Archives de catégorie : les mobilisations

À travers un mot, “les mobilisations”, nous abordons certaines questions émergeant de notre terrain d’enquête.

5 novembre 2019: “ni oubli ni pardon”

Aujourd’hui, place Homère à Marseille, 8 minutes de silence en hommage aux 8 victimes des effondrements de la rue d’Aubagne. Les gens sont nombreux près de l’autel en hommage aux “martyrs” de la rue d’Aubagne. Un peu avant 9 heures, la place se remplit d’une foule silencieuse, les gens s’amassent, d’autres s’étreignent le visage, tristes, les grosses caméras et les petits téléphones flottent au dessus de la foule pour immortaliser l’événement. Les journalistes sont venus nombreux.

Les huit minutes de silence commencent : les huit torches brûlent, quelques ballons s’envolent et l’église occupe le fond sonore avec ses cloches pour dire elle aussi son soutien.

Au dessus de la place, le slogan “ni oubli ni pardon” flotte depuis les fenêtres d’un appartement comme pour dire que l’on ne pourra plus détourner le regard face au fléau du logement indigne. Après le silence des huit minutes, l’apparition dans le quartier de certaines figures politiques, comme Patrick Mennucci ou Samia Ghali, suscite l’indignation : les voix montent à l’unisson pour dire leur refus “de se faire voler” cette commémoration. Pas de récupération disent-ils. Des gens crient de manière spontanée leur colère: “assassins”, “honte à vous”, “c’est trop tard”, “C’est des vies qui sont parties. Assassins vous le saviez!”, “bandes de cafards”. Une femme demande à tue tête: “mais que fait la justice?”, une autre répond: “elle est aveugle!”.

On se serre alors sur la place pour crier que “nous sommes tous des enfants de Marseille” ou pour scander “ni oubli ni pardon”, “Qui sème la misère récolte la colère”…

Alain Barlatier, vidéaste, retrace lui aussi cette matinée pleine de tristesse et de colère : https://pcdmq.blogspot.com/?view=magazine

La carte évaluative des évacuations à Marseille

Document tout à fait impressionnant qui rend visible l’étendue et les périmètres des évacuations dans la ville.

Capture d’écran de la carte.

Cliquez sur ce lien pour explorer cette carte participative propulsée par le journal La Marseillaise à la fin de l’année 2018 pour référencer les arrêtés de péril que la mairie ne rendait pas publics à ce moment-là. Cette liste est désormais visible ici.

Une matinée dans le mistral – 6 mois après / 5 mai 2019

Le 5 mai 2019 a eu lieu la “Faites du Quartier de Noailles”, organisée par le Collectif du 5 Novembre – Noailles en Colère, Destination Famille, Un Centre Ville Pour Tous, le Conseil Citoyen1/6, les Compagnons Bâtisseurs Provence, Générik Vapeur, le Collectif 14+1 ainsi que des bénévoles habitant.e.s et acteurs.trices du quartier. Cette fête de quartier visait à rendre hommage aux victimes de l’effondrement de la rue d’Aubagne et de construire un événement destiné à rassembler les habitant.e.s autour de réflexions sur le devenir de leur quartier et de la ville.

Programme de la journée

La journée était particulièrement venteuse, puisque les rafales de mistral atteignaient jusqu’à 130 km/h. Les conditions atmosphériques n’étaient donc pas propices à un rassemblement en plein air, mais les différentes personnes impliquées dans l’organisation ont fait de leur mieux pour maintenir le programme.

Voici quelques clichés pris durant la première partie de la journée :

Après la descente au flambeau de la rue d’Aubagne, accompagnée du son des Dafs (tambourins iraniens) en hommage aux victimes du 5 novembre 2018

Crieur public et tambour sur la place des Halles Delacroix

Sandrine (Après l’effondrement) à l’écoute attentive des crieurs publics

Lecture de lettres d’habitant.e.s recueillies dans des boîtes disposées chez des commerçant.e.s du quartier

Affiche annonçant les ateliers de réflexion

Un futur incertain, sujet à des projections multiples et parfois divergentes

Atelier de réflexion collective : “Que faire des lieux des effondrement ?” Une dalle, un parc, un jardin potager ?

Atelier de fabrication de jardinières pour le quartier

Se réapproprier la ville par la végétalisation des rues

Après une longue matinée dans le mistral, les enquêtrices d’Après l’effondrement, accompagnées de quelques connaissances, se sont réfugiées dans un petit café de la rue des Récolettes. On remercie le sympathique et jovial patron pour la découverte de cette chanson de Robert Mayol – “Bienvenue à Marseille”,  qui fait l’objet du bonus de cette fin de balade photographique – chacun l’interprétera avec son propre degré d’ironie :

Les sons recueillis lors de cet événement rendant hommage aux victimes des effondrements du 5 novembre 2018 arriveront plus tard, patience…