: « risques de troubles respiratoires liés aux nombreuses poussières et microparticules suite à l’incendie, nombreuses fissures et infiltrations d’eau, risques d’effondrements, apparition de champignons, risque potentiel lié à la volatilité de l’amiante et du plomb identifié… De nombreux enfants et personnes âgées sont concernés ».

Mais il n’y a pas que ça. Les collectifs dénoncent les violences policières qui font suite à l’incendie. Le 27 août d’abord, des trafiquants seraient recherchés et une course poursuite s’engage dans la cité : un jeune est blessé, puis des altercations ont lieu devant le local où se réunit le collectif Maison Blanche. D’après un communiqué du parti ouvrier indépendant démocratique (POID), des femmes en train de faire la queue pour bénéficier d’un petit déjeuné auraient été violemment interpelées après être venues en aide aux jeunes blessés. La Marseillaise et le journal Marsactu évoquent aussi une « interpellation policière musclée ». Des gaz lacrymogènes sont lâchés sur des habitant·e·s déjà sous le choc de l’incendie. Des parents sont mis à terre ! Pour une militante du collectif du 5 novembre, « après le drame de Noailles, on parlait d’incurie pour qualifier l’incompétence des pouvoirs publics; là, pour Maison blanche, c’est carrément l’ignominie ». Elle en est à se dire qu’un tel mépris est lié au fait que les « habitants de maison Blanche sont des noirs et que tout le monde s’en fout ! ». Le représentant du collectif Maison Blanche, quant à lui, dénonce ces violences policières comme « le seul visage des institutions qui nous est donné à voir ! ».

Le collectif Maison Blanche est dans les starting-blocks pour crier sa colère, il donne rendez-vous le samedi 7 septembre « en soutien à la Maison blanche et tou.te.s les personnes dégolé.e.s à Marseille ».

À suivre…

Splash Une série d’été en posdcast et 5 episodes. Etienne TAbbagh : https://www.nouvellesecoutes.fr/splash/

5 épisodes successifs pour répondre à la question qui hante le réalisateur de cette série depuis le mois de Novembre 2018 : pourquoi Marseille s’effondre? Une belle enquête avec un univers de mots

Episode 1 : Retour sur le drame. Fathi Bouaroua, Zania et le collectif noailles en colère, l’auteur du rapport Nicole sur la situation du logement indigne en 2015 à Marseille. Manifestation d’Avril 2019 et rencontre avec une personne évacuée Khadidja, description de la vie à l’hôtel depuis 5 mois et ses conséquences. Question cardinale de la nourriture : souffrant de diabète et d’hypertension, impact sur la santé de ces conditions de vie (impossible de faire la cuisine)

Episode 2 : Consacré aux processus recouverts par le terme de « marchands de sommeil », avec la participation du journaliste de la marseillaise David Coquille, où l’on apprend entre autres choses l’usage du terme « cafiste », et que les 100 000 personnes mal logés dans la ville en font la « troisième ville » du département.

Episode 3 Où Yankel Fijalkow, sociologue spécialiste du logement, Emmanuel Patris, urbaniste, ancien directeur adjoint du département renouvellement urbain à la Soleam, Benoît Gilles journaliste à Marsactu et Christian Nicol auteur du rapport de 2015 sur les logements insalubres à Marseille viennent éclairer l’histoire sociale et l’actualité récente des questions de logement insalubres.

Episode 4 L’anthropologue Michel Peraldi, Yankel Fijalkow et Margot Bergerand, également sociologue, spécialiste de l’habitat de fait évoquent l’histoire économique et sociale de la ville dans ses liens avec le logement

Episode 5 Autour de la figure et du « projet Gaudin », avec les éclairages de Patrick Lacoste, ancien fonctionnaire d’Etat et cofondateur de l’association ‘Un centre-ville pour tous’, et Michel Peraldi.

Lecture publique du rapport d’experts rue d’aubagne

Soirée organisée au Théâtre de l’oeuvre, le 20 Juin 2019. Comme l’indique le Collectif du 5 Novembre, relayant le Conseil Citoyen Marseille 1/6, « La mairie de Marseille et l’État ont diligenté un rapport d’expertise suite aux effondrements le 5 novembre 2018 des 63, 65 et 67 rue d’Aubagne, ayant coûté la vie à huit personnes.
La synthèse de ce travail a été publiée début mars 2019, et présentée à des professionnels de l’immobilier, le 24 avril au Cercle des nageurs, par les experts en charge de l’étude. Ni les citoyens, ni la presse n’étaient conviés. Les pouvoirs publics ne jugeant pas utile d’ouvrir ce débat aux Marseillais lambda, le Conseil citoyen du 1-6 a organisé une présentation publique de l’expertise, éclairée par un panel de professionnels du secteur : architecte, urbaniste, géologue, ingénieur, avocats de l’immobilier.
Synthèse en 10 mns de 2 heures d’échanges.

La carte évaluative des évacuations à Marseille

Document tout à fait impressionnant qui rend visible l’étendue et les périmètres des évacuations dans la ville.

Capture d’écran de la carte.

Cliquez sur ce lien pour explorer cette carte participative propulsée par le journal La Marseillaise à la fin de l’année 2018 pour référencer les arrêtés de péril que la mairie ne rendait pas publics à ce moment-là. Cette liste est désormais visible ici.

L’effondrement, ça ne fait pas de bruit ?

Nous vous invitons à écouter notre première capsule sonore – Autour du 5 novembre 2018 – et à lire le texte ci-dessous.

Cette capsule sonore est la première que nous proposons à l’écoute en ligne. Elle a été réalisée à partir d’extraits d’entretiens recueillis dans le cadre de notre projet collectif « Après l’effondrement ». Puisque nous nous étions données comme consigne, dès le début de l’enquête en février dernier, de commencer tous nos entretiens par la question « Où étiez-vous le 5 novembre ? », elle suit le fil des réponses que nous avons obtenues. Le montage permet d’entremêler ces différents points de vue sur l’événement et ses suites, afin d’en montrer la diversité et la complémentarité. Cette question initiale nous a permis d’amorcer les discussions avec nos interlocuteurs et de dérouler quelques fils autour de la question du bruit.

À l’occasion de conversations informelles et d’observation flottante dans le quartier Noailles et la rue d’Aubagne, plusieurs commerçant·e·s et habitant·e·s nous ont fait part du fait que leur souvenir de l’effondrement des immeubles était avant tout visuel, et non sonore. Les termes « poussière », « fumée », « brouillard » étaient évoqués, aboutissant au constat partagé que l’effondrement n’avait pas fait de bruit, en tout cas pas un bruit comme on pourrait l’imaginer quand un immeuble s’effondre. Pour une commerçante du bas de la rue d’Aubagne : « ça a fait juste un pschitt », « comme un château de cartes ». Pas de grand fracas donc, sauf pour les habitants situés à quelques mètres seulement du drame. Ceci est peut-être liée au contexte sonore bruyant du quartier : rue Estelle, un habitant nous a dit avoir entendu du bruit, mais il l’avait associé aux travaux de voirie réalisés alors sur le cours Lieutaud.

Si l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne n’a pas fait (beaucoup) de bruit, les conséquences de cet effondrement sur le paysage sonore quotidien du centre ville ont quant à elles été marquantes : les bruits des voitures de police et de pompiers, puis les attroupements et rapidement, les engins de chantier mobilisés pour de la recherche des corps et du déblaiement, ont imposés au voisinage une forte contrainte sonore. Ces bruits contrastent avec l’épaisseur du silence d’un périmètre du quartier coupé à la circulation des personnes.

L’absence de bruit peut aussi être métaphorique. Dans la capsule sonore, les propos de Fathi au sujet de l’absence de la moindre allusion aux effondrements lors de la réunion au conseil régional du jour même soulève des interrogations. Visiblement, dans les premières heures qui l’ont suivi, cet événement n’a pas eu de retentissement dans certaines sphères politiques. Deux immeubles s’effondrent : c’est le bruit de fond de la ville et cela ne perturbe pas les oreilles des élus. De la même manière, la tenue, le soir du 6 novembre, d’une manifestation de dégustation de chocolat pour les élu·e·s Les Républicains de la mairie du 6/8ème arrondissement de Marseille (en particulier le maire de secteur Yves Moraine et l’adjointe à l’urbanisme, Laure-Agnès Caradec) a été amplement commentée et perçue comme « indécente ».

Le bruit c’est aussi la forte mobilisation que l’on entend dans la capsule : plusieurs voix soulignent l’ampleur inédite, l’étincelle, qu’a suscité cet effondrement en termes de solidarité, de bouillonnement collectif. Ainsi la capsule s’ouvre sur le bruit des tambours iraniens qui ont accompagné la descente au flambeau de la rue d’Aubagne en hommage aux victimes des effondrements, lors de la journée de commémoration des 6 mois de l’événement (5 Mai 2019). D’autres tambours, que l’on entend furtivement en ouverture, annonçaient les clameurs des crieurs publics mobilisés ce même jour. Dans sa dernière partie, le montage inclut également des sons et des slogans recueillis dans le cadre d’une manifestation liées à la venue, à Marseille, du premier ministre Édouard Philippe et de son ministre du logement Julien Denormandie (12 Avril). Des extraits du 20ème carnaval de la plaine (10 Mars 2019) laissent ensuite se déployer d’autres sons et cris qui rappellent le 5 novembre en forme de procès délirant. Enfin, les paroles et sons entremêlés du Molotov soutiennent les propos de Marie, psychologue bénévole lors des permanences destinées aux personnes délogées que cette salle de concert du haut de la rue d’Aubagne accueille tous les lundis après-midi depuis plusieurs mois.

Des mobilisations d’une ampleur inédite donc, car comme le soulignent Jean Régis et Fathi, d’autres effondrements, d’autres morts, d’autres expulsions ont eu lieu dans la ville, sans donner lieu à ce qui est là qualifié d’ambiance ayant « frôlé l’insurrection ». Diletta s’interroge quant-à-elle sur l’importance de la présence physique d’un périmètre de sécurité autour du lieu des effondrements, de quelque chose qui gêne, pour éviter, comme dit Claire, qu’ « une actualité en chasse une autre » et que l’on passe à autre chose. C’est toute la question de la mémoire collective, ce qui fait trace et ce qui s’oublie.

Image de une – onde sonore : Pixabay

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search