Tous les articles par sandrinem

Renommer la place Homere, place du 5 novembre

Sur le facebook du Collectif du 5 Novembre ce soir est reproduit le texte qui a accompagné la pose d’une plaque Rue d’Aubagne dans la soirée du 5 “R

[PLACE DU 5 NOVEMBRE]

Le 05.11.2019 Noailles inaugurait La Place du 5 novembre sur un texte écrit pour cette occasion par Serge Valletti, auteur de théâtre, scénariste et comédien marseillais, à la clameur des Crieurs de rue. Voici la version intégrale du texte. Le C5nov les remercient.

Marseillaises, Marseillais,
vous tous ici aujourd’hui rassemblés, regardez bien ce buste de notre grand ancêtre Homère.
La tradition nous raconte que cet immense poète grec était aveugle.
Mais il n’était pas sourd !!!
Alors, le 5 novembre 2018 à neuf heures zéro cinq précisément,
il n’a pas pu ne pas entendre ce grand, cet énorme, ce terrible bruit :
celui de l’ effondrement des immeubles numéro 63 et 65 de notre aimée rue d’Aubagne à laquelle il tourne le dos !
C’étaient des tonnes de pierres, de briques, de parpaings, de clous, de planches de vieux bois rongées par l’humidité,
de poutres vermoulues et pourries qui engloutissaient les vies de ses proches voisins !
Et, au milieu de cette fracassante déflagration, a-t-il aussi entendu leurs derniers soupirs ?

A-t-il entendu les lamentations de tout un quartier qui perdait ses enfants ?
A-t-il entendu l’incroyable cri de révolte qui soulevait notre ville ?
A-t-il entendu les cris de tout ceux que l’on chassait précipitamment de chez eux ?
A-t-il entendu toutes ces portes se refermer violemment sur les souvenirs des vies passées ?

A-t-il entendu les bruits des chaînes et des cadenas vissés précipitamment partout dans Marseille ?
Et les gémissements de honte de celles et ceux qui devaient affronter l’extérieur, en pantoufles ou même pieds-nus, en pyjama ?
Les miaulements des chats qui mourraient lentement de faim et de soif dans les appartements fermés ?
La course des rats qui pullulaient dans les immeubles désertés ?
Le suintement de l’eau qui s’infiltrait partout ?

Les a-t-il entendu ?
Et les claquements des tirs des gaz lacrymogènes lancés contre ceux qui ne comprenaient pas ?
Les questions sans réponse que tout un peuple se posait ?
Les mains qui se tendaient les unes vers les autres pour se soutenir et s’aider ?
A-t-il entendu les moteurs des tractopelles qui cherchaient les corps,
les glapissements des chiens séparés de leurs maîtres, emportés par la SPA,
les camions bourrés de gravats et de traces de mémoire : un petit cadre doré, une écharpe de soie, un géranium en plastique ?
Le grondement des CRS qui marchaient au pas ? Les justifications improbables des décideurs ?
Les délégations officielles visitant le quartier sous escorte ?

A-t-il entendu les appels à l’aide et à la solidarité ?
Les rideaux des commerces que l’on tirait à jamais, les divagations des plus désorientés,
les marchands de sommeil argumentant que ce n’était pas de leur faute,
les rumeurs de tout ordre, les craquements soudains, réels ou imaginaires, qui donnaient le frisson,
le papier et le scotch des arrêtés de péril placardés par centaines,
le calme du Cours Lieutaud fermé à la circulation ?

Et les a-t-il entendus aussi les petits gémissements des enfants qui font des cauchemars,
les cafards qui finissaient les reliefs des repas dressés sur des tables pour des invités qui ne viendront plus,
les témoignages des gens qui étaient là et qui ne s’en remettront jamais, les revendications de ceux qui réclament justice ?

Les serins dans leur cage qui se sont tus pour toujours,
les milliers de punaises de lit émigrant pour envahir la ville entière, les pleurs des marins-pompiers ainsi que les excuses de certains policiers,
les allées-venues incessantes des hommes et des femmes, jeunes et vieux qui apportaient des couvertures, des vêtements et des jouets,
les cuisines improvisées pour nourrir les délogés, les cris des cassandres prédisant que ce n’était qu’un début !

Et les mouches, non ?
qui commençaient à coloniser les immondes balayures dans des poubelles qu’on n’avait pas eu le temps de sortir,
l’intérieur miasmatique des frigos pourrissant,
le silence de rues entières à peine rompu par les appels discrets de rusés promoteurs tentant,
chafouins et l’air de rien, de saisir une excellente opportunité, les a-t-il entendu ?

Et ces corps anonymes que l’on a pas pu, pas su ou pas voulu chercher ?
L’a-t-il aussi entendu, ce vide, cette absence ?
L’a-t-il entendu ?

Ce buste du grand poète grec Homère, lui, ne nous répondra jamais,
mais en décidant, aujourd’hui, un an jour pour jour après ce drame, de donner un nom à ce carrefour,
nous voulons justement que ces bruits, tous ces bruits, ces sons terrifiants et révoltants
restent à jamais dans les mémoires de ceux qui passeront un jour ici !

Ils demanderont pourquoi sur ce mur cette date est inscrite et gravée ?
Et quelqu’un, peut-être un poète, plus sûrement un simple habitant saura leur raconter ce qu’il s’est passé, ce jour-là !
Dans le dos de ce buste !
Et surtout dans notre dos à tous !

Pourquoi, au fil des années, l’indifférence, la négligence, l’appât du gain, la morgue et le mépris,
lentement et dans un grand silence, ont provoqué tous les bruits d’un tel désastre ?

Mêlons donc tous à présent nos cris de vivants, nos tambours et nos plus belles musiques
à cet inoubliable vacarme passé, non pas pour le couvrir et l’oublier, mais pour le rejeter le plus loin possible de nous !
Et baptisons donc aujourd’hui officiellement ce lieu :
PLACE DU 5 NOVEMBRE

Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre

Difficile de savoir où donner de la tête à Marseille le 29 septembre 2019, sans même évoquer le fait que le temps était plutôt à être à la plage… Un nombre impressionnant de fêtes, plus ou moins populaires, se faisaient concurrence. En sortant de chez moi, je croise la première, celle des habitants de la plaine et de la rue Curiol, où des évacuations ont marqué l’été. Se tient aussi l’évènement “La rue du rock” en centre ville quartier Longchamp.

Je sors pour aller écouter une table ronde animée par Alessi Dell Umbria, dont les thèmes sont les suivants “Face à l’aggravation du désastre environnemental les sciences sociales peuvent elles rester de marbre? Les chercheurs peuvent-ils continuer à faire comme si de rien n’était? Doivent-ils réorienter leurs travaux, franchir le pas de l’engagement?”, ça me parle…

Alessi Dell Umbria rappelle en introduction que la vieille charité n’est pas un lieu anodin pour évoquer ces questions : il a été occupé par des familles de marseillais victimes d’évacuations de leur logement, expulsées à cause de la démolition du quartier de la bourse dans les années 20. Puis ce furent des habitant.e.s du quartier Saint Jean où des rafles et expulsions ont concerné 20 000 personnes dans les derniers jours de janvier 1943, et dont le procès pour “crime contre l’humanité” s’est ouvert en septembre 2019 (https://marsactu.fr/rafle-du-vieux-port-premieres-auditions-dans-lenquete-pour-crime-contre-lhumanite/). Le lieu lui paraît donc emblématique de “violences extrêmes” qu’ont pu subir des habitant.e.s de cette ville, dont la dernière en date est l’effondrement de deux immeubles rue d’Aubagne. Des désastres écologiques ont aussi marqué la ville et ses environs : les boues rouges dans le golf de Cassis, les incendies, la pollution industrielle dans le complexe de Fos, les conséquences de l’amiante sur les ouvriers de la réparation navale à Mourepiane. “On peut faire une encyclopédie des nuisances industrielles infligées à Marseille et ses environs. On ne peut pas parler d’écologie sans se situer dans un territoire. Cette notion de territoire me paraît fondamentale, et la situation à Marseille est à tous égards catastrophique”.

Jade Lingaard , journaliste couvrant des luttes sociales diverses, concentre sa prise de parole sur la question des rapports entre savoirs et engagements et entre savoirs et luttes. Il est plus urgent que jamais de considérer les luttes comme des lieux de production du savoir, de production de formes de compréhension du monde. Au moment où les projets d’aménagement deviennent publics, il y a déjà des années de travail en amont et d’alertes. Les luttes sont des lieux de fabrication d’intelligence, de prise sur le réel.

Les échelles temporelles et géographiques du désastre annoncé sont souvent gigantesques : le risque est donc d’être projeté dans des temporalités inhumaines, en dehors de notre prise. Cela implique aussi de raconter les situations, de regarder “avant les luttes”.

La philosophe Joëlle Zask, auteure d’un livre sur les méga-feux (https://www.youtube.com/watch?v=NYLvPC-pJj4), évoque ensuite ce qui l’a incité à prendre la plume et travailler sur ce phénomène. C’est a partir d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré qu’elle a décidé d’écrire son livre. Une certaine vulgate véhicule que les feux sont bons pour la forêt, mais le contact avec ces feux nous fait voir les choses autrement. Le feu est un spectacle qui fascine et terrorise à la fois; il existe aujourd’hui des méga-feux un peu partout dans le monde et ce qui est frappant c’est qu’on ne le voie pas. la question est donc : qu’est ce qu’il y a avant la lutte qui fait obstacle à l’identification? On a commencé par exemple à parler des feux en Amazonie parce que des gens commençaient à suffoquer. Une des causes de la catastrophe est à ses yeux l’idéologie de l’expert neutre, désengagé, de nulle part. La posture de la définition de l’homme comme maître et possesseur de la nature est concomitante avec l’émergence de la figure de l’expert, elle cite en 1840 l’émergence de l’agronome, une des premières figures de l’expert. Le miracle de la civilisation est aussi celui de l’expert donc du spectateur. Contre le spectateur il y a l’acteur : connaître c’est agir, ne pas être “agité” ni passif, mais intervenir dans la situation. Le phénomène des méga-feux a ses “coupables” de grands pollueurs, ce sont des feux qui ne peuvent être dominés. La prévention suppose que tout le monde s’y mette et seule l’action locale est possible.

Sylvain Piron se présente comme médiéviste et citoyen engagé dans une lutte pour la préservation de la forêt de Romainville , une forêt de 27 hectares, qualifiée de “jungle” ou “forêt sauvage” “oubliée” depuis les années 60, puis site d’un projet de centre de loisirs. Il explique comment cette forêt s’insère dans l’histoire géologique du bassin parisien, et comment les plantes qui y poussent interviennent dans des zones très pollués. Des habitants engagés ont réussi à faire qualifier cet espace de forêt et obtenu qu’elle ne soit pas détruite après des mois de lutte. Là encore, la notion de territoire, de rapport à ce territoire et de situation locale est ce qui a permis à une lutte de se développer jusqu’à obtenir gain de cause.

Jean Baptiste Vidalou, auteur d'”Etre forêt”, est aussi un philosophe en lutte. Originaire de la Belgique il s’installe dans les Cévennes au moment où le projet de centrale biomasse à Gardanne, près de Marseille, prend de l’ampleur. De nombreux habitants des Cévennes s’organisent alors en collectifs, pour éviter que l’industriel allemand EON, troisième groupe mondial de l’énergie, ” ne vienne ponctionner des milliers de mètres cubes de bois. EON était très intéressé par la valeur énergétique de la châtaigneraie. Ses machines surpuissantes auraient ravagé les pentes cévenoles.” (https://www.politis.fr/articles/2018/07/jean-baptiste-vidalou-la-foret-est-un-espace-propice-aux-nouvelles-formes-de-resistance-39219/). Il s’implique notamment dans une page wiki (https://fuckoffsmart.world/), dédiée à une enquête sur les réseaux énergétiques comme mode de gouvernement.

Un dialogue général s’entame alors entre les membre de la table ronde sur les questions de “restitution” : ses formes peuvent être variées avec notamment des outils comme les films. Mais Jade évoque les enjeux d’écriture : “Il faut résister à l’objectivité entendue comme discours intermédiaire avec d’un côté le discours des aménageurs et de l’autre celui des activistes”. L’enjeu est de rendre compte de manière plurielle du récit aussi de ceux qui ne “parlent pas bien” et ne sont pas uniquement les leaders charismatiques. Cela dans l’optique d’équiper d’une autonomie de jugement et pas d'”expliquer”. L’enjeu est aussi celui du style et du choix des mots, de l’emploi d’un style inclusif. Joëlle évoque le fait que le métier du philosophe est de s’occuper des problèmes des hommes et pas seulement des problèmes des philosophes : la question n’est pas de “vulgariser” mais de “démocratiser le récit”.

Comme c’est souvent le cas, peu de temps reste pour que le dialogue s’engage avec les personnes venues écouter la table ronde : des questions surgissent néanmoins sur la manière dont la critique des “experts” peut être lue comme un argument “climatosceptique”, l’explicitation des distinctions entre “science ” et “expertise”.

En rentrant, je prends la Rue d’Aubagne. Je songe au fait que je n’ai pas croisé de membres du collectif du 5 novembre, de ce qui représente aujourd’hui la catastrophe dans le centre ville de Marseille et des luttes qui en sont emblématiques. Après les questions évoquées dans cette table ronde, insistant sur l’importance du territoire et du local, une me vient alors à l’esprit : comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement? Elle reste posée.

Cite this article as: sandrinem, "Au festival des sciences sociales à la vieille charité le 29 septembre : une table ronde sur responsabilité et engagement face au désastre," in Après l'effondrement, 20/10/2019, https://apresle5nov.hypotheses.org/809.

un an après les effondrements, “des vies suspendues”

C’est l’une des phrases extraites de l’article que le quotidien du médecin consacre aux observations des membres d’un collectif de prise en charge psychologique déployé depuis plusieurs mois et coordonnée par le Dr Flavie Derynck. La “file active” est actuellement constituée de 500 personnes. Un éclairage sur les conséquences en termes de santé mentale et d’enjeux médico-psychologiques de cette crise.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/effondrements-marseille-le-dispositif-de-prise-en-charge-psychologique-ete-elargi-et-renforce?fbclid=IwAR3idhN_OkD6frFimJgNEBtBKIkkTcRcQKKojnoWpnSENNVS5wqkm05bxcE

Une chaîne consacrée a la préparation du film d’alain barlatier, “Après l’effondrement”

Dans le cadre de son projet, Alain a filmé un ensemble d’habitants, d’activistes, d’artistes, de chercheurs, de personnes engagées dans des associations etc… Ces entretiens évoquent la manière dont l’effondrement les a affecté et a été à l’initiative de démarches très diverses. 28 vidéos à ce jour.

https://vimeo.com/channels/1463405

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après?

Dictionnaire le littré : effondrement

(è-fon-dre-man) s. m.

  • 1. Terme d’agriculture. Action d’effondrer, de fouiller la terre.
  • 2. Action d’effondrer, de s’effondrer, de s’écrouler.

« Tout de même, les tremblements de terre, c’est étrange. Nous sommes convaincus, intellectuellement, que le sol sous nos pieds est dur et stable. On dit même : “il a les pieds sur terre”, pour parler d’une personne solide. Et pourtant un beau jour, soudain, on comprend que tout ça est faux : la terre, les rochers, qui devraient être stables, se tordent dans tous les sens comme du liquide. »

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 1999.

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après ?

5 novembre 2018. 8h30. Je traverse le centre de la ville à partir de la plaine, où je vis, jusqu’à la vieille charité, où est situé mon bureau. C’est un lundi de reprise après quelques jours de vacances de Toussaint. Pour ce faire, je passe devant les murs érigés le 28 Octobre, autour de la plaine. L’ « amer béton » se dresse, déjà moins gris, du fait des multiples inscriptions, tags et graffs qui le recouvrent. Je détourne le regard tentant d’échapper à la violence constituée par sa présence, songeant aux 390 000 euros qu’a couté ce mur, pour protéger un chantier qui en coûterait entre 13 et 20 millions. [1] Si le béton n’est pas longtemps resté gris, le ciel lui, l’est particulièrement ; plusieurs jours de fortes pluies viennent de se succéder. Le 6 novembre d’ailleurs, un reportage de la Provence filmera le port au bord du débordement du fait des pluies intenses qui sont tombées ces derniers jours sur la ville.

J’arrive vers 9h dans mon bureau à la vieille charité, et poursuis laborieusement la finalisation des deux cours qui se succèdent le lendemain au département d’anthropologie de l’université. A 10h30, un message d’une copine travaillant à l’établissement français du sang, envoyé par erreur à une autre « sandrine », atterrit sur mon téléphone. Il fait mention d’un « plan blanc » déclenché à Marseille suite à « l’effondrement d’un immeuble ». Je ne comprends rien au message reçu, mais la référence au « plan blanc » résonne. Elle résonne avec catastrophe, attentats, drame… Je tape sur mon ordinateur les mots clés « effondrement immeuble marseille », et découvre avec horreur, sous la rubrique « actualités » que deux immeubles viennent de s’effondrer dans la rue d’Aubagne, celle au-dessus de laquelle j’ai habité plusieurs années en arrivant à Marseille en 2001, celle que je traverse quasi-quotidiennement, où je m’arrête souvent pour faire des courses, boire un café… Il est probable que des personnes étaient dedans, certain que d’autres passaient devant. La rue d’Aubagne, celle où, en 2009, avec ma collègue Johanna Lees, nous avions « fait du terrain » sur les questions de « précarité énergétique ». Je revois cette femme dont le fils était au collège avec l’une de mes filles, m’expliquer au 4ème étage d’un des immeubles de cette rue, un peu plus bas et du côté pair, qu’elle fermait les volets de sa cuisine pour éviter que les rats n’y entrent. Elle nous avait aussi raconté avec légèreté combien elle avait de la chance : une nuit elle s’était réveillée pour aller aux toilettes et avait pris le parapluie avec elle, geste machinal et ordinaire pour éviter d’être mouillée quand il pleuvait. Heureusement, car elle l’avait au-dessus de la tête pour se protéger quand le morceau de plafond est tombé… La rue d’Aubagne, où dans d’autres appartements visités, nous avions pu prendre la mesure des effets de l’habitat sur la santé : fréquence d’affections respiratoires diverses et notamment de l’asthme, liées aux champignons et moisissures. La rue d’Aubagne, dont la traversée fait prendre la mesure des contradictions de la ville, particulièrement visibles dans ce « ventre de Marseille », où fleurissent depuis 2013 des signes extérieurs de gentrification, de l’ouverture d’enseignes « bistronomiques » à celle de magasins haut de gammes ou branchés.

Et après ?

La journée se passe entre abattements de tâches diverses, préparation de cours, et consultation compulsive des infos qui arrivent sur internet et facebook. Je réponds que tout va bien aux messages de proches qui s’inquiètent de ce qu’ils ont aussi lu, vu ou entendu. Vers 18h, je « remonte » sur la plaine, en ne prenant pas la rue d’Aubagne, dans l’évitement d’un parcours habituel. J’arrive au Bar de la plaine et partage un verre avec un ami, figure du quartier. Il est angoissé, l’un de ses amis, Fabien, était peut-être dans l’immeuble ; il n’a pas répondu aux multiples appels de la journée. Il me parle aussi de l’étudiante italienne, Simona, deux photos ont commencé à circuler dans la nuit sur facebook avec leurs visages. A ce début d’incarnation de qui sont les victimes s’ajoute cette histoire du petit garçon que la maman n’est jamais venue chercher à l’école Chabanon à 16h30, qui en dessine les contours d’une troisième. Mais pour l’instant aucun corps n’est officiellement retrouvé. J’apprendrais plus tard que c’est grâce à l’analyse ADN des dents retrouvées dans les gravas et décombres, mais aussi d’autres procédures de médecine légale protocolisées après les attentas de Paris et Nice, que les corps seront identifiés dans la semaine de fouille qui suit, officiellement 8. Dans l’un des témoignages recueillis par l’équipe des cinéastes de la Tribune Ouverte Noailles, Sophie Dorbeaux ancienne habitante du 65 rue D’Aubagne, ajoute à ce macabre décompte la mort de la mère de sa voisine Marie, qui a fait un AVC quand elle a appris la nouvelle et est morte après 3 jours de comas.

Le 2 décembre, Zineb Redouane qui avait reçu la veille une grenade en plein visage alors qu’elle fermait la fenêtre de son domicile, décède à l’hôpital. Le 5 Mai, pour les 6 mois des effondrements, 9 minutes de silence furent organisées, incluant Zineb Redouane aux morts de la rue d’Aubagne.

Effondrement et événement

Dans le podcast d’une émission consacrée à la collapsologie et l’effondrement en octobre 2018, Raphaël Stevens revient sur la distinction entre effondrement et « événement ponctuel ». À ses yeux l’effondrement est plutôt un « enchainement d’évènements catastrophiques sur fond de changements progressifs non moins déstabilisants ; ça veut dire qu’on se situe dans des systèmes complexes ou les causes et effets ne sont pas simplement compréhensibles par des logiques cartésiennes, quantitatives ». Il évoque alors l’importance des dimensions émotionnelles, la phénoménologie de ce processus d’effondrement. C’est l’une des choses qui m’a frappée, dans les jours et semaines qui ont suivi les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne : la dimension sensible de tout ce qui était venu profondément modifier le rapport à ses propres murs, ses fissures, l’observation du bâti et de la ville autour de soi, pour des tas d’habitant.e.s du centre ville avec lesquel.le.s j’échangeais à ce propos.

L’importance aussi de l’expression publique d’émotion. D’abord cette « marche blanche » du samedi qui a suivi, sous le signe explicite de la « tristesse » silencieuse et quasiment sans banderoles, pendant laquelle un balcon s’est écroulé. Puis cette « marche de la colère » du 14 novembre, théâtre de violences policières ayant auguré ce qui allait se donner à voir partout comme déchainement de colère, avec le premier acte du mouvement des gilets jaunes à l’échelle nationale le 16 Novembre. La dimension locale de l’expression de colère dans la rue à Marseille s’est articulée autour des mobilisations contre le logement indigne.

Et puis ce processus enclenché par les effondrements : l’ « épidémie » d’arrêtés de péril, d’évacuations, de délogé.e.s. L’in-gestion de « crise » jusqu’à l’indigestion par les autorités en charge de s’y coller, le rappel constant à l’ « incurie » de la mairie, aux multiples et complexes responsabilités engagées dans cette affaire.

Et, face à l’évidence de multiples formes de négligence et de mépris social vécues par les personnes touchées de très près par la tourmente, l’émergence de réponses, allant de la constitution de collectifs à la production rituelle venant scander les manifestations et « dates anniversaires » de la catastrophe.

Être affecté

Loin de conceptions positivistes, scientistes ou désincarnées, l’ethnologue Jeanne Favret-Saada a montré combien être affecté, être pris, non seulement ne constituait pas un obstacle à l’enquête, mais pouvait en être la condition même. De toute évidence, j’avais bien du mal à ne pas être envahie, et à dissocier mon regard d’anthropologue de mon regard d’habitante affectée par l’état de ma ville. Par l’exemplarité de cet état. Non pas au sens de spécifique et d’exemplaire, en la lisant comme l’une de ces « spécificités » locales dont Marseille aurait le chic et dont les clichés nous rebattent les oreilles. Mais plutôt comme l’avant-garde, la première ligne, de ce qui se jouait de manière bien plus globale en termes d’inégalités, de négligences et de mépris social dont sont l’aboutissement et le carrefour les désastres et catastrophes. L’observation de ce qu’ils produisent ou leur succèdent vient autant révéler les conditions les ayant rendu possible, que l’ouverture de possibles manières de faire face, et d’en éviter d’autres. Face à ces enjeux, cruciaux, l’anthropologie devait prendre sa part, et prendre part, avec ses outils, à ce qui se vivait ici et maintenant. Pour notre premier apéritif de l’année 2019 qui commençait, nous avons décidé avec mon amie Maud Saint-Lary Maïga qui se demandait « quoi faire », de débuter un terrain par des observations flottantes une demie-journée par semaine. L’opportunité d’une formation au son et à l’écriture sonore proposée par Mahé Ben Hamed à la fabrique des écritures du Centre Norbert Elias me donna la chance de rencontrer Mikaëla Le Meur.  Le collectif « Après l’effondrement » est né de notre intention commune de rendre compte de l’épaisseur, de la dimension sensible et tragique de ce à quoi nous assistions. L’effondrement, figure dominante des récits du futur qui peuple nos présents n’était pas devant nous : il avait déjà eu lieu.

Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 2002


[1] Il a succédé aux camions de CRS auparavant là pour les mêmes raisons.  A quoi s’ajoutent les « 11000 heures de fonctionnaires mobilisés pour « sécuriser le chantier ». Des dizaines de camions de CRS et de fonctionnaires de police étaient  devenus l’un des ingrédients du paysage ordinaire autour de la place depuis plusieurs semaines, en réponse aux mobilisations et manifestations face à un projet de « requalification » qui a fait couler beaucoup d’encre.