Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après?

Dictionnaire le littré : effondrement

(è-fon-dre-man) s. m.

  • 1. Terme d’agriculture. Action d’effondrer, de fouiller la terre.
  • 2. Action d’effondrer, de s’effondrer, de s’écrouler.

« Tout de même, les tremblements de terre, c’est étrange. Nous sommes convaincus, intellectuellement, que le sol sous nos pieds est dur et stable. On dit même : “il a les pieds sur terre”, pour parler d’une personne solide. Et pourtant un beau jour, soudain, on comprend que tout ça est faux : la terre, les rochers, qui devraient être stables, se tordent dans tous les sens comme du liquide. »

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 1999.

Pourquoi un travail sur l’effondrement… et après ?

5 novembre 2018. 8h30. Je traverse le centre de la ville à partir de la plaine, où je vis, jusqu’à la vieille charité, où est situé mon bureau. C’est un lundi de reprise après quelques jours de vacances de Toussaint. Pour ce faire, je passe devant les murs érigés le 28 Octobre, autour de la plaine. L’ « amer béton » se dresse, déjà moins gris, du fait des multiples inscriptions, tags et graffs qui le recouvrent. Je détourne le regard tentant d’échapper à la violence constituée par sa présence, songeant aux 390 000 euros qu’a couté ce mur, pour protéger un chantier qui en coûterait entre 13 et 20 millions. [1] Si le béton n’est pas longtemps resté gris, le ciel lui, l’est particulièrement ; plusieurs jours de fortes pluies viennent de se succéder. Le 6 novembre d’ailleurs, un reportage de la Provence filmera le port au bord du débordement du fait des pluies intenses qui sont tombées ces derniers jours sur la ville.

J’arrive vers 9h dans mon bureau à la vieille charité, et poursuis laborieusement la finalisation des deux cours qui se succèdent le lendemain au département d’anthropologie de l’université. A 10h30, un message d’une copine travaillant à l’établissement français du sang, envoyé par erreur à une autre « sandrine », atterrit sur mon téléphone. Il fait mention d’un « plan blanc » déclenché à Marseille suite à « l’effondrement d’un immeuble ». Je ne comprends rien au message reçu, mais la référence au « plan blanc » résonne. Elle résonne avec catastrophe, attentats, drame… Je tape sur mon ordinateur les mots clés « effondrement immeuble marseille », et découvre avec horreur, sous la rubrique « actualités » que deux immeubles viennent de s’effondrer dans la rue d’Aubagne, celle au-dessus de laquelle j’ai habité plusieurs années en arrivant à Marseille en 2001, celle que je traverse quasi-quotidiennement, où je m’arrête souvent pour faire des courses, boire un café… Il est probable que des personnes étaient dedans, certain que d’autres passaient devant. La rue d’Aubagne, celle où, en 2009, avec ma collègue Johanna Lees, nous avions « fait du terrain » sur les questions de « précarité énergétique ». Je revois cette femme dont le fils était au collège avec l’une de mes filles, m’expliquer au 4ème étage d’un des immeubles de cette rue, un peu plus bas et du côté pair, qu’elle fermait les volets de sa cuisine pour éviter que les rats n’y entrent. Elle nous avait aussi raconté avec légèreté combien elle avait de la chance : une nuit elle s’était réveillée pour aller aux toilettes et avait pris le parapluie avec elle, geste machinal et ordinaire pour éviter d’être mouillée quand il pleuvait. Heureusement, car elle l’avait au-dessus de la tête pour se protéger quand le morceau de plafond est tombé… La rue d’Aubagne, où dans d’autres appartements visités, nous avions pu prendre la mesure des effets de l’habitat sur la santé : fréquence d’affections respiratoires diverses et notamment de l’asthme, liées aux champignons et moisissures. La rue d’Aubagne, dont la traversée fait prendre la mesure des contradictions de la ville, particulièrement visibles dans ce « ventre de Marseille », où fleurissent depuis 2013 des signes extérieurs de gentrification, de l’ouverture d’enseignes « bistronomiques » à celle de magasins haut de gammes ou branchés.

Et après ?

La journée se passe entre abattements de tâches diverses, préparation de cours, et consultation compulsive des infos qui arrivent sur internet et facebook. Je réponds que tout va bien aux messages de proches qui s’inquiètent de ce qu’ils ont aussi lu, vu ou entendu. Vers 18h, je « remonte » sur la plaine, en ne prenant pas la rue d’Aubagne, dans l’évitement d’un parcours habituel. J’arrive au Bar de la plaine et partage un verre avec un ami, figure du quartier. Il est angoissé, l’un de ses amis, Fabien, était peut-être dans l’immeuble ; il n’a pas répondu aux multiples appels de la journée. Il me parle aussi de l’étudiante italienne, Simona, deux photos ont commencé à circuler dans la nuit sur facebook avec leurs visages. A ce début d’incarnation de qui sont les victimes s’ajoute cette histoire du petit garçon que la maman n’est jamais venue chercher à l’école Chabanon à 16h30, qui en dessine les contours d’une troisième. Mais pour l’instant aucun corps n’est officiellement retrouvé. J’apprendrais plus tard que c’est grâce à l’analyse ADN des dents retrouvées dans les gravas et décombres, mais aussi d’autres procédures de médecine légale protocolisées après les attentas de Paris et Nice, que les corps seront identifiés dans la semaine de fouille qui suit, officiellement 8. Dans l’un des témoignages recueillis par l’équipe des cinéastes de la Tribune Ouverte Noailles, Sophie Dorbeaux ancienne habitante du 65 rue D’Aubagne, ajoute à ce macabre décompte la mort de la mère de sa voisine Marie, qui a fait un AVC quand elle a appris la nouvelle et est morte après 3 jours de comas.

Le 2 décembre, Zineb Redouane qui avait reçu la veille une grenade en plein visage alors qu’elle fermait la fenêtre de son domicile, décède à l’hôpital. Le 5 Mai, pour les 6 mois des effondrements, 9 minutes de silence furent organisées, incluant Zineb Redouane aux morts de la rue d’Aubagne.

Effondrement et événement

Dans le podcast d’une émission consacrée à la collapsologie et l’effondrement en octobre 2018, Raphaël Stevens revient sur la distinction entre effondrement et « événement ponctuel ». À ses yeux l’effondrement est plutôt un « enchainement d’évènements catastrophiques sur fond de changements progressifs non moins déstabilisants ; ça veut dire qu’on se situe dans des systèmes complexes ou les causes et effets ne sont pas simplement compréhensibles par des logiques cartésiennes, quantitatives ». Il évoque alors l’importance des dimensions émotionnelles, la phénoménologie de ce processus d’effondrement. C’est l’une des choses qui m’a frappée, dans les jours et semaines qui ont suivi les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne : la dimension sensible de tout ce qui était venu profondément modifier le rapport à ses propres murs, ses fissures, l’observation du bâti et de la ville autour de soi, pour des tas d’habitant.e.s du centre ville avec lesquel.le.s j’échangeais à ce propos.

L’importance aussi de l’expression publique d’émotion. D’abord cette « marche blanche » du samedi qui a suivi, sous le signe explicite de la « tristesse » silencieuse et quasiment sans banderoles, pendant laquelle un balcon s’est écroulé. Puis cette « marche de la colère » du 14 novembre, théâtre de violences policières ayant auguré ce qui allait se donner à voir partout comme déchainement de colère, avec le premier acte du mouvement des gilets jaunes à l’échelle nationale le 16 Novembre. La dimension locale de l’expression de colère dans la rue à Marseille s’est articulée autour des mobilisations contre le logement indigne.

Et puis ce processus enclenché par les effondrements : l’ « épidémie » d’arrêtés de péril, d’évacuations, de délogé.e.s. L’in-gestion de « crise » jusqu’à l’indigestion par les autorités en charge de s’y coller, le rappel constant à l’ « incurie » de la mairie, aux multiples et complexes responsabilités engagées dans cette affaire.

Et, face à l’évidence de multiples formes de négligence et de mépris social vécues par les personnes touchées de très près par la tourmente, l’émergence de réponses, allant de la constitution de collectifs à la production rituelle venant scander les manifestations et « dates anniversaires » de la catastrophe.

Être affecté

Loin de conceptions positivistes, scientistes ou désincarnées, l’ethnologue Jeanne Favret-Saada a montré combien être affecté, être pris, non seulement ne constituait pas un obstacle à l’enquête, mais pouvait en être la condition même. De toute évidence, j’avais bien du mal à ne pas être envahie, et à dissocier mon regard d’anthropologue de mon regard d’habitante affectée par l’état de ma ville. Par l’exemplarité de cet état. Non pas au sens de spécifique et d’exemplaire, en la lisant comme l’une de ces « spécificités » locales dont Marseille aurait le chic et dont les clichés nous rebattent les oreilles. Mais plutôt comme l’avant-garde, la première ligne, de ce qui se jouait de manière bien plus globale en termes d’inégalités, de négligences et de mépris social dont sont l’aboutissement et le carrefour les désastres et catastrophes. L’observation de ce qu’ils produisent ou leur succèdent vient autant révéler les conditions les ayant rendu possible, que l’ouverture de possibles manières de faire face, et d’en éviter d’autres. Face à ces enjeux, cruciaux, l’anthropologie devait prendre sa part, et prendre part, avec ses outils, à ce qui se vivait ici et maintenant. Pour notre premier apéritif de l’année 2019 qui commençait, nous avons décidé avec mon amie Maud Saint-Lary Maïga qui se demandait « quoi faire », de débuter un terrain par des observations flottantes une demie-journée par semaine. L’opportunité d’une formation au son et à l’écriture sonore proposée par Mahé Ben Hamed à la fabrique des écritures du Centre Norbert Elias me donna la chance de rencontrer Mikaëla Le Meur.  Le collectif « Après l’effondrement » est né de notre intention commune de rendre compte de l’épaisseur, de la dimension sensible et tragique de ce à quoi nous assistions. L’effondrement, figure dominante des récits du futur qui peuple nos présents n’était pas devant nous : il avait déjà eu lieu.

Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977

Haruki Murakami, Après le tremblement de terre, 10/18, 2002


[1] Il a succédé aux camions de CRS auparavant là pour les mêmes raisons.  A quoi s’ajoutent les « 11000 heures de fonctionnaires mobilisés pour « sécuriser le chantier ». Des dizaines de camions de CRS et de fonctionnaires de police étaient  devenus l’un des ingrédients du paysage ordinaire autour de la place depuis plusieurs semaines, en réponse aux mobilisations et manifestations face à un projet de « requalification » qui a fait couler beaucoup d’encre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.