un an après les effondrements, “des vies suspendues”

C’est l’une des phrases extraites de l’article que le quotidien du médecin consacre aux observations des membres d’un collectif de prise en charge psychologique déployé depuis plusieurs mois et coordonnée par le Dr Flavie Derynck. La “file active” est actuellement constituée de 500 personnes. Un éclairage sur les conséquences en termes de santé mentale et d’enjeux médico-psychologiques de cette crise.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/effondrements-marseille-le-dispositif-de-prise-en-charge-psychologique-ete-elargi-et-renforce?fbclid=IwAR3idhN_OkD6frFimJgNEBtBKIkkTcRcQKKojnoWpnSENNVS5wqkm05bxcE


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.