Tous les articles par Maud-Mikaëla-Sandrine

La saison estivale à Marseille : zoom sur quelques évacuations

Évacuation de la boulangerie « Le fournil de l’étoile » et des 60 et 61 Rue Jean Jaurès, 20 Juin

Jeudi 20 Juin, dans la soirée « une personne de la mairie est venue pour nous dire de rassembler nos affaires et quitter les lieux de toute urgence“, se souvient le boulanger qui a racheté ce commerce “pilier” de la place Jean-Jaurès il y a seulement trois ans. » (voir l’article de la Provence).

Les immeubles des 60 et 61 place Jean Jaurès, ou ce qu’il en reste, c’est à dire un périmètre entouré de murs en béton dont les voies praticables sont un chantier en plein air, triste et poussiéreux sous la chaleur qui, à cette période de l’année, commence à être intense. Une dizaine d’habitant·e·s sont concernés. L’un d’entre eux, avec qui une discussion informelle eut lieu quelques jours plus tard, explique qu’il « squatte » chez « les uns et les autres » car son oncle étant le propriétaire du logement dans lequel il était hébergé, il ne peut lui demander de payer l’hôtel ou un autre loyer, comme « on » (les employés de la mairie) lui a recommandé de le faire.

Les 6 employé·e·s de la boulangerie, chère au cœur des gens du quartier et qui fournissait jusqu’alors de nombreux restaurants alentours, se retrouvent au chômage technique.

Des dessins d’enfants sont affichés sur le mur de la boulangerie.

L’attente d’un arrêté de péril et d’éléments sur ce qui suivra est longue… comme un jour sans pain (comme l’expliquent La Marseillaise et Marsactu).

Une semaine plus tard donc, le 27 Juin, un rassemblement est organisé devant la boulangerie. Comme en témoignent les enregistrements que nous avons réalisées à ce moment là, il est l’occasion de prises de parole sur des sujets aussi divers que le détail des problèmes ayant conduit à l’évacuation, la situation des employé·e·s, celle du quartier et des commerçant·e·s, des personnes âgées qui ont du être mises en maison de retraite du fait de leur impossibilité de circuler dans ce qu’est devenu le périmètre, et au-delà, des évacuations qui continuent dans l’ensemble de la ville… Sont évoqués pêle-mêle le risque que les évacuations servent à racheter des immeubles pour une bouchée de pain, les difficultés de gagner leur croute affrontées par les commerçants, et le refus de manger de ce pain là… (une capsule sonore rendra compte de ce rassemblement).

Rassemblement du 27 juin.
“Rendez-nous la boulangerie”

Vendredi 30 Août, une rubrique de La Marseillaise est dédiée à la rentrée… vue par Fayçal Aoufi, le propriétaire de la boulangerie. Il y déclare :

” La rentrée est un peu particulière pour moi car je ne peux toujours pas travailler. Ma boulangerie est toujours fermée, les propriétaires des murs doivent se réunir avec des experts pour commencer les travaux. Normalement j’ai droit au chômage technique mais en deux mois je n’ai toujours rien reçu… Je paye de ma poche mes employés. Lorsque l’on est au chômage technique, c’est à nous de payer les employés et ensuite on se fait rembourser. C’est n’importe quoi, mon commerce est fermé, donc je ne génère plus d’argent et on me demande de faire des avances. Et puis il y a énormément de paperasse à faire, c’est la galère. Et puis je n’ai aucun plan B. Les travaux vont durer encore deux mois minimum et je ne suis même pas sûr de pouvoir reprendre mon activité car tout est délabré à l’intérieur. Il y a de la poussière partout, la marchandise a pourri. Imaginez que vous avez chez vous un frigo rempli, vous l’éteignez et vous revenez trois ou quatre mois après. À votre avis est-ce que vous aller cuisiner avec ce qu’il y a dedans ? Est-ce que c’est utilisable ? Évidemment non. Si je ne peux pas ouvrir à nouveau ma boulangerie, je prendrai un bon avocat, c’est tout ce que je peux faire, je ne suis pas millionnaire ! Pour rebondir sur un autre commerce c’est impossible. Personne ne m’a aidé, les banques s’en foutent. Pour reporter le crédit que j’avais contracté c’est très compliqué, il faut une tonne de documents…”

Évacuation des immeubles du haut de la rue Curiol :

Du 23 au 26 juillet derniers, dix immeubles du haut de la rue Curiol ont été évacués, entraînant la fermeture de la rue sur une dizaine de mètres et empêchant ainsi l’accès à la plaine, en travaux.

Ce sont les n° 81 et 83 qui ont été frappés d’un arrêté de péril imminent, alors que, comme le relate Marsactu, leur état alertait déjà ses services techniques de la mairie depuis 2014. Cette décision d’évacuation immédiate a également imposé aux habitant·e·s des immeubles mitoyens, du n°75 au n°85 de la rue Curiol ainsi qu’au n°26 de la place Jean Jaurès, de quitter leur logement en urgence. La raison de cette évacuation est l’inclinaison inquiétante et le nombre de fissures constatés depuis quelques temps sur les n°81 et 83 et qui n’ont entraîné aucun travaux de la part des copropriétés. Le risque d’un effondrement des façades sur la rue a donc justifié d’évacuer également les numéros pairs de la rue, en face : les immeubles du n°92 au n°100.

Malgré cette évacuation en cascade, le bar du Petit Nice est resté ouvert tout le mois d’août et il continue de servir ses client·e·s sur sa terrasse triangulaire, coincée entre les travaux de la plaine et les barrières du périmètre de sécurité de la rue Curiol. Pourtant, le bar fait complètement partie de l’îlot touché par les évacuations. Si le patron du Petit Nice, Richard Caramanolis, a déclaré à une journaliste de Marsactu, que le 28 place Jean Jaurès – numéro auquel il est domicilié, mais qui n’est matérialisé par aucune porte – n’est pas touché par l’arrêté de péril, la situation laisse circonspect·e. En effet, les numéros mitoyens de ce n°28 aussi introuvable que le quai 9 3/4 de Harry Potter sont évacués, que ce soit du côté du 26 place Jean Jaurès ou du 85 rue Curiol. Par ailleurs, les appartements qui surplombent le bar ont tous été vidés de leurs habitant·e·s en quelques minutes, comme à chaque nouvelle évacuation.  Qu’est-ce qui justifie cette situation et cette variabilité dans l’évaluation du péril ? On ne peut s’empêcher de penser à une forme de deux poids, deux mesures, quand la mairie impose à des habitant·e·s une évacuation en urgence de leur logement, alors qu’au pied de leur immeuble, un bar continue d’exercer son activité sans être dérangé.

Le haut de la rue Curiol évacué.
Au dessus de la terrasse du Petit Nice, les appartements traversants du n°85 ont été évacués.
Entre le n°26 de la place Jean Jaurès et la terrasse du Petit Nice, aucune trace d’une porte ni d’un n°28.

L’évacuation des gravats bleus

Fin juin, nous évoquions la présence intrigante et inquiétante de gravats bleus contenant de l’amiante dans le quartier de Belsunce, au croisement de la rue de la Fare et de la rue Nationale. Durant la deuxième quinzaine du mois d’août, ceux-ci ont été évacués par les services techniques de la mairie, à l’aide d’une pelleteuse excavatrice et d’un ventilateur-brumisateur visant à limiter la volatilité des poussières contaminées. Durant les phases les plus critiques du chantier de dépollution, les ouvriers portaient des combinaisons blanches intégrales et des masques. Il faut espérer que ces derniers ont été bien protégés durant toute l’opération, comme l’air que respire les riverain·e·s et les passant·e·s. Le terrain vague qui accueillait les gravats bleus est désormais vide.

Le 27 août, on ne voyait plus de gravats bleus à l’angle de la rue du Fare et de la rue Nationale.

L’incendie de Maison Blanche

23 août, la saison estivale s’achève tristement par un incendie dans un immeuble de la cité de la Maison Blanche située dans le 14 arrondissement de Marseille.

L’incendie a laissé sa marque.

Comme l’indique le journal Libération (2 septembre 2019), « [l]e feu ravage une vingtaine d’appartements, noircit sur toute sa hauteur la façade de douze étages mais ne fait heureusement aucune victime. Reste l’état du bâtiment G après sinistre : inondé pour venir à bout des flammes, les balcons fragilisés par le feu, la cage d’escalier irrespirable… Maison-Blanche n’avait vraiment pas besoin de ça : la résidence est dans un état si calamiteux qu’elle avait intégré la short list des 17 “priorités nationales” identifiées sur le territoire dans le cadre du plan de rénovation des copropriétés dégradées lancé par le ministère de la Cohésion des territoires, en octobre 2018 ». Pourtant à en croire ceux qui connaissent bien cette cité, cela fait belle lurette que des alertes ont été lancées pour dénoncer l’état de vétusté des immeubles de Maison Blanche.

Dès le lendemain du drame, une cagnotte a été mise en place pour les habitants par Naïr Abdallah, la tête de file du “collectif Maison Blanche”. Il faut bien que la solidarité locale fonctionne quand les pouvoirs publics ne suivent pas. Comme l’explique une militante de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le « mouvement post 5 novembre », « les sinistrés n’avaient rien à manger, on est parti là-bas faire des repas pour les gens ».

Les collectifs Maison Blanche et du 5 novembre sont là pour les habitant·e·s. Leur action est très pragmatique : accompagner les sinistré·e·s, préparer des repas et les aider à défendre leur droit à être relogé·e·s. Une militante  explique avoir alerté les pouvoirs publics, “non seulement les sinistrés venaient de tout perdre, mais en plus ils avaient faim”. Il a donc fallut être pragmatique et “s’organiser pour préparer des repas aux gens”. La gestion de l’urgence, cela n’est décidément pas le point fort de la municipalité qui pourtant, avec son dispositif dit “rue Beauvau” de prise en charge des personnes évacuées après les effondrements dans le quartier de Noailles, devait être en mesure de réagir de manière efficace.

D’après le journal Libération (cité plus haut), la moitié des personnes concernées par le sinistre seraient exclues du dispositif municipal de prise en charge des évacué·e·s. Pour l’autre moitié, ils·elles seraient relogé·e·s dans des hôtels jusqu’au 9 septembre. Fin août, plusieurs délogé·e·s en étaient à se battre pour obtenir une nuit de plus à l’hôtel (France bleu) .

D’autres habitant·e·s acculé·e·s à la dur réalité, discutaient déjà de la possibilité de regagner des logements malgré le fait qu’ils “sentent encore la fumée”. Quand aucune alternative n’est proposée, il faut bien envisager toutes les solutions, y compris celles qui présentent un danger. La solution de réintégrer leur logement calciné est effectivement celle qui sera proposé par Julien Ruas (l’adjoint en charge de la prévention des risques à la ville de Marseille) aux sinistré·e·s.

Dans “la lettre ouverte à la mairie et au ministre Denormandie”, publiée dans le journal La Marseillaise, plusieurs associations, dont Médecins du Monde, dénoncent catégoriquement cette solution tant la situation sanitaire est préoccupante: “risques de troubles respiratoires liés aux nombreuses poussières et microparticules suite à l’incendie, nombreuses fissures et infiltrations d’eau, risques d’effondrements, apparition de champignons, risque potentiel lié à la volatilité de l’amiante et du plomb identifié… De nombreux enfants et personnes âgées sont concernés”.

Mais il n’y a pas que ça. Les collectifs dénoncent les violences policières qui font suite à l’incendie. Le 27 août d’abord, des trafiquants seraient recherchés et une course poursuite s’engage dans la cité : un jeune est blessé, puis des altercations ont lieu devant le local où se réunit le collectif Maison Blanche. D’après un communiqué du parti ouvrier indépendant démocratique (POID), des femmes en train de faire la queue pour bénéficier d’un petit déjeuné auraient été violemment interpelées après être venues en aide aux jeunes blessés. La Marseillaise et le journal Marsactu évoquent aussi une “interpellation policière musclée”. Des gaz lacrymogènes sont lâchés sur des habitant·e·s déjà sous le choc de l’incendie. Des parents sont mis à terre ! Pour une militante du collectif du 5 novembre, “après le drame de Noailles, on parlait d’incurie pour qualifier l’incompétence des pouvoirs publics; là, pour Maison blanche, c’est carrément l’ignominie”. Elle en est à se dire qu’un tel mépris est lié au fait que les “habitants de maison Blanche sont des noirs et que tout le monde s’en fout !”. Le représentant du collectif Maison Blanche, quant à lui, dénonce ces violences policières comme “le seul visage des institutions qui nous est donné à voir !”.

Le collectif Maison Blanche est dans les starting-blocks pour crier sa colère, il donne rendez-vous le samedi 7 septembre « en soutien à la Maison blanche et tou.te.s les personnes dégolé.e.s à Marseille ».

À suivre…

L’effondrement, ça ne fait pas de bruit ?

Nous vous invitons à écouter notre première capsule sonore – Autour du 5 novembre 2018 – et à lire le texte ci-dessous.

Cette capsule sonore est la première que nous proposons à l’écoute en ligne. Elle a été réalisée à partir d’extraits d’entretiens recueillis dans le cadre de notre projet collectif « Après l’effondrement ». Puisque nous nous étions données comme consigne, dès le début de l’enquête en février dernier, de commencer tous nos entretiens par la question « Où étiez-vous le 5 novembre ? », elle suit le fil des réponses que nous avons obtenues. Le montage permet d’entremêler ces différents points de vue sur l’événement et ses suites, afin d’en montrer la diversité et la complémentarité. Cette question initiale nous a permis d’amorcer les discussions avec nos interlocuteurs et de dérouler quelques fils autour de la question du bruit.

À l’occasion de conversations informelles et d’observation flottante dans le quartier Noailles et la rue d’Aubagne, plusieurs commerçant·e·s et habitant·e·s nous ont fait part du fait que leur souvenir de l’effondrement des immeubles était avant tout visuel, et non sonore. Les termes « poussière », « fumée », « brouillard » étaient évoqués, aboutissant au constat partagé que l’effondrement n’avait pas fait de bruit, en tout cas pas un bruit comme on pourrait l’imaginer quand un immeuble s’effondre. Pour une commerçante du bas de la rue d’Aubagne : « ça a fait juste un pschitt », « comme un château de cartes ». Pas de grand fracas donc, sauf pour les habitants situés à quelques mètres seulement du drame. Ceci est peut-être liée au contexte sonore bruyant du quartier : rue Estelle, un habitant nous a dit avoir entendu du bruit, mais il l’avait associé aux travaux de voirie réalisés alors sur le cours Lieutaud.

Si l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne n’a pas fait (beaucoup) de bruit, les conséquences de cet effondrement sur le paysage sonore quotidien du centre ville ont quant à elles été marquantes : les bruits des voitures de police et de pompiers, puis les attroupements et rapidement, les engins de chantier mobilisés pour de la recherche des corps et du déblaiement, ont imposés au voisinage une forte contrainte sonore. Ces bruits contrastent avec l’épaisseur du silence d’un périmètre du quartier coupé à la circulation des personnes.

L’absence de bruit peut aussi être métaphorique. Dans la capsule sonore, les propos de Fathi au sujet de l’absence de la moindre allusion aux effondrements lors de la réunion au conseil régional du jour même soulève des interrogations. Visiblement, dans les premières heures qui l’ont suivi, cet événement n’a pas eu de retentissement dans certaines sphères politiques. Deux immeubles s’effondrent : c’est le bruit de fond de la ville et cela ne perturbe pas les oreilles des élus. De la même manière, la tenue, le soir du 6 novembre, d’une manifestation de dégustation de chocolat pour les élu·e·s Les Républicains de la mairie du 6/8ème arrondissement de Marseille (en particulier le maire de secteur Yves Moraine et l’adjointe à l’urbanisme, Laure-Agnès Caradec) a été amplement commentée et perçue comme « indécente ».

Le bruit c’est aussi la forte mobilisation que l’on entend dans la capsule : plusieurs voix soulignent l’ampleur inédite, l’étincelle, qu’a suscité cet effondrement en termes de solidarité, de bouillonnement collectif. Ainsi la capsule s’ouvre sur le bruit des tambours iraniens qui ont accompagné la descente au flambeau de la rue d’Aubagne en hommage aux victimes des effondrements, lors de la journée de commémoration des 6 mois de l’événement (5 Mai 2019). D’autres tambours, que l’on entend furtivement en ouverture, annonçaient les clameurs des crieurs publics mobilisés ce même jour. Dans sa dernière partie, le montage inclut également des sons et des slogans recueillis dans le cadre d’une manifestation liées à la venue, à Marseille, du premier ministre Édouard Philippe et de son ministre du logement Julien Denormandie (12 Avril). Des extraits du 20ème carnaval de la plaine (10 Mars 2019) laissent ensuite se déployer d’autres sons et cris qui rappellent le 5 novembre en forme de procès délirant. Enfin, les paroles et sons entremêlés du Molotov soutiennent les propos de Marie, psychologue bénévole lors des permanences destinées aux personnes délogées que cette salle de concert du haut de la rue d’Aubagne accueille tous les lundis après-midi depuis plusieurs mois.

Des mobilisations d’une ampleur inédite donc, car comme le soulignent Jean Régis et Fathi, d’autres effondrements, d’autres morts, d’autres expulsions ont eu lieu dans la ville, sans donner lieu à ce qui est là qualifié d’ambiance ayant « frôlé l’insurrection ». Diletta s’interroge quant-à-elle sur l’importance de la présence physique d’un périmètre de sécurité autour du lieu des effondrements, de quelque chose qui gêne, pour éviter, comme dit Claire, qu’ « une actualité en chasse une autre » et que l’on passe à autre chose. C’est toute la question de la mémoire collective, ce qui fait trace et ce qui s’oublie.

Image de une – onde sonore : Pixabay

Sur la notion d’évènement

“Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème.”

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : “Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ?” Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque “à jamais”.

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une “rupture d’intelligibilité” (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît “avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience” (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. “L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe”, in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21

Après l’effondrement

Notre intention est de constituer des archives du présent des multiples manières d’habiter Marseille après les effondrements de la rue d’Aubagne (5 novembre 2018). Anthropologues et habitantes du centre-ville marseillais, nous souhaitons apporter notre contribution à la mosaïque d’initiatives citoyennes qui ont vu le jour depuis cet évènement.

Nous souhaitons avec ce carnet :

  • Réunir et rendre accessible des récits, documents, images témoignant de mobilisations et d’expériences vécues dans la ville de Marseille après cette catastrophe.
  • Produire une matière avec les outils de l’anthropologie qui puisse éclairer un ensemble d’enjeux liés à cet événement.
  • Rendre compte de notre démarche de collecte et de recherche, en bref de sa “cuisine”.
  • Contextualiser les archives rassemblées et les mettre en résonance avec les réflexions issues des sciences sociales.
  • Créer une navigation dans les archives à partir de mots-clés issus du terrain, qui donneraient à voir des fragments bruts de nature différente : documents sonores, images, extraits d’entretiens, liens vidéos etc.

Ce carnet ne s’inscrit pas dans le cadre d’une recherche académique, financée, portée par une institution. Il s’agit pour nous d’un travail “à côté” qui procède par tâtonnements, explorations et expérimentations. Il participe d’un mouvement d’anthropologie publique, dans la cité.

 

Mikaëla Le Meur

Sandrine Musso

Maud Saint-Lary