Archives de catégorie : Billets

Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement « La rue du rock » en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants « Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement? », ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour « crime contre l’humanité » s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de « violences extrêmes » qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. « On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique ».

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder « avant les luttes ».

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être « agité » ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses « coupables » de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de « jungle » ou « forêt sauvage » « oubliée » depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d' »Etre forêt », est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie,  » ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles. » (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de « restitution » : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : « Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes ». L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne « parlent pas bien » et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d' »expliquer ». L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de « vulgariser » mais de « démocratiser le récit ».

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des « experts » peut être lue comme un argument « climatosceptique », l’explicitation des distinctions entre « science  » et « expertise ».

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

Les cartographies du mal logement après novembre 2018

Un travail évolutif de cartographie a été amorcé rapidement après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. Fondé sur une démarche collaborative entre des géographes, des étudiants et des militants contre le logement indigne, ce travail a évolué au fil des mois, montrant d’abord la propagation des arrêtés de péril et leur chronologie

Puis des parcours de personnes délogées ont été élaborés grâce à des enquêtes menées auprès de 400 ménages contraints de quitter leur logement mis en péril.

Quelques précisions sur la démarche sont accessibles sur le blog « urbaniCités« 

Marche pour une vie et des logements dignes

Le point de départ ce samedi 7 novembre était en bas de l’immeuble de la cité Maison Blanche où plusieurs logements ont du être évacués suite à l’incendie du 23 août.

Cette marche, organisée à l’initiative du Collectif Maison blanche a été soutenue par le mouvement post-5 novembre. En bas de l’immeuble calciné, le collectif appelle « les mamans » pour venir tenir la banderole fraichement terminée et démarrer la marche qui a traversé de nombreux quartiers défavorisés de Marseille : Maison Blanche bien sûr, mais aussi Félix Piat, Belle de mai, Saint-Mauront. Elle s’est arrêtée à la porte d’Aix pour un grand pique-nique et s’est achevée au Vieux port, devant la mairie.

« les mamans » viennent tenir la banderole.

Dans les rangs de la marche, on en apprend un peu plus sur maison blanche et son collectif. La mention d’un autre incendie au début des années 1980 est évoquée, sans que les détails à ce sujet ne soient restés précisément gravés dans les mémoires. Le 11 Janvier 1981, un incendie avait démarré dans un logement de la cité, aggravé par l’explosion d’une bouteille de butane au bas de l’immeuble. Cet évènement avait, selon une archive non publique retrouvée à l’INA du journal de 13h d’Yves Mourousi le 12 janvier 1981, causé la mort de 5 personnes dont les corps furent sortis des décombres par les pompiers. 7 blessés graves étaient aussi comptés le lendemain, dont 3 dans un état « très grave » et 60 personnes « sans-abris » à Maison blanche. De cet événement tragique, il ne restait aucune trace sur le net, si ce n’est la mémoire de certains habitants et de militants de longue date autour des questions de mal-logement dans ce périmètre.

Il y a un an, à la fin du mois de juillet 2018 une fillette de 6 ans décédait à l’issue d’une chute du 12ème étage. En cause, l’insalubrité du bâtiment et le manque de sécurisation au niveau des balcons. Le collectif Maison blanche a alors vu le jour pour dénoncer et soutenir les populations victimes du mal logement. Comme l’évoque un homme poussant un « diable » rempli de petites bouteilles d’eau en soutien aux marcheurs « ça fait des années qu’on tente d’interpeller la mairie et qu’on a aucune réponse, il a fallu le 5 novembre pour que ce qui nous arrive et ce qu’on vit soit enfin visible et qu’on en parle! ».

Les slogans ce matin-là en disent long :

« solidarité avec les sinistrés », « qui sème la misère récolte la colère », Réquisition des logements vides », « Marseille brûle, Marseille soulève-toi », « quartiers nord, quartiers forts », « Gaudin, aux Goudes, va te jeter ».

passage par la cité de Félix Piat
La marche avance vers le quartier de la Belle de mai

Et enfin « Noailles, maison blanche, mêmes dégâts, mêmes combats ». Ce dernier slogan illustre bien que se dessine aujourd’hui, 10 mois après les effondrements de la rue d’Aubagne dans le centre ville de Marseille, un « mouvement post-cinq novembre ». C’est le terme qui revient dans plusieurs bouches et dans la presse locale. Fathi Bouaroua, dans la marche avec sa trottinette considère qu’un véritable mouvement est en train de se constituer. Il estime que la période électorale dans laquelle nous entrons avec les municipales à l’horizon de mai 2020 est perturbante pour le mouvement post-cinq novembre, « à cause des ambitions personnelles et des tentatives de récupération par les partis ».

Les enjeux liés à l’habitat indigne ont pris une place fondamentale dans la manière d’appréhender l’horizon des élections municipales de 2020. A n’en point douter, les collectifs qui se constituent en vue des prochaines élections prennent la mesure de l’importance de cette question ( Mad Mars, les États généraux, le rassemblement inédit et le pacte démocratique). Ils veulent donner l’image d’être « différents mais pas divergents » (notes carnet de terrain 19 août, Première réunion des signataires du pacte démocratique), mais paraissent avoir du mal à s’articuler entre eux, en dépit du fait que les mêmes personnes peuvent circuler entre ces différents collectifs et les collectifs citoyens « post-cinq novembre ».

L’appel pour un rassemblement inédit publié le 10 Juillet dans libération, https://www.liberation.fr/debats/2019/07/10/nous-habitantes-de-marseille-voulons-construire-un-rassemblement-inedit_1739280, le pacte démocratique pour Marseille, publié le 29 août par La Marseillaise http://www.lamarseillaise.fr/marseille/politique/77982-le-pacte-democratique-pour-marseille, viennent témoigner de la singularité de ce moment historique local, à l’issue de la tenue d’Etats généraux eux mêmes inédits en Juin https://les-etats-generaux-de-marseille.fr/, ainsi que le collectif « Mad Mars » : https://www.facebook.com/atMadMars/; https://madeinmarseille.net/41431-mad-mars-collectif-citoyen/

Splash Une série d’été en posdcast et 5 episodes. Etienne TAbbagh : https://www.nouvellesecoutes.fr/splash/

5 épisodes successifs pour répondre à la question qui hante le réalisateur de cette série depuis le mois de Novembre 2018 : pourquoi Marseille s’effondre? Une belle enquête avec un univers de mots

Episode 1 : Retour sur le drame. Fathi Bouaroua, Zania et le collectif noailles en colère, l’auteur du rapport Nicole sur la situation du logement indigne en 2015 à Marseille. Manifestation d’Avril 2019 et rencontre avec une personne évacuée Khadidja, description de la vie à l’hôtel depuis 5 mois et ses conséquences. Question cardinale de la nourriture : souffrant de diabète et d’hypertension, impact sur la santé de ces conditions de vie (impossible de faire la cuisine)

Episode 2 : Consacré aux processus recouverts par le terme de « marchands de sommeil », avec la participation du journaliste de la marseillaise David Coquille, où l’on apprend entre autres choses l’usage du terme « cafiste », et que les 100 000 personnes mal logés dans la ville en font la « troisième ville » du département.

Episode 3 Où Yankel Fijalkow, sociologue spécialiste du logement, Emmanuel Patris, urbaniste, ancien directeur adjoint du département renouvellement urbain à la Soleam, Benoît Gilles journaliste à Marsactu et Christian Nicol auteur du rapport de 2015 sur les logements insalubres à Marseille viennent éclairer l’histoire sociale et l’actualité récente des questions de logement insalubres.

Episode 4 L’anthropologue Michel Peraldi, Yankel Fijalkow et Margot Bergerand, également sociologue, spécialiste de l’habitat de fait évoquent l’histoire économique et sociale de la ville dans ses liens avec le logement

Episode 5 Autour de la figure et du « projet Gaudin », avec les éclairages de Patrick Lacoste, ancien fonctionnaire d’Etat et cofondateur de l’association ‘Un centre-ville pour tous’, et Michel Peraldi.