5 novembre 2019: “ni oubli ni pardon”

Aujourd’hui, place Homère à Marseille, 8 minutes de silence en hommage aux 8 victimes des effondrements de la rue d’Aubagne. Les gens sont nombreux près de l’autel en hommage aux “martyrs” de la rue d’Aubagne. Un peu avant 9 heures, la place se remplit d’une foule silencieuse, les gens s’amassent, d’autres s’étreignent le visage, tristes, les grosses caméras et les petits téléphones flottent au dessus de la foule pour immortaliser l’événement. Les journalistes sont venus nombreux.

Les huit minutes de silence commencent : les huit torches brûlent, quelques ballons s’envolent et l’église occupe le fond sonore avec ses cloches pour dire elle aussi son soutien.

Au dessus de la place, le slogan “ni oubli ni pardon” flotte depuis les fenêtres d’un appartement comme pour dire que l’on ne pourra plus détourner le regard face au fléau du logement indigne. Après le silence des huit minutes, l’apparition dans le quartier de certaines figures politiques, comme Patrick Mennucci ou Samia Ghali, suscite l’indignation : les voix montent à l’unisson pour dire leur refus “de se faire voler” cette commémoration. Pas de récupération disent-ils. Des gens crient de manière spontanée leur colère: “assassins”, “honte à vous”, “c’est trop tard”, “C’est des vies qui sont parties. Assassins vous le saviez!”, “bandes de cafards”. Une femme demande à tue tête: “mais que fait la justice?”, une autre répond: “elle est aveugle!”.

On se serre alors sur la place pour crier que “nous sommes tous des enfants de Marseille” ou pour scander “ni oubli ni pardon”, “Qui sème la misère récolte la colère”…

Alain Barlatier, vidéaste, retrace lui aussi cette matinée pleine de tristesse et de colère : https://pcdmq.blogspot.com/?view=magazine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.