Tous les articles par MaudSL

Le détournement citoyen

Mercredi 15 janvier, tôt le matin.

La sculpture sur le Vieux Port « ici Marseille change » a été détournée un bref moment en « Ici Marseille s’effondre ».

Ici, Marseille s’effondre.

Une action pour rappeler la triste réalité de Marseille qui n’aura pas duré plus d’une heure et demie : les services de la métropole n’ont pas tardé à faire disparaître ce message de dénonciation du mal logement.

Mais il n’aura fallut que quelques heures avant qu’un autre message, ailleurs dans la ville, réapparaisse. Cette fois-ci c’est au quartier des réformés que la messe est dite! L’affiche « ensemble pour la rénovation de nos églises » a été transformée, elle aussi un court moment… On vous laisse regarder ça.

Ensemble pour la rénovation de nos : logements. Ni seigneurs, ni Vassal.

 

A-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne?

A écouter sur France culture : À-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne ?

Pour répondre à cette question fondamentale, Emmanuel Laurentin a invité trois experts : Karine Bonjour auteure de Rue d’Aubagne. Récit d’une rupture ; Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre et Guillaume Vuilletet, député LREM de la deuxième circonscription du Val-D’oise, auteur du rapport Simplifier les polices de l’habitat indigne. Promouvoir l’habitabilité durable pour tous.

Bien sur, la question de l’habitat insalubre est au cœur des échanges. On parle de Marseille et aussi de ce qui se joue à l’échelle nationale. Karine Bonjour rappelle l’importance de mesurer la rupture (c’est dans le titre de son livre) que représente le drame du 5 novembre 2018 qui a suscité une mobilisation citoyenne, une production “incroyable”, “foisonnante” et spontanée de la part des habitants de cette ville. A Marseille, “rien ne sera plus jamais comme avant” dit-elle. Un constat que nous (les auteures de ce blog) avons fait avec les mêmes mots rapidement après avoir commencé notre démarche ethnographique à Noailles et dans le centre marseillais. Rien ne sera plus jamais comme avant : avant les effondrements, avant les milliers de délogé.e.s (près de 4000 selon de collectif du 5.11)

Pour autant comme le rappelle Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre les sonnettes d’alarme concernant le logement insalubre ont été tirées depuis belle lurette à Marseille. Que ce soit le rapport Nicol qui fait état de 40 000 logements “potentiellement indignes” présentant “un risque pour la santé ou la sécurité de quelques 100000 habitants”, ou de la part de nombreux collectifs marseillais. C’est un point essentiel qui nous rappelle cette impensable réalité : “il est possible de mourir dans la deuxième plus grande ville de France simplement en dormant chez soi”, affirme avec force Liliana Lalonde, mère de Julien, mort dans les effondrements de la rue d’Aubagne (cf. son témoignage). C’est, comme le suggère Christophe Robert, “le symptôme de la crise du logement” qui conduit des personnes à faire le choix, ou plutôt à être contraintes, d’aller habiter dans des logements insalubres parce que le marché n’offre rien, ou si peu.

Le député pointe la diversité des situations de logements indignes, qui selon lui, sans les excuser, expliquerait l’inaction des pouvoirs publics. En ligne de mire, se sont les multiples procédures activées par les pouvoirs publics en fonction des cas. En résulte une grande complexité (parce que les responsabilités sont nombreuses) qui conduirait à l’inaction. Il ne faudrait toutefois pas se cacher derrière le spectre de la complexité pour oublier ce qui est en réalité à Marseille, l’indigence et l’incompétence des services supposés fournir des experts, en somme “l’incurie municipale et préfectorale” martèle Karine Bonjour. L’immeuble qui s’est effondré le 5 novembre avait été évacué un mois auparavant et des experts municipaux avaient assuré, après les soient disant travaux de rénovation, que les occupants pouvaient désormais regagner leur logement.

L’incurie, ce mot répété depuis un an pour qualifier les pouvoirs publics, nous l’avons entendu et il raisonne aujourd’hui chez tous ceux dont le logement inquiète, et qui savent pourtant qu’en tirant la sonnette d’alarme, tout ce qu’ils risquent est d’être évacué de chez eux, en logement temporaire. Mais un temporaire qui dure… Le député indique qu’un numéro a été mis en place. Si votre logement fissure, vous pouvez appeler le 0806 706 806. Des experts vous renseigneront sur la marche à suivre. C’est déjà quelque chose, sauf que comme le rappelle le représentant de la fondation Abbé Pierre, « un numéro c’est bien, c’est important, mais ce qu’il faut, ce sont des capacités d’action”. C’est bien d’avoir la marche à suivre, c’est encore mieux que les problèmes soient pris à bras le corps : des permanences juridiques pour les occupants des logements insalubres, des visites sur les sites, un accompagnement des ménages, une vraie mesure des conséquences juridiques des constats qui sont faits. Le problème marseillais ne se résume pas à 400 personnes dans les logements temporaires comme l’affirme le député, ni même à 3500 personnes délogées dans toute la ville (certaines ayant trouvé par elles mêmes leur solution) mais à bien plus, puisque le problème est systémique. Quand on réquisitionne des logements d’urgence pour les délogés, ce sont les SDF qui pâtissent, et que dire de tous ceux qui, résignés, restent dans leur logement se demandant au quotidien si leur toit ne va pas leur tomber sur la tête?

Enfin, il est intéressant de prendre exemple sur d’autres villes qui ont pris à bras le corps le problème des logements identifiés comme inhabitables. Paris l’a fait en imposant des travaux de rénovation, mais celle ci n’est pas sans effet sur la redoutable gentrification qui exclut depuis le début des années 2000, les ménages les plus modestes hors de la capitale. Ainsi, face à ce spectre contre lequel s’insurgent tous les habitants de Marseille, l’intervention des pouvoirs publics en la matière doit être associée à des actions en faveur de l’accessibilité des centres urbains, termine le représentant de la Fondation abbé Pierre.

5 novembre 2019: « ni oubli ni pardon »

Aujourd’hui, place Homère à Marseille, 8 minutes de silence en hommage aux 8 victimes des effondrements de la rue d’Aubagne. Les gens sont nombreux près de l’autel en hommage aux « martyrs » de la rue d’Aubagne. Un peu avant 9 heures, la place se remplit d’une foule silencieuse, les gens s’amassent, d’autres s’étreignent le visage, tristes, les grosses caméras et les petits téléphones flottent au dessus de la foule pour immortaliser l’événement. Les journalistes sont venus nombreux.

Les huit minutes de silence commencent : les huit torches brûlent, quelques ballons s’envolent et l’église occupe le fond sonore avec ses cloches pour dire elle aussi son soutien.

Au dessus de la place, le slogan « ni oubli ni pardon » flotte depuis les fenêtres d’un appartement comme pour dire que l’on ne pourra plus détourner le regard face au fléau du logement indigne. Après le silence des huit minutes, l’apparition dans le quartier de certaines figures politiques, comme Patrick Mennucci ou Samia Ghali, suscite l’indignation : les voix montent à l’unisson pour dire leur refus « de se faire voler » cette commémoration. Pas de récupération disent-ils. Des gens crient de manière spontanée leur colère: « assassins », « honte à vous », « c’est trop tard », « C’est des vies qui sont parties. Assassins vous le saviez! », « bandes de cafards ». Une femme demande à tue tête: « mais que fait la justice? », une autre répond: « elle est aveugle! ».

On se serre alors sur la place pour crier que « nous sommes tous des enfants de Marseille » ou pour scander « ni oubli ni pardon », « Qui sème la misère récolte la colère »…

Alain Barlatier, vidéaste, retrace lui aussi cette matinée pleine de tristesse et de colère : https://pcdmq.blogspot.com/?view=magazine

Les cartographies du mal logement après novembre 2018

Un travail évolutif de cartographie a été amorcé rapidement après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne. Fondé sur une démarche collaborative entre des géographes, des étudiants et des militants contre le logement indigne, ce travail a évolué au fil des mois, montrant d’abord la propagation des arrêtés de péril et leur chronologie

Puis des parcours de personnes délogées ont été élaborés grâce à des enquêtes menées auprès de 400 ménages contraints de quitter leur logement mis en péril.

Quelques précisions sur la démarche sont accessibles sur le blog « urbaniCités« 

Marche pour une vie et des logements dignes

Le point de départ ce samedi 7 novembre était en bas de l’immeuble de la cité Maison Blanche où plusieurs logements ont du être évacués suite à l’incendie du 23 août.

Cette marche, organisée à l’initiative du Collectif Maison blanche a été soutenue par le mouvement post-5 novembre. En bas de l’immeuble calciné, le collectif appelle « les mamans » pour venir tenir la banderole fraichement terminée et démarrer la marche qui a traversé de nombreux quartiers défavorisés de Marseille : Maison Blanche bien sûr, mais aussi Félix Piat, Belle de mai, Saint-Mauront. Elle s’est arrêtée à la porte d’Aix pour un grand pique-nique et s’est achevée au Vieux port, devant la mairie.

« les mamans » viennent tenir la banderole.

Dans les rangs de la marche, on en apprend un peu plus sur maison blanche et son collectif. La mention d’un autre incendie au début des années 1980 est évoquée, sans que les détails à ce sujet ne soient restés précisément gravés dans les mémoires. Le 11 Janvier 1981, un incendie avait démarré dans un logement de la cité, aggravé par l’explosion d’une bouteille de butane au bas de l’immeuble. Cet évènement avait, selon une archive non publique retrouvée à l’INA du journal de 13h d’Yves Mourousi le 12 janvier 1981, causé la mort de 5 personnes dont les corps furent sortis des décombres par les pompiers. 7 blessés graves étaient aussi comptés le lendemain, dont 3 dans un état « très grave » et 60 personnes « sans-abris » à Maison blanche. De cet événement tragique, il ne restait aucune trace sur le net, si ce n’est la mémoire de certains habitants et de militants de longue date autour des questions de mal-logement dans ce périmètre.

Il y a un an, à la fin du mois de juillet 2018 une fillette de 6 ans décédait à l’issue d’une chute du 12ème étage. En cause, l’insalubrité du bâtiment et le manque de sécurisation au niveau des balcons. Le collectif Maison blanche a alors vu le jour pour dénoncer et soutenir les populations victimes du mal logement. Comme l’évoque un homme poussant un « diable » rempli de petites bouteilles d’eau en soutien aux marcheurs « ça fait des années qu’on tente d’interpeller la mairie et qu’on a aucune réponse, il a fallu le 5 novembre pour que ce qui nous arrive et ce qu’on vit soit enfin visible et qu’on en parle! ».

Les slogans ce matin-là en disent long :

« solidarité avec les sinistrés », « qui sème la misère récolte la colère », Réquisition des logements vides », « Marseille brûle, Marseille soulève-toi », « quartiers nord, quartiers forts », « Gaudin, aux Goudes, va te jeter ».

passage par la cité de Félix Piat
La marche avance vers le quartier de la Belle de mai

Et enfin « Noailles, maison blanche, mêmes dégâts, mêmes combats ». Ce dernier slogan illustre bien que se dessine aujourd’hui, 10 mois après les effondrements de la rue d’Aubagne dans le centre ville de Marseille, un « mouvement post-cinq novembre ». C’est le terme qui revient dans plusieurs bouches et dans la presse locale. Fathi Bouaroua, dans la marche avec sa trottinette considère qu’un véritable mouvement est en train de se constituer. Il estime que la période électorale dans laquelle nous entrons avec les municipales à l’horizon de mai 2020 est perturbante pour le mouvement post-cinq novembre, « à cause des ambitions personnelles et des tentatives de récupération par les partis ».

Les enjeux liés à l’habitat indigne ont pris une place fondamentale dans la manière d’appréhender l’horizon des élections municipales de 2020. A n’en point douter, les collectifs qui se constituent en vue des prochaines élections prennent la mesure de l’importance de cette question ( Mad Mars, les États généraux, le rassemblement inédit et le pacte démocratique). Ils veulent donner l’image d’être « différents mais pas divergents » (notes carnet de terrain 19 août, Première réunion des signataires du pacte démocratique), mais paraissent avoir du mal à s’articuler entre eux, en dépit du fait que les mêmes personnes peuvent circuler entre ces différents collectifs et les collectifs citoyens « post-cinq novembre ».

L’appel pour un rassemblement inédit publié le 10 Juillet dans libération, https://www.liberation.fr/debats/2019/07/10/nous-habitantes-de-marseille-voulons-construire-un-rassemblement-inedit_1739280, le pacte démocratique pour Marseille, publié le 29 août par La Marseillaise http://www.lamarseillaise.fr/marseille/politique/77982-le-pacte-democratique-pour-marseille, viennent témoigner de la singularité de ce moment historique local, à l’issue de la tenue d’Etats généraux eux mêmes inédits en Juin https://les-etats-generaux-de-marseille.fr/, ainsi que le collectif « Mad Mars » : https://www.facebook.com/atMadMars/; https://madeinmarseille.net/41431-mad-mars-collectif-citoyen/