Archives de catégorie : Notre cuisine

Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement “La rue du rock” en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants “Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement?”, ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour “crime contre l’humanité” s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de “violences extrêmes” qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. “On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique”.

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder “avant les luttes”.

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être “agité” ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses “coupables” de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de “jungle” ou “forêt sauvage” “oubliée” depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d'”Etre forêt”, est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie, ” ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles.” (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de “restitution” : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : “Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes”. L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne “parlent pas bien” et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d'”expliquer”. L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de “vulgariser” mais de “démocratiser le récit”.

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des “experts” peut être lue comme un argument “climatosceptique”, l’explicitation des distinctions entre “science ” et “expertise”.

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

Marche pour une vie et des logements dignes

Le point de départ ce samedi 7 novembre était en bas de l’immeuble de la cité Maison Blanche où plusieurs logements ont du être évacués suite à l’incendie du 23 août.

Cette marche, organisée à l’initiative du Collectif Maison blanche a été soutenue par le mouvement post-5 novembre. En bas de l’immeuble calciné, le collectif appelle “les mamans” pour venir tenir la banderole fraichement terminée et démarrer la marche qui a traversé de nombreux quartiers défavorisés de Marseille : Maison Blanche bien sûr, mais aussi Félix Piat, Belle de mai, Saint-Mauront. Elle s’est arrêtée à la porte d’Aix pour un grand pique-nique et s’est achevée au Vieux port, devant la mairie.

“les mamans” viennent tenir la banderole.

Dans les rangs de la marche, on en apprend un peu plus sur maison blanche et son collectif. La mention d’un autre incendie au début des années 1980 est évoquée, sans que les détails à ce sujet ne soient restés précisément gravés dans les mémoires. Le 11 Janvier 1981, un incendie avait démarré dans un logement de la cité, aggravé par l’explosion d’une bouteille de butane au bas de l’immeuble. Cet évènement avait, selon une archive non publique retrouvée à l’INA du journal de 13h d’Yves Mourousi le 12 janvier 1981, causé la mort de 5 personnes dont les corps furent sortis des décombres par les pompiers. 7 blessés graves étaient aussi comptés le lendemain, dont 3 dans un état “très grave” et 60 personnes “sans-abris” à Maison blanche. De cet événement tragique, il ne restait aucune trace sur le net, si ce n’est la mémoire de certains habitants et de militants de longue date autour des questions de mal-logement dans ce périmètre.

Il y a un an, à la fin du mois de juillet 2018 une fillette de 6 ans décédait à l’issue d’une chute du 12ème étage. En cause, l’insalubrité du bâtiment et le manque de sécurisation au niveau des balcons. Le collectif Maison blanche a alors vu le jour pour dénoncer et soutenir les populations victimes du mal logement. Comme l’évoque un homme poussant un “diable” rempli de petites bouteilles d’eau en soutien aux marcheurs “ça fait des années qu’on tente d’interpeller la mairie et qu’on a aucune réponse, il a fallu le 5 novembre pour que ce qui nous arrive et ce qu’on vit soit enfin visible et qu’on en parle!”.

Les slogans ce matin-là en disent long :

“solidarité avec les sinistrés”, “qui sème la misère récolte la colère”, Réquisition des logements vides”, “Marseille brûle, Marseille soulève-toi”, “quartiers nord, quartiers forts”, “Gaudin, aux Goudes, va te jeter”.

passage par la cité de Félix Piat
La marche avance vers le quartier de la Belle de mai

Et enfin “Noailles, maison blanche, mêmes dégâts, mêmes combats”. Ce dernier slogan illustre bien que se dessine aujourd’hui, 10 mois après les effondrements de la rue d’Aubagne dans le centre ville de Marseille, un “mouvement post-cinq novembre”. C’est le terme qui revient dans plusieurs bouches et dans la presse locale. Fathi Bouaroua, dans la marche avec sa trottinette considère qu’un véritable mouvement est en train de se constituer. Il estime que la période électorale dans laquelle nous entrons avec les municipales à l’horizon de mai 2020 est perturbante pour le mouvement post-cinq novembre, “à cause des ambitions personnelles et des tentatives de récupération par les partis”.

Les enjeux liés à l’habitat indigne ont pris une place fondamentale dans la manière d’appréhender l’horizon des élections municipales de 2020. A n’en point douter, les collectifs qui se constituent en vue des prochaines élections prennent la mesure de l’importance de cette question ( Mad Mars, les États généraux, le rassemblement inédit et le pacte démocratique). Ils veulent donner l’image d’être “différents mais pas divergents” (notes carnet de terrain 19 août, Première réunion des signataires du pacte démocratique), mais paraissent avoir du mal à s’articuler entre eux, en dépit du fait que les mêmes personnes peuvent circuler entre ces différents collectifs et les collectifs citoyens “post-cinq novembre”.

L’appel pour un rassemblement inédit publié le 10 Juillet dans libération, https://www.liberation.fr/debats/2019/07/10/nous-habitantes-de-marseille-voulons-construire-un-rassemblement-inedit_1739280, le pacte démocratique pour Marseille, publié le 29 août par La Marseillaise http://www.lamarseillaise.fr/marseille/politique/77982-le-pacte-democratique-pour-marseille, viennent témoigner de la singularité de ce moment historique local, à l’issue de la tenue d’Etats généraux eux mêmes inédits en Juin https://les-etats-generaux-de-marseille.fr/, ainsi que le collectif “Mad Mars” : https://www.facebook.com/atMadMars/; https://madeinmarseille.net/41431-mad-mars-collectif-citoyen/

Comment j’ai voulu enquêter sur l’effondrement ? Entre Ouaga et Marseille : si loin, si proche.

Le 5 novembre 2018, j’étais à Ouagadougou au Burkina Faso où je commençais une recherche sur les ONG islamiques turques. Pas grand chose à voir.

J’ai eu la nouvelle, le lendemain je pense, alors que j’étais de passage au bureau, entre deux virées quelque part dans Ouagadougou. Ma collègue me dit « t’as vu Maud, y’a des immeubles qui se sont effondrés à Marseille, dans la rue d’Aubagne. C’est pas là où t’habitais quand on était venu te voir ? »  « Oui c’était bien là ! », lui répondis-je.

Je prends alors mon ordinateur pour aller voir ça de plus près : un frisson d’effroi me traverse, en voyant les photos. Une seule phrase me revient : « c’est pas possible, c’est pas possible ». Je suis restée scotchée sur l’événement quelques minutes, et puis j’ai repris mon train-train. J’ai oublié toute cette réalité marseillaise, qui était alors loin de moi. J’étais dans une autre réalité non moins dure (et qui s’est aggravée depuis novembre 2018) : Ouagadougou, ville-monde, est la capitale du Burkina Faso, un pays en proie au djihadisme avec des attaques répétées aux confins du pays, près de 1000 écoles fermées, 150 000 enfants déscolarisés parce que les enseignants sont menacés. Rien à signaler à Ouagadougou depuis les attentats de 2016 et 2018, mais une menace pesante, une ambiance délétère. Bref, un pays connu pour son vivre-ensemble entre religions, entre ethnies, en train de sombrer. J’en ai la chair de poule en l’écrivant.

Avec le recul, on peut s’interroger sur le rôle de la distance géographique dans notre manière de considérer un événement tragique. L’idée n’est pas de mettre en concurrence les drames, l’idée n’est pas de dire que l’un mérite plus d’attention que l’autre, mais de se questionner sur la manière par laquelle un événement mobilise les consciences collectives. Les événements n’ont jamais la même teneur quand on est loin, dans un autre contexte. La proximité de l’épicentre : c’est ce qui met en lien les gens, c’est ce qui génère de la tristesse et de la colère, c’est qui actionne les émotions, c’est un moteur de la mobilisation.

C’est à mon retour à Marseille à la fin du mois de novembre, que j’ai partagé l’émoi dans lequel étaient les Marseillais : entre marche blanche, marche de la colère, gilets jaunes, marche contre l’habitat indigne etc. La ville traversait une crise profonde, un tournant. J’ai trouvé qu’en tant qu’anthropologue, on pouvait jouer un rôle pour recueillir des expériences vécues, démêler avec les gens tout ce que ces effondrements disent de notre société. S’arrêter sur des mots, des lieux, aller voir ceux qui se mobilisent mais aussi ceux qui à qui l’on ne demande rien. Et puis il y a eu cet apéro où nous avons finalement décidé, Sandrine et moi de nous rencarder. Mikaëla s’est rapidement greffé à notre binôme et nous avons commencé à former une petite équipe.

La saison estivale à Marseille : zoom sur quelques évacuations

Évacuation de la boulangerie « Le fournil de l’étoile » et des 60 et 61 Rue Jean Jaurès, 20 Juin

Jeudi 20 Juin, dans la soirée « une personne de la mairie est venue pour nous dire de rassembler nos affaires et quitter les lieux de toute urgence“, se souvient le boulanger qui a racheté ce commerce “pilier” de la place Jean-Jaurès il y a seulement trois ans. » (voir l’article de la Provence).

Les immeubles des 60 et 61 place Jean Jaurès, ou ce qu’il en reste, c’est à dire un périmètre entouré de murs en béton dont les voies praticables sont un chantier en plein air, triste et poussiéreux sous la chaleur qui, à cette période de l’année, commence à être intense. Une dizaine d’habitant·e·s sont concernés. L’un d’entre eux, avec qui une discussion informelle eut lieu quelques jours plus tard, explique qu’il « squatte » chez « les uns et les autres » car son oncle étant le propriétaire du logement dans lequel il était hébergé, il ne peut lui demander de payer l’hôtel ou un autre loyer, comme « on » (les employés de la mairie) lui a recommandé de le faire.

Les 6 employé·e·s de la boulangerie, chère au cœur des gens du quartier et qui fournissait jusqu’alors de nombreux restaurants alentours, se retrouvent au chômage technique.

Des dessins d’enfants sont affichés sur le mur de la boulangerie.

L’attente d’un arrêté de péril et d’éléments sur ce qui suivra est longue… comme un jour sans pain (comme l’expliquent La Marseillaise et Marsactu).

Une semaine plus tard donc, le 27 Juin, un rassemblement est organisé devant la boulangerie. Comme en témoignent les enregistrements que nous avons réalisées à ce moment là, il est l’occasion de prises de parole sur des sujets aussi divers que le détail des problèmes ayant conduit à l’évacuation, la situation des employé·e·s, celle du quartier et des commerçant·e·s, des personnes âgées qui ont du être mises en maison de retraite du fait de leur impossibilité de circuler dans ce qu’est devenu le périmètre, et au-delà, des évacuations qui continuent dans l’ensemble de la ville… Sont évoqués pêle-mêle le risque que les évacuations servent à racheter des immeubles pour une bouchée de pain, les difficultés de gagner leur croute affrontées par les commerçants, et le refus de manger de ce pain là… (une capsule sonore rendra compte de ce rassemblement).

Rassemblement du 27 juin.

“Rendez-nous la boulangerie”

Vendredi 30 Août, une rubrique de La Marseillaise est dédiée à la rentrée… vue par Fayçal Aoufi, le propriétaire de la boulangerie. Il y déclare :

” La rentrée est un peu particulière pour moi car je ne peux toujours pas travailler. Ma boulangerie est toujours fermée, les propriétaires des murs doivent se réunir avec des experts pour commencer les travaux. Normalement j’ai droit au chômage technique mais en deux mois je n’ai toujours rien reçu… Je paye de ma poche mes employés. Lorsque l’on est au chômage technique, c’est à nous de payer les employés et ensuite on se fait rembourser. C’est n’importe quoi, mon commerce est fermé, donc je ne génère plus d’argent et on me demande de faire des avances. Et puis il y a énormément de paperasse à faire, c’est la galère. Et puis je n’ai aucun plan B. Les travaux vont durer encore deux mois minimum et je ne suis même pas sûr de pouvoir reprendre mon activité car tout est délabré à l’intérieur. Il y a de la poussière partout, la marchandise a pourri. Imaginez que vous avez chez vous un frigo rempli, vous l’éteignez et vous revenez trois ou quatre mois après. À votre avis est-ce que vous aller cuisiner avec ce qu’il y a dedans ? Est-ce que c’est utilisable ? Évidemment non. Si je ne peux pas ouvrir à nouveau ma boulangerie, je prendrai un bon avocat, c’est tout ce que je peux faire, je ne suis pas millionnaire ! Pour rebondir sur un autre commerce c’est impossible. Personne ne m’a aidé, les banques s’en foutent. Pour reporter le crédit que j’avais contracté c’est très compliqué, il faut une tonne de documents…”

Évacuation des immeubles du haut de la rue Curiol :

Du 23 au 26 juillet derniers, dix immeubles du haut de la rue Curiol ont été évacués, entraînant la fermeture de la rue sur une dizaine de mètres et empêchant ainsi l’accès à la plaine, en travaux.

Ce sont les n° 81 et 83 qui ont été frappés d’un arrêté de péril imminent, alors que, comme le relate Marsactu, leur état alertait déjà ses services techniques de la mairie depuis 2014. Cette décision d’évacuation immédiate a également imposé aux habitant·e·s des immeubles mitoyens, du n°75 au n°85 de la rue Curiol ainsi qu’au n°26 de la place Jean Jaurès, de quitter leur logement en urgence. La raison de cette évacuation est l’inclinaison inquiétante et le nombre de fissures constatés depuis quelques temps sur les n°81 et 83 et qui n’ont entraîné aucun travaux de la part des copropriétés. Le risque d’un effondrement des façades sur la rue a donc justifié d’évacuer également les numéros pairs de la rue, en face : les immeubles du n°92 au n°100.

Malgré cette évacuation en cascade, le bar du Petit Nice est resté ouvert tout le mois d’août et il continue de servir ses client·e·s sur sa terrasse triangulaire, coincée entre les travaux de la plaine et les barrières du périmètre de sécurité de la rue Curiol. Pourtant, le bar fait complètement partie de l’îlot touché par les évacuations. Si le patron du Petit Nice, Richard Caramanolis, a déclaré à une journaliste de Marsactu, que le 28 place Jean Jaurès – numéro auquel il est domicilié, mais qui n’est matérialisé par aucune porte – n’est pas touché par l’arrêté de péril, la situation laisse circonspect·e. En effet, les numéros mitoyens de ce n°28 aussi introuvable que le quai 9 3/4 de Harry Potter sont évacués, que ce soit du côté du 26 place Jean Jaurès ou du 85 rue Curiol. Par ailleurs, les appartements qui surplombent le bar ont tous été vidés de leurs habitant·e·s en quelques minutes, comme à chaque nouvelle évacuation.  Qu’est-ce qui justifie cette situation et cette variabilité dans l’évaluation du péril ? On ne peut s’empêcher de penser à une forme de deux poids, deux mesures, quand la mairie impose à des habitant·e·s une évacuation en urgence de leur logement, alors qu’au pied de leur immeuble, un bar continue d’exercer son activité sans être dérangé.

Le haut de la rue Curiol évacué.

Au dessus de la terrasse du Petit Nice, les appartements traversants du n°85 ont été évacués.

Entre le n°26 de la place Jean Jaurès et la terrasse du Petit Nice, aucune trace d’une porte ni d’un n°28.

L’évacuation des gravats bleus

Fin juin, nous évoquions la présence intrigante et inquiétante de gravats bleus contenant de l’amiante dans le quartier de Belsunce, au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale. Durant la deuxième quinzaine du mois d’août, ceux-ci ont été évacués par les services techniques de la mairie, à l’aide d’une pelleteuse excavatrice et d’un ventilateur-brumisateur visant à limiter la volatilité des poussières contaminées. Durant les phases les plus critiques du chantier de dépollution, les ouvriers portaient des combinaisons blanches intégrales et des masques. Il faut espérer que ces derniers ont été bien protégés durant toute l’opération, comme l’air que respire les riverain·e·s et les passant·e·s. Le terrain vague qui accueillait les gravats bleus est désormais vide.

Le 27 août, on ne voyait plus de gravats bleus à l’angle de la rue du Fare et de la rue Nationale.

L’incendie de Maison Blanche

23 août, la saison estivale s’achève tristement par un incendie dans un immeuble de la cité de la Maison Blanche située dans le 14 arrondissement de Marseille.

L’incendie a laissé sa marque.

Comme l’indique le journal Libération (2 septembre 2019), « [l]e feu ravage une vingtaine d’appartements, noircit sur toute sa hauteur la façade de douze étages mais ne fait heureusement aucune victime. Reste l’état du bâtiment G après sinistre : inondé pour venir à bout des flammes, les balcons fragilisés par le feu, la cage d’escalier irrespirable… Maison-Blanche n’avait vraiment pas besoin de ça : la résidence est dans un état si calamiteux qu’elle avait intégré la short list des 17 “priorités nationales” identifiées sur le territoire dans le cadre du plan de rénovation des copropriétés dégradées lancé par le ministère de la Cohésion des territoires, en octobre 2018 ». Pourtant à en croire ceux qui connaissent bien cette cité, cela fait belle lurette que des alertes ont été lancées pour dénoncer l’état de vétusté des immeubles de Maison Blanche.

Dès le lendemain du drame, une cagnotte a été mise en place pour les habitants par Naïr Abdallah, la tête de file du “collectif Maison Blanche”. Il faut bien que la solidarité locale fonctionne quand les pouvoirs publics ne suivent pas. Comme l’explique une militante de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le « mouvement post 5 novembre », « les sinistrés n’avaient rien à manger, on est parti là-bas faire des repas pour les gens ».

Les collectifs Maison Blanche et du 5 novembre sont là pour les habitant·e·s. Leur action est très pragmatique : accompagner les sinistré·e·s, préparer des repas et les aider à défendre leur droit à être relogé·e·s. Une militante  explique avoir alerté les pouvoirs publics, “non seulement les sinistrés venaient de tout perdre, mais en plus ils avaient faim”. Il a donc fallut être pragmatique et “s’organiser pour préparer des repas aux gens”. La gestion de l’urgence, cela n’est décidément pas le point fort de la municipalité qui pourtant, avec son dispositif dit “rue Beauvau” de prise en charge des personnes évacuées après les effondrements dans le quartier de Noailles, devait être en mesure de réagir de manière efficace.

D’après le journal Libération (cité plus haut), la moitié des personnes concernées par le sinistre seraient exclues du dispositif municipal de prise en charge des évacué·e·s. Pour l’autre moitié, ils·elles seraient relogé·e·s dans des hôtels jusqu’au 9 septembre. Fin août, plusieurs délogé·e·s en étaient à se battre pour obtenir une nuit de plus à l’hôtel (France bleu) .

D’autres habitant·e·s acculé·e·s à la dur réalité, discutaient déjà de la possibilité de regagner des logements malgré le fait qu’ils “sentent encore la fumée”. Quand aucune alternative n’est proposée, il faut bien envisager toutes les solutions, y compris celles qui présentent un danger. La solution de réintégrer leur logement calciné est effectivement celle qui sera proposé par Julien Ruas (l’adjoint en charge de la prévention des risques à la ville de Marseille) aux sinistré·e·s.

Dans “la lettre ouverte à la mairie et au ministre Denormandie”, publiée dans le journal La Marseillaise, plusieurs associations, dont Médecins du Monde, dénoncent catégoriquement cette solution tant la situation sanitaire est préoccupante: “risques de troubles respiratoires liés aux nombreuses poussières et microparticules suite à l’incendie, nombreuses fissures et infiltrations d’eau, risques d’effondrements, apparition de champignons, risque potentiel lié à la volatilité de l’amiante et du plomb identifié… De nombreux enfants et personnes âgées sont concernés”.

Mais il n’y a pas que ça. Les collectifs dénoncent les violences policières qui font suite à l’incendie. Le 27 août d’abord, des trafiquants seraient recherchés et une course poursuite s’engage dans la cité : un jeune est blessé, puis des altercations ont lieu devant le local où se réunit le collectif Maison Blanche. D’après un communiqué du parti ouvrier indépendant démocratique (POID), des femmes en train de faire la queue pour bénéficier d’un petit déjeuné auraient été violemment interpelées après être venues en aide aux jeunes blessés. La Marseillaise et le journal Marsactu évoquent aussi une “interpellation policière musclée”. Des gaz lacrymogènes sont lâchés sur des habitant·e·s déjà sous le choc de l’incendie. Des parents sont mis à terre ! Pour une militante du collectif du 5 novembre, “après le drame de Noailles, on parlait d’incurie pour qualifier l’incompétence des pouvoirs publics; là, pour Maison blanche, c’est carrément l’ignominie”. Elle en est à se dire qu’un tel mépris est lié au fait que les “habitants de maison Blanche sont des noirs et que tout le monde s’en fout !”. Le représentant du collectif Maison Blanche, quant à lui, dénonce ces violences policières comme “le seul visage des institutions qui nous est donné à voir !”.

Le collectif Maison Blanche est dans les starting-blocks pour crier sa colère, il donne rendez-vous le samedi 7 septembre « en soutien à la Maison blanche et tou.te.s les personnes dégolé.e.s à Marseille ».

À suivre…

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après?

Dictionnaire le littré : effondrement

(è-fon-dre-man) s. m.

  • 1. Terme d’agriculture. Action d’effondrer, de fouiller la terre.
  • 2. Action d’effondrer, de s’effondrer, de s’écrouler.

« Tout de même, les tremblements de terre, c’est étrange. Nous sommes convaincus, intellectuellement, que le sol sous nos pieds est dur et stable. On dit même : “il a les pieds sur terre”, pour parler d’une personne solide. Et pourtant un beau jour, soudain, on comprend que tout ça est faux : la terre, les rochers, qui devraient être stables, se tordent dans tous les sens comme du liquide. »

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 1999.

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après ?

5 novembre 2018. 8h30. Je traverse le centre de la ville à partir de la plaine, où je vis, jusqu’à la vieille charité, où est situé mon bureau. C’est un lundi de reprise après quelques jours de vacances de Toussaint. Pour ce faire, je passe devant les murs érigés le 28 Octobre, autour de la plaine. L’ « amer béton » se dresse, déjà moins gris, du fait des multiples inscriptions, tags et graffs qui le recouvrent. Je détourne le regard tentant d’échapper à la violence constituée par sa présence, songeant aux 390 000 euros qu’a couté ce mur, pour protéger un chantier qui en coûterait entre 13 et 20 millions. [1] Si le béton n’est pas longtemps resté gris, le ciel lui, l’est particulièrement ; plusieurs jours de fortes pluies viennent de se succéder. Le 6 novembre d’ailleurs, un reportage de la Provence filmera le port au bord du débordement du fait des pluies intenses qui sont tombées ces derniers jours sur la ville.

J’arrive vers 9h dans mon bureau à la vieille charité, et poursuis laborieusement la finalisation des deux cours qui se succèdent le lendemain au département d’anthropologie de l’université. A 10h30, un message d’une copine travaillant à l’établissement français du sang, envoyé par erreur à une autre « sandrine », atterrit sur mon téléphone. Il fait mention d’un « plan blanc » déclenché à Marseille suite à « l’effondrement d’un immeuble ». Je ne comprends rien au message reçu, mais la référence au « plan blanc » résonne. Elle résonne avec catastrophe, attentats, drame… Je tape sur mon ordinateur les mots clés « effondrement immeuble marseille », et découvre avec horreur, sous la rubrique « actualités » que deux immeubles viennent de s’effondrer dans la rue d’Aubagne, celle au-dessus de laquelle j’ai habité plusieurs années en arrivant à Marseille en 2001, celle que je traverse quasi-quotidiennement, où je m’arrête souvent pour faire des courses, boire un café… Il est probable que des personnes étaient dedans, certain que d’autres passaient devant. La rue d’Aubagne, celle où, en 2009, avec ma collègue Johanna Lees, nous avions « fait du terrain » sur les questions de « précarité énergétique ». Je revois cette femme dont le fils était au collège avec l’une de mes filles, m’expliquer au 4ème étage d’un des immeubles de cette rue, un peu plus bas et du côté pair, qu’elle fermait les volets de sa cuisine pour éviter que les rats n’y entrent. Elle nous avait aussi raconté avec légèreté combien elle avait de la chance : une nuit elle s’était réveillée pour aller aux toilettes et avait pris le parapluie avec elle, geste machinal et ordinaire pour éviter d’être mouillée quand il pleuvait. Heureusement, car elle l’avait au-dessus de la tête pour se protéger quand le morceau de plafond est tombé… La rue d’Aubagne, où dans d’autres appartements visités, nous avions pu prendre la mesure des effets de l’habitat sur la santé : fréquence d’affections respiratoires diverses et notamment de l’asthme, liées aux champignons et moisissures. La rue d’Aubagne, dont la traversée fait prendre la mesure des contradictions de la ville, particulièrement visibles dans ce « ventre de Marseille », où fleurissent depuis 2013 des signes extérieurs de gentrification, de l’ouverture d’enseignes « bistronomiques » à celle de magasins haut de gammes ou branchés.

Et après ?

La journée se passe entre abattements de tâches diverses, préparation de cours, et consultation compulsive des infos qui arrivent sur internet et facebook. Je réponds que tout va bien aux messages de proches qui s’inquiètent de ce qu’ils ont aussi lu, vu ou entendu. Vers 18h, je « remonte » sur la plaine, en ne prenant pas la rue d’Aubagne, dans l’évitement d’un parcours habituel. J’arrive au Bar de la plaine et partage un verre avec un ami, figure du quartier. Il est angoissé, l’un de ses amis, Fabien, était peut-être dans l’immeuble ; il n’a pas répondu aux multiples appels de la journée. Il me parle aussi de l’étudiante italienne, Simona, deux photos ont commencé à circuler dans la nuit sur facebook avec leurs visages. A ce début d’incarnation de qui sont les victimes s’ajoute cette histoire du petit garçon que la maman n’est jamais venue chercher à l’école Chabanon à 16h30, qui en dessine les contours d’une troisième. Mais pour l’instant aucun corps n’est officiellement retrouvé. J’apprendrais plus tard que c’est grâce à l’analyse ADN des dents retrouvées dans les gravas et décombres, mais aussi d’autres procédures de médecine légale protocolisées après les attentas de Paris et Nice, que les corps seront identifiés dans la semaine de fouille qui suit, officiellement 8. Dans l’un des témoignages recueillis par l’équipe des cinéastes de la Tribune Ouverte Noailles, Sophie Dorbeaux ancienne habitante du 65 rue D’Aubagne, ajoute à ce macabre décompte la mort de la mère de sa voisine Marie, qui a fait un AVC quand elle a appris la nouvelle et est morte après 3 jours de comas.

Le 2 décembre, Zineb Redouane qui avait reçu la veille une grenade en plein visage alors qu’elle fermait la fenêtre de son domicile, décède à l’hôpital. Le 5 Mai, pour les 6 mois des effondrements, 9 minutes de silence furent organisées, incluant Zineb Redouane aux morts de la rue d’Aubagne.

Effondrement et événement

Dans le podcast d’une émission consacrée à la collapsologie et l’effondrement en octobre 2018, Raphaël Stevens revient sur la distinction entre effondrement et « événement ponctuel ». À ses yeux l’effondrement est plutôt un « enchainement d’évènements catastrophiques sur fond de changements progressifs non moins déstabilisants ; ça veut dire qu’on se situe dans des systèmes complexes ou les causes et effets ne sont pas simplement compréhensibles par des logiques cartésiennes, quantitatives ». Il évoque alors l’importance des dimensions émotionnelles, la phénoménologie de ce processus d’effondrement. C’est l’une des choses qui m’a frappée, dans les jours et semaines qui ont suivi les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne : la dimension sensible de tout ce qui était venu profondément modifier le rapport à ses propres murs, ses fissures, l’observation du bâti et de la ville autour de soi, pour des tas d’habitant.e.s du centre ville avec lesquel.le.s j’échangeais à ce propos.

L’importance aussi de l’expression publique d’émotion. D’abord cette « marche blanche » du samedi qui a suivi, sous le signe explicite de la « tristesse » silencieuse et quasiment sans banderoles, pendant laquelle un balcon s’est écroulé. Puis cette « marche de la colère » du 14 novembre, théâtre de violences policières ayant auguré ce qui allait se donner à voir partout comme déchainement de colère, avec le premier acte du mouvement des gilets jaunes à l’échelle nationale le 16 Novembre. La dimension locale de l’expression de colère dans la rue à Marseille s’est articulée autour des mobilisations contre le logement indigne.

Et puis ce processus enclenché par les effondrements : l’ « épidémie » d’arrêtés de péril, d’évacuations, de délogé.e.s. L’in-gestion de « crise » jusqu’à l’indigestion par les autorités en charge de s’y coller, le rappel constant à l’ « incurie » de la mairie, aux multiples et complexes responsabilités engagées dans cette affaire.

Et, face à l’évidence de multiples formes de négligence et de mépris social vécues par les personnes touchées de très près par la tourmente, l’émergence de réponses, allant de la constitution de collectifs à la production rituelle venant scander les manifestations et « dates anniversaires » de la catastrophe.

Être affecté

Loin de conceptions positivistes, scientistes ou désincarnées, l’ethnologue Jeanne Favret-Saada a montré combien être affecté, être pris, non seulement ne constituait pas un obstacle à l’enquête, mais pouvait en être la condition même. De toute évidence, j’avais bien du mal à ne pas être envahie, et à dissocier mon regard d’anthropologue de mon regard d’habitante affectée par l’état de ma ville. Par l’exemplarité de cet état. Non pas au sens de spécifique et d’exemplaire, en la lisant comme l’une de ces « spécificités » locales dont Marseille aurait le chic et dont les clichés nous rebattent les oreilles. Mais plutôt comme l’avant-garde, la première ligne, de ce qui se jouait de manière bien plus globale en termes d’inégalités, de négligences et de mépris social dont sont l’aboutissement et le carrefour les désastres et catastrophes. L’observation de ce qu’ils produisent ou leur succèdent vient autant révéler les conditions les ayant rendu possible, que l’ouverture de possibles manières de faire face, et d’en éviter d’autres. Face à ces enjeux, cruciaux, l’anthropologie devait prendre sa part, et prendre part, avec ses outils, à ce qui se vivait ici et maintenant. Pour notre premier apéritif de l’année 2019 qui commençait, nous avons décidé avec mon amie Maud Saint-Lary Maïga qui se demandait « quoi faire », de débuter un terrain par des observations flottantes une demie-journée par semaine. L’opportunité d’une formation au son et à l’écriture sonore proposée par Mahé Ben Hamed à la fabrique des écritures du Centre Norbert Elias me donna la chance de rencontrer Mikaëla Le Meur.  Le collectif « Après l’effondrement » est né de notre intention commune de rendre compte de l’épaisseur, de la dimension sensible et tragique de ce à quoi nous assistions. L’effondrement, figure dominante des récits du futur qui peuple nos présents n’était pas devant nous : il avait déjà eu lieu.

Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 2002


[1] Il a succédé aux camions de CRS auparavant là pour les mêmes raisons.  A quoi s’ajoutent les « 11000 heures de fonctionnaires mobilisés pour « sécuriser le chantier ». Des dizaines de camions de CRS et de fonctionnaires de police étaient  devenus l’un des ingrédients du paysage ordinaire autour de la place depuis plusieurs semaines, en réponse aux mobilisations et manifestations face à un projet de « requalification » qui a fait couler beaucoup d’encre.

Les gravats bleus

Au cœur du quartier de Belsunce, en plein centre ville de Marseille, un tas de gravats attire le regard. Il est d’un bleu vif, électrique, cobalt ou céruléen, selon les nuances que chaque regard perçoit.  S’agit-il d’une de ces œuvres d’art contemporaines qui ponctuent désormais nos balades urbaines ? On pourrait le croire, tant l’esthétique de ce monticule surmonté d’une statue de Pinocchio est étrange.

Au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale, entre les barreaux qui surplombent un mur décoré de tags, le spectacle des gravats bleus.

Tags multicolores et gravats bleus égaient le quartier, comme s’il s’agissait d’une œuvre exposée lors des Belsunciades, festival artistique qui s’est déroulé du 10 au 21 juin 2019.

Il n’y a pourtant rien d’artistique, ni de poétique, dans ce tas de gravats, qui n’a pas toujours été bleu. Il provient de la démolition d’un immeuble de la rue la Fare, au numéro 15. Cet immeuble, qui était propriété de la ville, a été confié à la Soleam, société publique locale d’aménagement, pour qu’elle le détruise à partir de la fin de l’année 2018. La couleur bleue, quant-à elle, témoigne de l’usage d’un produit fixatif coloré, répandu le 23 mai dernier sur le tas, afin d’éviter que les gravats ne dispersent de l’amiante dans tout le quartier : “les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite.” C’est ce que révèle le journal d’investigation locale Marsactu :

 

En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Ces gravats bleus, qui ne seront pas enlevés avant la fin de l’été, vont donc continuer à orner le quartier de Belsunce, déjà marqué par les grilles, plots de bétons et autre signes extérieurs de “péril” et d’insalubrité, ou encore par la multitude d’étais métalliques qui maintiennent les murs des immeubles debout.  Belsunce, comme Noailles, est un quartier où de nombreux habitant·e·s ont été évacué·e·s de leur logement, à la suite de l’inquiétude généralisée sur l’état du bâti que les effondrements de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018 ont mis au jour.

La destruction du 15 rue de la Fare n’a pourtant pas fait beaucoup de bruit, alors que les gravats s’ajoutent aux indices inlassablement accumulés qui dévoilent les “maux bleus” dont souffre la ville de Marseille. En effet, pour la mairie – et les autorités locales en général – “parler semble ridicule”, puisque les dangers associés au tas bleu ne sont pas communiqués aux passant·e·s ni aux riverain·e·s : l’article de Marsactu nous explique que le panneau générique indiquant la présence d’amiante dans les gravats a mystérieusement disparu au printemps. Est-ce alors pour représenter ce mensonge par omission qu’une personne – au sens poétique et politique visiblement affûté – a installé une statue de Pinocchio sur la crête de cette colline silencieuse ? Sans aucun doute, nous assistons-là à une nouvelle rencontre manquée entre les pouvoirs publics et les citadin·e·s.

“Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile”

Les mots bleus, Christophe – 1974

Une matinée dans le mistral – 6 mois après / 5 mai 2019

Le 5 mai 2019 a eu lieu la “Faites du Quartier de Noailles”, organisée par le Collectif du 5 Novembre – Noailles en Colère, Destination Famille, Un Centre Ville Pour Tous, le Conseil Citoyen1/6, les Compagnons Bâtisseurs Provence, Générik Vapeur, le Collectif 14+1 ainsi que des bénévoles habitant.e.s et acteurs.trices du quartier. Cette fête de quartier visait à rendre hommage aux victimes de l’effondrement de la rue d’Aubagne et de construire un événement destiné à rassembler les habitant.e.s autour de réflexions sur le devenir de leur quartier et de la ville.

Programme de la journée

La journée était particulièrement venteuse, puisque les rafales de mistral atteignaient jusqu’à 130 km/h. Les conditions atmosphériques n’étaient donc pas propices à un rassemblement en plein air, mais les différentes personnes impliquées dans l’organisation ont fait de leur mieux pour maintenir le programme.

Voici quelques clichés pris durant la première partie de la journée :

Après la descente au flambeau de la rue d’Aubagne, accompagnée du son des Dafs (tambourins iraniens) en hommage aux victimes du 5 novembre 2018

Crieur public et tambour sur la place des Halles Delacroix

Sandrine (Après l’effondrement) à l’écoute attentive des crieurs publics

Lecture de lettres d’habitant.e.s recueillies dans des boîtes disposées chez des commerçant.e.s du quartier

Affiche annonçant les ateliers de réflexion

Un futur incertain, sujet à des projections multiples et parfois divergentes

Atelier de réflexion collective : “Que faire des lieux des effondrement ?” Une dalle, un parc, un jardin potager ?

Atelier de fabrication de jardinières pour le quartier

Se réapproprier la ville par la végétalisation des rues

Après une longue matinée dans le mistral, les enquêtrices d’Après l’effondrement, accompagnées de quelques connaissances, se sont réfugiées dans un petit café de la rue des Récolettes. On remercie le sympathique et jovial patron pour la découverte de cette chanson de Robert Mayol – “Bienvenue à Marseille”,  qui fait l’objet du bonus de cette fin de balade photographique – chacun l’interprétera avec son propre degré d’ironie :

Les sons recueillis lors de cet événement rendant hommage aux victimes des effondrements du 5 novembre 2018 arriveront plus tard, patience…

Carnavalesque – quand la joie et la colère s’emmêlent – 10 mars 2019

La 20ème édition du carnaval indépendant de la Plaine – Noailles – Réformés a eu lieu le dimanche 10 mars 2019. Pour cette année, c’est un “carnaval exilé” et “hors le mur” qui a dû s’adapter aux bouleversements urbanistiques du centre ville de Marseille, la plaine étant fermée pour travaux et des rues de Noailles bloquées suite aux effondrements des n° 63, 65 et 67 de la rue d’Aubagne. Le carnaval a donné l’occasion de transcender ce contexte à la fois dramatique et conflictuel afin d’offrir aux marseillais·e·s un moment propice à l’explosion de toutes les émotions, en technicolor, avant d’accueillir la nouvelle saison : le printemps. Cette fête extravagante et un brin sauvage met en scène, sous une forme cathartique, la condamnation aux flammes du caramentran, personnification de tous les maux de l’année écoulée. En 2019 (comme d’autres fois par le passé), c’est le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, qui a incarné ce personnage détesté de tou·te·s les carnavalier·e·s et porté par la foule jusqu’au bûcher.

En contre bas de la place Carli, tournant le dos au conservatoire national, le caramentran de la saison : Jean-Claude Gaudin.

Un chevalier… de l’apocalypse carnavalesque ?

Sous “le toutou caressé par son maî-maître”, les dossiers du moment : la plaine, les effondrements de la rue d’Aubagne, les écoles etc.

Un déguisement de circonstance : des parois du mur de la plaine. Et derrière le mur, le soleil.

Le temps du procès, devant la foule colorée, prête à huer le caramentran et les arguments de la défense face aux accusations de Madame la procureure.

Malgré la succession des témoins de la défense, l’accusé a été déclaré coupable, lançant ainsi la procession jusqu’à la porte d’Aix où sont jugement l’attend : la foule lui réserve le bûcher.

La procession se lance au rythme de la batucada et des enfarinages.

Le bruit des tambours en écho à l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne ?

Il faut savoir jouer des poings.

Des machines infernales manipulées des humains à figure animale. “Haou Haou Haou.”

Masques et couvre-chefs de rigueur.

Embrigadés dès le plus jeune âge, les enfants font rôtir un cochon sur leur char.

On observe des dédoublements de personnalités.

Défiler lors du carnaval est une manière pour les habitant·e·s d’investir les rues et ruelles entre le quartier de Noailles et la place Jean Jaurès.

Les chars peuvent aussi délivrer des messages politiques : “Nous n’oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas. Nous ne lâcherons rien” – “Rue d’Aubagne – 5/11/2018”

“Enragé·e·s, Déterminé·e·s, Liberté” – Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal ont le droit à leur poupée.

Photographie de une : le bûcher du caramentran (Lucille Gallardo).

Pourquoi j’ai voulu enquêter sur les fissures

Dictionnaire Littré :  “fissure”

1) Petite fente, crevasse. Les fissures d’un mur, d’un vase, d’un terrain. La lumière pénétrait par une fissure de la cloison.

Fig. “Je sais que, malgré les barrières immenses qu’on entasse sans cesse autour de moi, on craint toujours que la vérité ne s’échappe par quelque fissure.”

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions VII

 

Le 5 novembre 2018 à 9h05, j’étais installée sur mon ordinateur pour écrire les dernières pages de ma thèse de doctorat en anthropologie. Comme chaque matin, je m’étais octroyée quelques minutes de vagabondage sur internet avant d’entrer à nouveau dans la concentration et la solitude nécessaire à l’écriture. Ce jour là, les réseaux sociaux m’ont empêchée de travailler.

Grand fracas, inquiétudes et deuil

C’est via une amie que j’ai appris qu’un immeuble s’était effondré dans la rue d’Aubagne, à deux pas de chez elle, à quelques pas supplémentaires de chez moi. Un ou deux immeubles, je ne me souviens plus exactement. L’un après l’autre, jusqu’à ce tas de gravas, qu’elle avait filmé avec son téléphone depuis la fenêtre de sa chambre, à l’arrière de son appartement. D’abord surprise, j’ai été très inquiète, pour elle, pour les autres ami·e·s vivant près de là, pour les habitant·e·s du quartier, pour les passant·e·s empruntant la rue d’Aubagne. En échangeant des messages avec mon amie, j’ai appris que les immeubles alentours étaient évacués, que les pompiers craignaient un “effet domino” dans l’îlot d’habitation, que le quartier était quadrillé et que des fouilles commençaient, à la recherche de survivant·e·s, ou de corps. Nouvelle glaçante, apprise depuis mon bureau, chez moi, à l’abri des intempéries de ce mois de novembre pourri.

Et puis il y a eu ces messages des ami·e·s de loin, qu’il faut rassurer comme si l’on avait été dans un pays ou une ville touchée par un tremblement de terre, un cyclone ou un attentat. Oui, je vais bien. Ça s’est passé tout près de moi, mais je n’ai pas été touchée. Pas physiquement, en tout cas.

Durant la semaine, je n’ai parlé que de cela. J’ai suivi les actualités, les médias, internet, discuté avec des ami·e·s, tout en essayant de garder le cap dans mon travail. La semaine s’est terminée dans la tristesse, à cause d’un décès survenu dans la famille, qui n’avait rien à voir avec la rue d’Aubagne, mais que je n’ai pas pu m’empêcher de relier à l’événement. C’est lourds de ce deuil difficile que nous avons participé, mon amoureux et moi, à la marche blanche du samedi 10 novembre 2019, entourés de nos proches marseillais·e·s. Le silence et la procession ont accompagné nos émotions entremêlées, jusqu’à ce que ce soit la rumeur inquiète et l’indignation qui les remplacent, lorsque le bruit qu’un balcon s’était effondré sur le trottoir ne nous parvienne et oblige un changement de parcours. À quoi fallait-il s’attendre d’autre ? Nous en avions eu largement assez.

De l’hystérie à l’enquête

Durant la semaine suivante, un employé du syndic de notre immeuble s’est présenté chez nous, sonnant aux portes en pleine journée. Extirpée de mon écriture cafardeuse, je lui ai ouvert :

– “Est-ce que vous avez noté quelque chose d’anormal ici ?”

À demi-consciente de ce que recouvrait sa question, je lui ai répondu “Non, je ne crois pas”, comme on répond machinalement “ça va.”

– “Ici il n’y a jamais eu de problème, je me doutais bien. Mais vous savez, avec l’hystérie qui règne en ce moment ! On préfère faire le tour des immeubles.”

Il a jeté un bref coup d’œil à la cage d’escalier et est reparti.

Après avoir fermé la porte, c’est le mot “hystérie” qui m’a ramenée à la conscience, puis à la colère. Est-ce qu’avec 8 morts, on peut décemment parler d’hystérie ?  D’où vient le délire ? Des gens inquiets, tourmentés ou de ceux qui temporisent, ou encore minimisent les problèmes ? Qui est le mieux placé pour décrire la réalité ? À quelles regards et à quelles paroles peut-on faire confiance ? À celle d’un pseudo-expert envoyé par les propriétaires faire du porte à porte pour jeter un œil rapide aux cages d’escalier ? Aux habitant·e·s qui se sont habitué·e·s à accepter des appartements moyennement aux normes, un peu vieux et décrépis ?

Au milieu des questions, ce mélange d’inquiétude et de colère s’est  installé en moi, jusqu’à pénétrer mes rêves et à transformer le regard que je portais sur mon appartement. J’ai découvert des fissures au plafond – nouvelles, anciennes, impossible de le dire –, je me suis mise à scruter les murs, de l’intérieur, de l’extérieur, dans les encadrements de fenêtre, de l’immeuble mitoyen, de la rue, à lire des sites internet spécialisés sur les fissures, leur largeur, leur longueur, leur évolution et le traitement à adopter. Un jour, mal à l’aise, dérangée par l’idée que le plafond pouvait s’écrouler dans mon salon, j’ai sonné chez la voisine d’en face, pour lui demander si elle aussi avait remarqué des fissures. Elle a tenté de me rassurer, disant que ce qui m’inquiétait était sans commune mesure avec l’état des immeubles effondrés, que les fissures faisaient partie de la vie et que notre immeuble était solide. Je suis rentrée chez moi, toujours troublée. Quelques temps plus tard, en se croisant dans l’escalier, elle m’a demandé : “Ça va mieux vos angoisses ?”

Voilà, tout simplement : des angoisses. Jusqu’à la crise, lors d’un passage chez une amie qui m’avait invitée une après-midi, dans le quartier. Il faisait à nouveau un temps pourri, de la pluie, sombre et froide. Dès que j’ai franchi la porte d’entrée, son immeuble m’a effrayée. Plafond et murs vétustes, grande fissure verticale en escalier, portes et fenêtres du rez-de-chaussée murées à la va-vite, succession de paliers biscornus et dégradés, la porte de l’appartement semblait ne plus pouvoir rentrer dans son encadrement, puis un salon grinçant, petit espace, trop de gens et encore des fissures, dont l’une traversait le mur et se prolongeait sur la quasi totalité du plafond.  Je n’ai pas tenu plus de 40 minutes. Debout, fiévreuse, sur le qui-vive, déconcentrée et quasi-absente des conversations, gênée par des bouffées de chaleur, j’ai eu besoin de sortir. De marcher dans la rue, sous la pluie, dans l’air du dehors. De respirer. En arrivant chez moi, j’ai pleuré.

Après cet épisode de crise, l’idée a germé. Quitte à être hantée, obnubilée, troublée, autant que cela produise quelque chose. C’était le début d’une enquête, un détournement d’inquiétude, une transposition de l’angoisse existentielle vers la méthode (pour paraphraser l’ethnopsychiatre et anthropologue Georges Devereux). Il fallait que ces doutes soient le moteur d’une recherche, une manière de les dompter.

Image de une :

Standing Between A Giant Fissure in Glacier,  Junius Henderson – Glacier Arapaho, USA, 1919

Source : CU Museum of Natural History and National Snow and Ice Data Center/World Data Center for Glaciology, University of Colorado, Boulder