Archives de catégorie : Fenêtre sur…

Avec la rubrique “Fenêtre sur…”, nous proposons des entrées thématiques dans différents sujets issus de la recherche de terrain.

5 novembre 2019: “ni oubli ni pardon”

Aujourd’hui, place Homère à Marseille, 8 minutes de silence en hommage aux 8 victimes des effondrements de la rue d’Aubagne. Les gens sont nombreux près de l’autel en hommage aux “martyrs” de la rue d’Aubagne. Un peu avant 9 heures, la place se remplit d’une foule silencieuse, les gens s’amassent, d’autres s’étreignent le visage, tristes, les grosses caméras et les petits téléphones flottent au dessus de la foule pour immortaliser l’événement. Les journalistes sont venus nombreux.

Les huit minutes de silence commencent : les huit torches brûlent, quelques ballons s’envolent et l’église occupe le fond sonore avec ses cloches pour dire elle aussi son soutien.

Au dessus de la place, le slogan “ni oubli ni pardon” flotte depuis les fenêtres d’un appartement comme pour dire que l’on ne pourra plus détourner le regard face au fléau du logement indigne. Après le silence des huit minutes, l’apparition dans le quartier de certaines figures politiques, comme Patrick Mennucci ou Samia Ghali, suscite l’indignation : les voix montent à l’unisson pour dire leur refus “de se faire voler” cette commémoration. Pas de récupération disent-ils. Des gens crient de manière spontanée leur colère: “assassins”, “honte à vous”, “c’est trop tard”, “C’est des vies qui sont parties. Assassins vous le saviez!”, “bandes de cafards”. Une femme demande à tue tête: “mais que fait la justice?”, une autre répond: “elle est aveugle!”.

On se serre alors sur la place pour crier que “nous sommes tous des enfants de Marseille” ou pour scander “ni oubli ni pardon”, “Qui sème la misère récolte la colère”…

Alain Barlatier, vidéaste, retrace lui aussi cette matinée pleine de tristesse et de colère : https://pcdmq.blogspot.com/?view=magazine

La saison estivale à Marseille : zoom sur quelques évacuations

Évacuation de la boulangerie « Le fournil de l’étoile » et des 60 et 61 Rue Jean Jaurès, 20 Juin

Jeudi 20 Juin, dans la soirée « une personne de la mairie est venue pour nous dire de rassembler nos affaires et quitter les lieux de toute urgence“, se souvient le boulanger qui a racheté ce commerce “pilier” de la place Jean-Jaurès il y a seulement trois ans. » (voir l’article de la Provence).

Les immeubles des 60 et 61 place Jean Jaurès, ou ce qu’il en reste, c’est à dire un périmètre entouré de murs en béton dont les voies praticables sont un chantier en plein air, triste et poussiéreux sous la chaleur qui, à cette période de l’année, commence à être intense. Une dizaine d’habitant·e·s sont concernés. L’un d’entre eux, avec qui une discussion informelle eut lieu quelques jours plus tard, explique qu’il « squatte » chez « les uns et les autres » car son oncle étant le propriétaire du logement dans lequel il était hébergé, il ne peut lui demander de payer l’hôtel ou un autre loyer, comme « on » (les employés de la mairie) lui a recommandé de le faire.

Les 6 employé·e·s de la boulangerie, chère au cœur des gens du quartier et qui fournissait jusqu’alors de nombreux restaurants alentours, se retrouvent au chômage technique.

Des dessins d’enfants sont affichés sur le mur de la boulangerie.

L’attente d’un arrêté de péril et d’éléments sur ce qui suivra est longue… comme un jour sans pain (comme l’expliquent La Marseillaise et Marsactu).

Une semaine plus tard donc, le 27 Juin, un rassemblement est organisé devant la boulangerie. Comme en témoignent les enregistrements que nous avons réalisées à ce moment là, il est l’occasion de prises de parole sur des sujets aussi divers que le détail des problèmes ayant conduit à l’évacuation, la situation des employé·e·s, celle du quartier et des commerçant·e·s, des personnes âgées qui ont du être mises en maison de retraite du fait de leur impossibilité de circuler dans ce qu’est devenu le périmètre, et au-delà, des évacuations qui continuent dans l’ensemble de la ville… Sont évoqués pêle-mêle le risque que les évacuations servent à racheter des immeubles pour une bouchée de pain, les difficultés de gagner leur croute affrontées par les commerçants, et le refus de manger de ce pain là… (une capsule sonore rendra compte de ce rassemblement).

Rassemblement du 27 juin.

“Rendez-nous la boulangerie”

Vendredi 30 Août, une rubrique de La Marseillaise est dédiée à la rentrée… vue par Fayçal Aoufi, le propriétaire de la boulangerie. Il y déclare :

” La rentrée est un peu particulière pour moi car je ne peux toujours pas travailler. Ma boulangerie est toujours fermée, les propriétaires des murs doivent se réunir avec des experts pour commencer les travaux. Normalement j’ai droit au chômage technique mais en deux mois je n’ai toujours rien reçu… Je paye de ma poche mes employés. Lorsque l’on est au chômage technique, c’est à nous de payer les employés et ensuite on se fait rembourser. C’est n’importe quoi, mon commerce est fermé, donc je ne génère plus d’argent et on me demande de faire des avances. Et puis il y a énormément de paperasse à faire, c’est la galère. Et puis je n’ai aucun plan B. Les travaux vont durer encore deux mois minimum et je ne suis même pas sûr de pouvoir reprendre mon activité car tout est délabré à l’intérieur. Il y a de la poussière partout, la marchandise a pourri. Imaginez que vous avez chez vous un frigo rempli, vous l’éteignez et vous revenez trois ou quatre mois après. À votre avis est-ce que vous aller cuisiner avec ce qu’il y a dedans ? Est-ce que c’est utilisable ? Évidemment non. Si je ne peux pas ouvrir à nouveau ma boulangerie, je prendrai un bon avocat, c’est tout ce que je peux faire, je ne suis pas millionnaire ! Pour rebondir sur un autre commerce c’est impossible. Personne ne m’a aidé, les banques s’en foutent. Pour reporter le crédit que j’avais contracté c’est très compliqué, il faut une tonne de documents…”

Évacuation des immeubles du haut de la rue Curiol :

Du 23 au 26 juillet derniers, dix immeubles du haut de la rue Curiol ont été évacués, entraînant la fermeture de la rue sur une dizaine de mètres et empêchant ainsi l’accès à la plaine, en travaux.

Ce sont les n° 81 et 83 qui ont été frappés d’un arrêté de péril imminent, alors que, comme le relate Marsactu, leur état alertait déjà ses services techniques de la mairie depuis 2014. Cette décision d’évacuation immédiate a également imposé aux habitant·e·s des immeubles mitoyens, du n°75 au n°85 de la rue Curiol ainsi qu’au n°26 de la place Jean Jaurès, de quitter leur logement en urgence. La raison de cette évacuation est l’inclinaison inquiétante et le nombre de fissures constatés depuis quelques temps sur les n°81 et 83 et qui n’ont entraîné aucun travaux de la part des copropriétés. Le risque d’un effondrement des façades sur la rue a donc justifié d’évacuer également les numéros pairs de la rue, en face : les immeubles du n°92 au n°100.

Malgré cette évacuation en cascade, le bar du Petit Nice est resté ouvert tout le mois d’août et il continue de servir ses client·e·s sur sa terrasse triangulaire, coincée entre les travaux de la plaine et les barrières du périmètre de sécurité de la rue Curiol. Pourtant, le bar fait complètement partie de l’îlot touché par les évacuations. Si le patron du Petit Nice, Richard Caramanolis, a déclaré à une journaliste de Marsactu, que le 28 place Jean Jaurès – numéro auquel il est domicilié, mais qui n’est matérialisé par aucune porte – n’est pas touché par l’arrêté de péril, la situation laisse circonspect·e. En effet, les numéros mitoyens de ce n°28 aussi introuvable que le quai 9 3/4 de Harry Potter sont évacués, que ce soit du côté du 26 place Jean Jaurès ou du 85 rue Curiol. Par ailleurs, les appartements qui surplombent le bar ont tous été vidés de leurs habitant·e·s en quelques minutes, comme à chaque nouvelle évacuation.  Qu’est-ce qui justifie cette situation et cette variabilité dans l’évaluation du péril ? On ne peut s’empêcher de penser à une forme de deux poids, deux mesures, quand la mairie impose à des habitant·e·s une évacuation en urgence de leur logement, alors qu’au pied de leur immeuble, un bar continue d’exercer son activité sans être dérangé.

Le haut de la rue Curiol évacué.

Au dessus de la terrasse du Petit Nice, les appartements traversants du n°85 ont été évacués.

Entre le n°26 de la place Jean Jaurès et la terrasse du Petit Nice, aucune trace d’une porte ni d’un n°28.

L’évacuation des gravats bleus

Fin juin, nous évoquions la présence intrigante et inquiétante de gravats bleus contenant de l’amiante dans le quartier de Belsunce, au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale. Durant la deuxième quinzaine du mois d’août, ceux-ci ont été évacués par les services techniques de la mairie, à l’aide d’une pelleteuse excavatrice et d’un ventilateur-brumisateur visant à limiter la volatilité des poussières contaminées. Durant les phases les plus critiques du chantier de dépollution, les ouvriers portaient des combinaisons blanches intégrales et des masques. Il faut espérer que ces derniers ont été bien protégés durant toute l’opération, comme l’air que respire les riverain·e·s et les passant·e·s. Le terrain vague qui accueillait les gravats bleus est désormais vide.

Le 27 août, on ne voyait plus de gravats bleus à l’angle de la rue du Fare et de la rue Nationale.

L’incendie de Maison Blanche

23 août, la saison estivale s’achève tristement par un incendie dans un immeuble de la cité de la Maison Blanche située dans le 14 arrondissement de Marseille.

L’incendie a laissé sa marque.

Comme l’indique le journal Libération (2 septembre 2019), « [l]e feu ravage une vingtaine d’appartements, noircit sur toute sa hauteur la façade de douze étages mais ne fait heureusement aucune victime. Reste l’état du bâtiment G après sinistre : inondé pour venir à bout des flammes, les balcons fragilisés par le feu, la cage d’escalier irrespirable… Maison-Blanche n’avait vraiment pas besoin de ça : la résidence est dans un état si calamiteux qu’elle avait intégré la short list des 17 “priorités nationales” identifiées sur le territoire dans le cadre du plan de rénovation des copropriétés dégradées lancé par le ministère de la Cohésion des territoires, en octobre 2018 ». Pourtant à en croire ceux qui connaissent bien cette cité, cela fait belle lurette que des alertes ont été lancées pour dénoncer l’état de vétusté des immeubles de Maison Blanche.

Dès le lendemain du drame, une cagnotte a été mise en place pour les habitants par Naïr Abdallah, la tête de file du “collectif Maison Blanche”. Il faut bien que la solidarité locale fonctionne quand les pouvoirs publics ne suivent pas. Comme l’explique une militante de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le « mouvement post 5 novembre », « les sinistrés n’avaient rien à manger, on est parti là-bas faire des repas pour les gens ».

Les collectifs Maison Blanche et du 5 novembre sont là pour les habitant·e·s. Leur action est très pragmatique : accompagner les sinistré·e·s, préparer des repas et les aider à défendre leur droit à être relogé·e·s. Une militante  explique avoir alerté les pouvoirs publics, “non seulement les sinistrés venaient de tout perdre, mais en plus ils avaient faim”. Il a donc fallut être pragmatique et “s’organiser pour préparer des repas aux gens”. La gestion de l’urgence, cela n’est décidément pas le point fort de la municipalité qui pourtant, avec son dispositif dit “rue Beauvau” de prise en charge des personnes évacuées après les effondrements dans le quartier de Noailles, devait être en mesure de réagir de manière efficace.

D’après le journal Libération (cité plus haut), la moitié des personnes concernées par le sinistre seraient exclues du dispositif municipal de prise en charge des évacué·e·s. Pour l’autre moitié, ils·elles seraient relogé·e·s dans des hôtels jusqu’au 9 septembre. Fin août, plusieurs délogé·e·s en étaient à se battre pour obtenir une nuit de plus à l’hôtel (France bleu) .

D’autres habitant·e·s acculé·e·s à la dur réalité, discutaient déjà de la possibilité de regagner des logements malgré le fait qu’ils “sentent encore la fumée”. Quand aucune alternative n’est proposée, il faut bien envisager toutes les solutions, y compris celles qui présentent un danger. La solution de réintégrer leur logement calciné est effectivement celle qui sera proposé par Julien Ruas (l’adjoint en charge de la prévention des risques à la ville de Marseille) aux sinistré·e·s.

Dans “la lettre ouverte à la mairie et au ministre Denormandie”, publiée dans le journal La Marseillaise, plusieurs associations, dont Médecins du Monde, dénoncent catégoriquement cette solution tant la situation sanitaire est préoccupante: “risques de troubles respiratoires liés aux nombreuses poussières et microparticules suite à l’incendie, nombreuses fissures et infiltrations d’eau, risques d’effondrements, apparition de champignons, risque potentiel lié à la volatilité de l’amiante et du plomb identifié… De nombreux enfants et personnes âgées sont concernés”.

Mais il n’y a pas que ça. Les collectifs dénoncent les violences policières qui font suite à l’incendie. Le 27 août d’abord, des trafiquants seraient recherchés et une course poursuite s’engage dans la cité : un jeune est blessé, puis des altercations ont lieu devant le local où se réunit le collectif Maison Blanche. D’après un communiqué du parti ouvrier indépendant démocratique (POID), des femmes en train de faire la queue pour bénéficier d’un petit déjeuné auraient été violemment interpelées après être venues en aide aux jeunes blessés. La Marseillaise et le journal Marsactu évoquent aussi une “interpellation policière musclée”. Des gaz lacrymogènes sont lâchés sur des habitant·e·s déjà sous le choc de l’incendie. Des parents sont mis à terre ! Pour une militante du collectif du 5 novembre, “après le drame de Noailles, on parlait d’incurie pour qualifier l’incompétence des pouvoirs publics; là, pour Maison blanche, c’est carrément l’ignominie”. Elle en est à se dire qu’un tel mépris est lié au fait que les “habitants de maison Blanche sont des noirs et que tout le monde s’en fout !”. Le représentant du collectif Maison Blanche, quant à lui, dénonce ces violences policières comme “le seul visage des institutions qui nous est donné à voir !”.

Le collectif Maison Blanche est dans les starting-blocks pour crier sa colère, il donne rendez-vous le samedi 7 septembre « en soutien à la Maison blanche et tou.te.s les personnes dégolé.e.s à Marseille ».

À suivre…

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après?

Dictionnaire le littré : effondrement

(è-fon-dre-man) s. m.

  • 1. Terme d’agriculture. Action d’effondrer, de fouiller la terre.
  • 2. Action d’effondrer, de s’effondrer, de s’écrouler.

« Tout de même, les tremblements de terre, c’est étrange. Nous sommes convaincus, intellectuellement, que le sol sous nos pieds est dur et stable. On dit même : “il a les pieds sur terre”, pour parler d’une personne solide. Et pourtant un beau jour, soudain, on comprend que tout ça est faux : la terre, les rochers, qui devraient être stables, se tordent dans tous les sens comme du liquide. »

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 1999.

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après ?

5 novembre 2018. 8h30. Je traverse le centre de la ville à partir de la plaine, où je vis, jusqu’à la vieille charité, où est situé mon bureau. C’est un lundi de reprise après quelques jours de vacances de Toussaint. Pour ce faire, je passe devant les murs érigés le 28 Octobre, autour de la plaine. L’ « amer béton » se dresse, déjà moins gris, du fait des multiples inscriptions, tags et graffs qui le recouvrent. Je détourne le regard tentant d’échapper à la violence constituée par sa présence, songeant aux 390 000 euros qu’a couté ce mur, pour protéger un chantier qui en coûterait entre 13 et 20 millions. [1] Si le béton n’est pas longtemps resté gris, le ciel lui, l’est particulièrement ; plusieurs jours de fortes pluies viennent de se succéder. Le 6 novembre d’ailleurs, un reportage de la Provence filmera le port au bord du débordement du fait des pluies intenses qui sont tombées ces derniers jours sur la ville.

J’arrive vers 9h dans mon bureau à la vieille charité, et poursuis laborieusement la finalisation des deux cours qui se succèdent le lendemain au département d’anthropologie de l’université. A 10h30, un message d’une copine travaillant à l’établissement français du sang, envoyé par erreur à une autre « sandrine », atterrit sur mon téléphone. Il fait mention d’un « plan blanc » déclenché à Marseille suite à « l’effondrement d’un immeuble ». Je ne comprends rien au message reçu, mais la référence au « plan blanc » résonne. Elle résonne avec catastrophe, attentats, drame… Je tape sur mon ordinateur les mots clés « effondrement immeuble marseille », et découvre avec horreur, sous la rubrique « actualités » que deux immeubles viennent de s’effondrer dans la rue d’Aubagne, celle au-dessus de laquelle j’ai habité plusieurs années en arrivant à Marseille en 2001, celle que je traverse quasi-quotidiennement, où je m’arrête souvent pour faire des courses, boire un café… Il est probable que des personnes étaient dedans, certain que d’autres passaient devant. La rue d’Aubagne, celle où, en 2009, avec ma collègue Johanna Lees, nous avions « fait du terrain » sur les questions de « précarité énergétique ». Je revois cette femme dont le fils était au collège avec l’une de mes filles, m’expliquer au 4ème étage d’un des immeubles de cette rue, un peu plus bas et du côté pair, qu’elle fermait les volets de sa cuisine pour éviter que les rats n’y entrent. Elle nous avait aussi raconté avec légèreté combien elle avait de la chance : une nuit elle s’était réveillée pour aller aux toilettes et avait pris le parapluie avec elle, geste machinal et ordinaire pour éviter d’être mouillée quand il pleuvait. Heureusement, car elle l’avait au-dessus de la tête pour se protéger quand le morceau de plafond est tombé… La rue d’Aubagne, où dans d’autres appartements visités, nous avions pu prendre la mesure des effets de l’habitat sur la santé : fréquence d’affections respiratoires diverses et notamment de l’asthme, liées aux champignons et moisissures. La rue d’Aubagne, dont la traversée fait prendre la mesure des contradictions de la ville, particulièrement visibles dans ce « ventre de Marseille », où fleurissent depuis 2013 des signes extérieurs de gentrification, de l’ouverture d’enseignes « bistronomiques » à celle de magasins haut de gammes ou branchés.

Et après ?

La journée se passe entre abattements de tâches diverses, préparation de cours, et consultation compulsive des infos qui arrivent sur internet et facebook. Je réponds que tout va bien aux messages de proches qui s’inquiètent de ce qu’ils ont aussi lu, vu ou entendu. Vers 18h, je « remonte » sur la plaine, en ne prenant pas la rue d’Aubagne, dans l’évitement d’un parcours habituel. J’arrive au Bar de la plaine et partage un verre avec un ami, figure du quartier. Il est angoissé, l’un de ses amis, Fabien, était peut-être dans l’immeuble ; il n’a pas répondu aux multiples appels de la journée. Il me parle aussi de l’étudiante italienne, Simona, deux photos ont commencé à circuler dans la nuit sur facebook avec leurs visages. A ce début d’incarnation de qui sont les victimes s’ajoute cette histoire du petit garçon que la maman n’est jamais venue chercher à l’école Chabanon à 16h30, qui en dessine les contours d’une troisième. Mais pour l’instant aucun corps n’est officiellement retrouvé. J’apprendrais plus tard que c’est grâce à l’analyse ADN des dents retrouvées dans les gravas et décombres, mais aussi d’autres procédures de médecine légale protocolisées après les attentas de Paris et Nice, que les corps seront identifiés dans la semaine de fouille qui suit, officiellement 8. Dans l’un des témoignages recueillis par l’équipe des cinéastes de la Tribune Ouverte Noailles, Sophie Dorbeaux ancienne habitante du 65 rue D’Aubagne, ajoute à ce macabre décompte la mort de la mère de sa voisine Marie, qui a fait un AVC quand elle a appris la nouvelle et est morte après 3 jours de comas.

Le 2 décembre, Zineb Redouane qui avait reçu la veille une grenade en plein visage alors qu’elle fermait la fenêtre de son domicile, décède à l’hôpital. Le 5 Mai, pour les 6 mois des effondrements, 9 minutes de silence furent organisées, incluant Zineb Redouane aux morts de la rue d’Aubagne.

Effondrement et événement

Dans le podcast d’une émission consacrée à la collapsologie et l’effondrement en octobre 2018, Raphaël Stevens revient sur la distinction entre effondrement et « événement ponctuel ». À ses yeux l’effondrement est plutôt un « enchainement d’évènements catastrophiques sur fond de changements progressifs non moins déstabilisants ; ça veut dire qu’on se situe dans des systèmes complexes ou les causes et effets ne sont pas simplement compréhensibles par des logiques cartésiennes, quantitatives ». Il évoque alors l’importance des dimensions émotionnelles, la phénoménologie de ce processus d’effondrement. C’est l’une des choses qui m’a frappée, dans les jours et semaines qui ont suivi les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne : la dimension sensible de tout ce qui était venu profondément modifier le rapport à ses propres murs, ses fissures, l’observation du bâti et de la ville autour de soi, pour des tas d’habitant.e.s du centre ville avec lesquel.le.s j’échangeais à ce propos.

L’importance aussi de l’expression publique d’émotion. D’abord cette « marche blanche » du samedi qui a suivi, sous le signe explicite de la « tristesse » silencieuse et quasiment sans banderoles, pendant laquelle un balcon s’est écroulé. Puis cette « marche de la colère » du 14 novembre, théâtre de violences policières ayant auguré ce qui allait se donner à voir partout comme déchainement de colère, avec le premier acte du mouvement des gilets jaunes à l’échelle nationale le 16 Novembre. La dimension locale de l’expression de colère dans la rue à Marseille s’est articulée autour des mobilisations contre le logement indigne.

Et puis ce processus enclenché par les effondrements : l’ « épidémie » d’arrêtés de péril, d’évacuations, de délogé.e.s. L’in-gestion de « crise » jusqu’à l’indigestion par les autorités en charge de s’y coller, le rappel constant à l’ « incurie » de la mairie, aux multiples et complexes responsabilités engagées dans cette affaire.

Et, face à l’évidence de multiples formes de négligence et de mépris social vécues par les personnes touchées de très près par la tourmente, l’émergence de réponses, allant de la constitution de collectifs à la production rituelle venant scander les manifestations et « dates anniversaires » de la catastrophe.

Être affecté

Loin de conceptions positivistes, scientistes ou désincarnées, l’ethnologue Jeanne Favret-Saada a montré combien être affecté, être pris, non seulement ne constituait pas un obstacle à l’enquête, mais pouvait en être la condition même. De toute évidence, j’avais bien du mal à ne pas être envahie, et à dissocier mon regard d’anthropologue de mon regard d’habitante affectée par l’état de ma ville. Par l’exemplarité de cet état. Non pas au sens de spécifique et d’exemplaire, en la lisant comme l’une de ces « spécificités » locales dont Marseille aurait le chic et dont les clichés nous rebattent les oreilles. Mais plutôt comme l’avant-garde, la première ligne, de ce qui se jouait de manière bien plus globale en termes d’inégalités, de négligences et de mépris social dont sont l’aboutissement et le carrefour les désastres et catastrophes. L’observation de ce qu’ils produisent ou leur succèdent vient autant révéler les conditions les ayant rendu possible, que l’ouverture de possibles manières de faire face, et d’en éviter d’autres. Face à ces enjeux, cruciaux, l’anthropologie devait prendre sa part, et prendre part, avec ses outils, à ce qui se vivait ici et maintenant. Pour notre premier apéritif de l’année 2019 qui commençait, nous avons décidé avec mon amie Maud Saint-Lary Maïga qui se demandait « quoi faire », de débuter un terrain par des observations flottantes une demie-journée par semaine. L’opportunité d’une formation au son et à l’écriture sonore proposée par Mahé Ben Hamed à la fabrique des écritures du Centre Norbert Elias me donna la chance de rencontrer Mikaëla Le Meur.  Le collectif « Après l’effondrement » est né de notre intention commune de rendre compte de l’épaisseur, de la dimension sensible et tragique de ce à quoi nous assistions. L’effondrement, figure dominante des récits du futur qui peuple nos présents n’était pas devant nous : il avait déjà eu lieu.

Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 2002


[1] Il a succédé aux camions de CRS auparavant là pour les mêmes raisons.  A quoi s’ajoutent les « 11000 heures de fonctionnaires mobilisés pour « sécuriser le chantier ». Des dizaines de camions de CRS et de fonctionnaires de police étaient  devenus l’un des ingrédients du paysage ordinaire autour de la place depuis plusieurs semaines, en réponse aux mobilisations et manifestations face à un projet de « requalification » qui a fait couler beaucoup d’encre.

La carte évaluative des évacuations à Marseille

Document tout à fait impressionnant qui rend visible l’étendue et les périmètres des évacuations dans la ville.

Capture d’écran de la carte.

Cliquez sur ce lien pour explorer cette carte participative propulsée par le journal La Marseillaise à la fin de l’année 2018 pour référencer les arrêtés de péril que la mairie ne rendait pas publics à ce moment-là. Cette liste est désormais visible ici.

L’effondrement, ça ne fait pas de bruit ?

Nous vous invitons à écouter notre première capsule sonore – Autour du 5 novembre 2018 – et à lire le texte ci-dessous.

Cette capsule sonore est la première que nous proposons à l’écoute en ligne. Elle a été réalisée à partir d’extraits d’entretiens recueillis dans le cadre de notre projet collectif « Après l’effondrement ». Puisque nous nous étions données comme consigne, dès le début de l’enquête en février dernier, de commencer tous nos entretiens par la question « Où étiez-vous le 5 novembre ? », elle suit le fil des réponses que nous avons obtenues. Le montage permet d’entremêler ces différents points de vue sur l’événement et ses suites, afin d’en montrer la diversité et la complémentarité. Cette question initiale nous a permis d’amorcer les discussions avec nos interlocuteurs et de dérouler quelques fils autour de la question du bruit.

À l’occasion de conversations informelles et d’observation flottante dans le quartier Noailles et la rue d’Aubagne, plusieurs commerçant·e·s et habitant·e·s nous ont fait part du fait que leur souvenir de l’effondrement des immeubles était avant tout visuel, et non sonore. Les termes « poussière », « fumée », « brouillard » étaient évoqués, aboutissant au constat partagé que l’effondrement n’avait pas fait de bruit, en tout cas pas un bruit comme on pourrait l’imaginer quand un immeuble s’effondre. Pour une commerçante du bas de la rue d’Aubagne : « ça a fait juste un pschitt », « comme un château de cartes ». Pas de grand fracas donc, sauf pour les habitants situés à quelques mètres seulement du drame. Ceci est peut-être liée au contexte sonore bruyant du quartier : rue Estelle, un habitant nous a dit avoir entendu du bruit, mais il l’avait associé aux travaux de voirie réalisés alors sur le cours Lieutaud.

Si l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne n’a pas fait (beaucoup) de bruit, les conséquences de cet effondrement sur le paysage sonore quotidien du centre ville ont quant à elles été marquantes : les bruits des voitures de police et de pompiers, puis les attroupements et rapidement, les engins de chantier mobilisés pour de la recherche des corps et du déblaiement, ont imposés au voisinage une forte contrainte sonore. Ces bruits contrastent avec l’épaisseur du silence d’un périmètre du quartier coupé à la circulation des personnes.

L’absence de bruit peut aussi être métaphorique. Dans la capsule sonore, les propos de Fathi au sujet de l’absence de la moindre allusion aux effondrements lors de la réunion au conseil régional du jour même soulève des interrogations. Visiblement, dans les premières heures qui l’ont suivi, cet événement n’a pas eu de retentissement dans certaines sphères politiques. Deux immeubles s’effondrent : c’est le bruit de fond de la ville et cela ne perturbe pas les oreilles des élus. De la même manière, la tenue, le soir du 6 novembre, d’une manifestation de dégustation de chocolat pour les élu·e·s Les Républicains de la mairie du 6/8ème arrondissement de Marseille (en particulier le maire de secteur Yves Moraine et l’adjointe à l’urbanisme, Laure-Agnès Caradec) a été amplement commentée et perçue comme « indécente ».

Le bruit c’est aussi la forte mobilisation que l’on entend dans la capsule : plusieurs voix soulignent l’ampleur inédite, l’étincelle, qu’a suscité cet effondrement en termes de solidarité, de bouillonnement collectif. Ainsi la capsule s’ouvre sur le bruit des tambours iraniens qui ont accompagné la descente au flambeau de la rue d’Aubagne en hommage aux victimes des effondrements, lors de la journée de commémoration des 6 mois de l’événement (5 Mai 2019). D’autres tambours, que l’on entend furtivement en ouverture, annonçaient les clameurs des crieurs publics mobilisés ce même jour. Dans sa dernière partie, le montage inclut également des sons et des slogans recueillis dans le cadre d’une manifestation liées à la venue, à Marseille, du premier ministre Édouard Philippe et de son ministre du logement Julien Denormandie (12 Avril). Des extraits du 20ème carnaval de la plaine (10 Mars 2019) laissent ensuite se déployer d’autres sons et cris qui rappellent le 5 novembre en forme de procès délirant. Enfin, les paroles et sons entremêlés du Molotov soutiennent les propos de Marie, psychologue bénévole lors des permanences destinées aux personnes délogées que cette salle de concert du haut de la rue d’Aubagne accueille tous les lundis après-midi depuis plusieurs mois.

Des mobilisations d’une ampleur inédite donc, car comme le soulignent Jean Régis et Fathi, d’autres effondrements, d’autres morts, d’autres expulsions ont eu lieu dans la ville, sans donner lieu à ce qui est là qualifié d’ambiance ayant « frôlé l’insurrection ». Diletta s’interroge quant-à-elle sur l’importance de la présence physique d’un périmètre de sécurité autour du lieu des effondrements, de quelque chose qui gêne, pour éviter, comme dit Claire, qu’ « une actualité en chasse une autre » et que l’on passe à autre chose. C’est toute la question de la mémoire collective, ce qui fait trace et ce qui s’oublie.

Image de une – onde sonore : Pixabay

Les gravats bleus

Au cœur du quartier de Belsunce, en plein centre ville de Marseille, un tas de gravats attire le regard. Il est d’un bleu vif, électrique, cobalt ou céruléen, selon les nuances que chaque regard perçoit.  S’agit-il d’une de ces œuvres d’art contemporaines qui ponctuent désormais nos balades urbaines ? On pourrait le croire, tant l’esthétique de ce monticule surmonté d’une statue de Pinocchio est étrange.

Au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale, entre les barreaux qui surplombent un mur décoré de tags, le spectacle des gravats bleus.

Tags multicolores et gravats bleus égaient le quartier, comme s’il s’agissait d’une œuvre exposée lors des Belsunciades, festival artistique qui s’est déroulé du 10 au 21 juin 2019.

Il n’y a pourtant rien d’artistique, ni de poétique, dans ce tas de gravats, qui n’a pas toujours été bleu. Il provient de la démolition d’un immeuble de la rue la Fare, au numéro 15. Cet immeuble, qui était propriété de la ville, a été confié à la Soleam, société publique locale d’aménagement, pour qu’elle le détruise à partir de la fin de l’année 2018. La couleur bleue, quant-à elle, témoigne de l’usage d’un produit fixatif coloré, répandu le 23 mai dernier sur le tas, afin d’éviter que les gravats ne dispersent de l’amiante dans tout le quartier : “les riverains assurent qu’en période de vent, les volutes de poussière traversaient le site, bordé par une école et une maison de retraite.” C’est ce que révèle le journal d’investigation locale Marsactu :

 

En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante

Ces gravats bleus, qui ne seront pas enlevés avant la fin de l’été, vont donc continuer à orner le quartier de Belsunce, déjà marqué par les grilles, plots de bétons et autre signes extérieurs de “péril” et d’insalubrité, ou encore par la multitude d’étais métalliques qui maintiennent les murs des immeubles debout.  Belsunce, comme Noailles, est un quartier où de nombreux habitant·e·s ont été évacué·e·s de leur logement, à la suite de l’inquiétude généralisée sur l’état du bâti que les effondrements de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018 ont mis au jour.

La destruction du 15 rue de la Fare n’a pourtant pas fait beaucoup de bruit, alors que les gravats s’ajoutent aux indices inlassablement accumulés qui dévoilent les “maux bleus” dont souffre la ville de Marseille. En effet, pour la mairie – et les autorités locales en général – “parler semble ridicule”, puisque les dangers associés au tas bleu ne sont pas communiqués aux passant·e·s ni aux riverain·e·s : l’article de Marsactu nous explique que le panneau générique indiquant la présence d’amiante dans les gravats a mystérieusement disparu au printemps. Est-ce alors pour représenter ce mensonge par omission qu’une personne – au sens poétique et politique visiblement affûté – a installé une statue de Pinocchio sur la crête de cette colline silencieuse ? Sans aucun doute, nous assistons-là à une nouvelle rencontre manquée entre les pouvoirs publics et les citadin·e·s.

“Toutes les excuses que l’on donne
Sont comme les baisers que l’on vole
Il reste une rancœur subtile”

Les mots bleus, Christophe – 1974

J’étaye, tu étayes, il étaye

Depuis le 5 novembre 2018, certains murs de Marseille tiennent debout grâce à la présence d’étais (voir photographie de une).

Dictionnaire Littré : étayer

1) Appuyer, soutenir par des étais. Étayer un mur.

2) S’étayer, verbe réflexif,

Se soutenir sur un étai, sur un bâton.

Se soutenir l’un l’autre.

Dans les quartiers du centre ville comme dans les quartiers périphériques, de nombreuses personnes ont été évacuées de leur logement ou de leurs locaux de travail du fait de la menace d’un “péril imminent” (on peut consulter la liste des arrêtés de péril, d’évacuation, ou d’interdiction d’occuper dans les différents arrondissement de Marseille sur le site internet de la mairie). Les travaux sur ces immeubles dangereux n’ont souvent pas commencé, mais des étais en métal ont parfois été posés en urgence par les services techniques municipaux pour pallier la fragilité des constructions. Ces murs menaçants sont également barricadés de grillages et encerclés de bordures de voirie en béton, afin d’éviter que les passant·e·s ne s’approchent.

Pour les psychologues qui accompagnent les personnes délogées, le traumatisme provoqué par la perte de son chez soi et l’incertitude sur l’avenir requiert également de mettre en place un “étayage“. Ce ne sont plus seulement les murs qui ont besoin de soutien, mais les humains. Souvent abîmés, voir effondrés, les corps et les esprits affectés par la situation dramatique de l’habitat indigne doivent eux aussi se reconstruire.

Au croisement du boulevard de la libération et de la rue Saint-Vincent de Paul, la boutique de livraison de pizza a fermé le rideau. La devanture flambant neuve a laissé la place à des étais de métal angoissants. Depuis plusieurs mois, le trottoir est impraticable, imposant à chacun·e un détour parfois dangereux par la chaussée fréquentée du boulevard. D’autres piéton·ne·s choisissent le trottoir d’en face.

Certain·e·s prennent le risque de franchir les barrières pour exprimer et interpeller les passant·e·s, en laissant une marque visible de la manière avec laquelle nous sommes affecté·e·s par la situation.

Sur la notion d’évènement

“Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème.”

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : “Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ?” Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque “à jamais”.

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une “rupture d’intelligibilité” (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît “avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience” (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. “L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe”, in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21

Une matinée dans le mistral – 6 mois après / 5 mai 2019

Le 5 mai 2019 a eu lieu la “Faites du Quartier de Noailles”, organisée par le Collectif du 5 Novembre – Noailles en Colère, Destination Famille, Un Centre Ville Pour Tous, le Conseil Citoyen1/6, les Compagnons Bâtisseurs Provence, Générik Vapeur, le Collectif 14+1 ainsi que des bénévoles habitant.e.s et acteurs.trices du quartier. Cette fête de quartier visait à rendre hommage aux victimes de l’effondrement de la rue d’Aubagne et de construire un événement destiné à rassembler les habitant.e.s autour de réflexions sur le devenir de leur quartier et de la ville.

Programme de la journée

La journée était particulièrement venteuse, puisque les rafales de mistral atteignaient jusqu’à 130 km/h. Les conditions atmosphériques n’étaient donc pas propices à un rassemblement en plein air, mais les différentes personnes impliquées dans l’organisation ont fait de leur mieux pour maintenir le programme.

Voici quelques clichés pris durant la première partie de la journée :

Après la descente au flambeau de la rue d’Aubagne, accompagnée du son des Dafs (tambourins iraniens) en hommage aux victimes du 5 novembre 2018

Crieur public et tambour sur la place des Halles Delacroix

Sandrine (Après l’effondrement) à l’écoute attentive des crieurs publics

Lecture de lettres d’habitant.e.s recueillies dans des boîtes disposées chez des commerçant.e.s du quartier

Affiche annonçant les ateliers de réflexion

Un futur incertain, sujet à des projections multiples et parfois divergentes

Atelier de réflexion collective : “Que faire des lieux des effondrement ?” Une dalle, un parc, un jardin potager ?

Atelier de fabrication de jardinières pour le quartier

Se réapproprier la ville par la végétalisation des rues

Après une longue matinée dans le mistral, les enquêtrices d’Après l’effondrement, accompagnées de quelques connaissances, se sont réfugiées dans un petit café de la rue des Récolettes. On remercie le sympathique et jovial patron pour la découverte de cette chanson de Robert Mayol – “Bienvenue à Marseille”,  qui fait l’objet du bonus de cette fin de balade photographique – chacun l’interprétera avec son propre degré d’ironie :

Les sons recueillis lors de cet événement rendant hommage aux victimes des effondrements du 5 novembre 2018 arriveront plus tard, patience…

Pourquoi j’ai voulu enquêter sur les fissures

Dictionnaire Littré :  “fissure”

1) Petite fente, crevasse. Les fissures d’un mur, d’un vase, d’un terrain. La lumière pénétrait par une fissure de la cloison.

Fig. “Je sais que, malgré les barrières immenses qu’on entasse sans cesse autour de moi, on craint toujours que la vérité ne s’échappe par quelque fissure.”

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions VII

 

Le 5 novembre 2018 à 9h05, j’étais installée sur mon ordinateur pour écrire les dernières pages de ma thèse de doctorat en anthropologie. Comme chaque matin, je m’étais octroyée quelques minutes de vagabondage sur internet avant d’entrer à nouveau dans la concentration et la solitude nécessaire à l’écriture. Ce jour là, les réseaux sociaux m’ont empêchée de travailler.

Grand fracas, inquiétudes et deuil

C’est via une amie que j’ai appris qu’un immeuble s’était effondré dans la rue d’Aubagne, à deux pas de chez elle, à quelques pas supplémentaires de chez moi. Un ou deux immeubles, je ne me souviens plus exactement. L’un après l’autre, jusqu’à ce tas de gravas, qu’elle avait filmé avec son téléphone depuis la fenêtre de sa chambre, à l’arrière de son appartement. D’abord surprise, j’ai été très inquiète, pour elle, pour les autres ami·e·s vivant près de là, pour les habitant·e·s du quartier, pour les passant·e·s empruntant la rue d’Aubagne. En échangeant des messages avec mon amie, j’ai appris que les immeubles alentours étaient évacués, que les pompiers craignaient un “effet domino” dans l’îlot d’habitation, que le quartier était quadrillé et que des fouilles commençaient, à la recherche de survivant·e·s, ou de corps. Nouvelle glaçante, apprise depuis mon bureau, chez moi, à l’abri des intempéries de ce mois de novembre pourri.

Et puis il y a eu ces messages des ami·e·s de loin, qu’il faut rassurer comme si l’on avait été dans un pays ou une ville touchée par un tremblement de terre, un cyclone ou un attentat. Oui, je vais bien. Ça s’est passé tout près de moi, mais je n’ai pas été touchée. Pas physiquement, en tout cas.

Durant la semaine, je n’ai parlé que de cela. J’ai suivi les actualités, les médias, internet, discuté avec des ami·e·s, tout en essayant de garder le cap dans mon travail. La semaine s’est terminée dans la tristesse, à cause d’un décès survenu dans la famille, qui n’avait rien à voir avec la rue d’Aubagne, mais que je n’ai pas pu m’empêcher de relier à l’événement. C’est lourds de ce deuil difficile que nous avons participé, mon amoureux et moi, à la marche blanche du samedi 10 novembre 2019, entourés de nos proches marseillais·e·s. Le silence et la procession ont accompagné nos émotions entremêlées, jusqu’à ce que ce soit la rumeur inquiète et l’indignation qui les remplacent, lorsque le bruit qu’un balcon s’était effondré sur le trottoir ne nous parvienne et oblige un changement de parcours. À quoi fallait-il s’attendre d’autre ? Nous en avions eu largement assez.

De l’hystérie à l’enquête

Durant la semaine suivante, un employé du syndic de notre immeuble s’est présenté chez nous, sonnant aux portes en pleine journée. Extirpée de mon écriture cafardeuse, je lui ai ouvert :

– “Est-ce que vous avez noté quelque chose d’anormal ici ?”

À demi-consciente de ce que recouvrait sa question, je lui ai répondu “Non, je ne crois pas”, comme on répond machinalement “ça va.”

– “Ici il n’y a jamais eu de problème, je me doutais bien. Mais vous savez, avec l’hystérie qui règne en ce moment ! On préfère faire le tour des immeubles.”

Il a jeté un bref coup d’œil à la cage d’escalier et est reparti.

Après avoir fermé la porte, c’est le mot “hystérie” qui m’a ramenée à la conscience, puis à la colère. Est-ce qu’avec 8 morts, on peut décemment parler d’hystérie ?  D’où vient le délire ? Des gens inquiets, tourmentés ou de ceux qui temporisent, ou encore minimisent les problèmes ? Qui est le mieux placé pour décrire la réalité ? À quelles regards et à quelles paroles peut-on faire confiance ? À celle d’un pseudo-expert envoyé par les propriétaires faire du porte à porte pour jeter un œil rapide aux cages d’escalier ? Aux habitant·e·s qui se sont habitué·e·s à accepter des appartements moyennement aux normes, un peu vieux et décrépis ?

Au milieu des questions, ce mélange d’inquiétude et de colère s’est  installé en moi, jusqu’à pénétrer mes rêves et à transformer le regard que je portais sur mon appartement. J’ai découvert des fissures au plafond – nouvelles, anciennes, impossible de le dire –, je me suis mise à scruter les murs, de l’intérieur, de l’extérieur, dans les encadrements de fenêtre, de l’immeuble mitoyen, de la rue, à lire des sites internet spécialisés sur les fissures, leur largeur, leur longueur, leur évolution et le traitement à adopter. Un jour, mal à l’aise, dérangée par l’idée que le plafond pouvait s’écrouler dans mon salon, j’ai sonné chez la voisine d’en face, pour lui demander si elle aussi avait remarqué des fissures. Elle a tenté de me rassurer, disant que ce qui m’inquiétait était sans commune mesure avec l’état des immeubles effondrés, que les fissures faisaient partie de la vie et que notre immeuble était solide. Je suis rentrée chez moi, toujours troublée. Quelques temps plus tard, en se croisant dans l’escalier, elle m’a demandé : “Ça va mieux vos angoisses ?”

Voilà, tout simplement : des angoisses. Jusqu’à la crise, lors d’un passage chez une amie qui m’avait invitée une après-midi, dans le quartier. Il faisait à nouveau un temps pourri, de la pluie, sombre et froide. Dès que j’ai franchi la porte d’entrée, son immeuble m’a effrayée. Plafond et murs vétustes, grande fissure verticale en escalier, portes et fenêtres du rez-de-chaussée murées à la va-vite, succession de paliers biscornus et dégradés, la porte de l’appartement semblait ne plus pouvoir rentrer dans son encadrement, puis un salon grinçant, petit espace, trop de gens et encore des fissures, dont l’une traversait le mur et se prolongeait sur la quasi totalité du plafond.  Je n’ai pas tenu plus de 40 minutes. Debout, fiévreuse, sur le qui-vive, déconcentrée et quasi-absente des conversations, gênée par des bouffées de chaleur, j’ai eu besoin de sortir. De marcher dans la rue, sous la pluie, dans l’air du dehors. De respirer. En arrivant chez moi, j’ai pleuré.

Après cet épisode de crise, l’idée a germé. Quitte à être hantée, obnubilée, troublée, autant que cela produise quelque chose. C’était le début d’une enquête, un détournement d’inquiétude, une transposition de l’angoisse existentielle vers la méthode (pour paraphraser l’ethnopsychiatre et anthropologue Georges Devereux). Il fallait que ces doutes soient le moteur d’une recherche, une manière de les dompter.

Image de une :

Standing Between A Giant Fissure in Glacier,  Junius Henderson – Glacier Arapaho, USA, 1919

Source : CU Museum of Natural History and National Snow and Ice Data Center/World Data Center for Glaciology, University of Colorado, Boulder

 

Rubrique Wikipedia : Effondrement des immeubles rue d’Aubagne Marseille

Wikipédia possède désormais une rubrique dédiée aux effondrements d’immeubles du 5 novembre 2018 dans la rue d’Aubagne. Dense, elle mobilise d’abondantes références, notamment à des articles de presse (432 références mobilisées à ce jour !), et permet de faire le point sur l’évènement, ses causes connues et ses suites  : cliquez ici.