J’étaye, tu étayes, il étaye

Depuis le 5 novembre 2018, certains murs de Marseille tiennent debout grâce à la présence d’étais (voir photographie de une).

Dictionnaire Littré : étayer

1) Appuyer, soutenir par des étais. Étayer un mur.

2) S’étayer, verbe réflexif,

Se soutenir sur un étai, sur un bâton.

Se soutenir l’un l’autre.

Dans les quartiers du centre ville comme dans les quartiers périphériques, de nombreuses personnes ont été évacuées de leur logement ou de leurs locaux de travail du fait de la menace d’un “péril imminent” (on peut consulter la liste des arrêtés de péril, d’évacuation, ou d’interdiction d’occuper dans les différents arrondissement de Marseille sur le site internet de la mairie). Les travaux sur ces immeubles dangereux n’ont souvent pas commencé, mais des étais en métal ont parfois été posés en urgence par les services techniques municipaux pour pallier la fragilité des constructions. Ces murs menaçants sont également barricadés de grillages et encerclés de bordures de voirie en béton, afin d’éviter que les passant·e·s ne s’approchent.

Pour les psychologues qui accompagnent les personnes délogées, le traumatisme provoqué par la perte de son chez soi et l’incertitude sur l’avenir requiert également de mettre en place un “étayage“. Ce ne sont plus seulement les murs qui ont besoin de soutien, mais les humains. Souvent abîmés, voir effondrés, les corps et les esprits affectés par la situation dramatique de l’habitat indigne doivent eux aussi se reconstruire.

Au croisement du boulevard de la libération et de la rue Saint-Vincent de Paul, la boutique de livraison de pizza a fermé le rideau. La devanture flambant neuve a laissé la place à des étais de métal angoissants. Depuis plusieurs mois, le trottoir est impraticable, imposant à chacun·e un détour parfois dangereux par la chaussée fréquentée du boulevard. D’autres piéton·ne·s choisissent le trottoir d’en face.
Certain·e·s prennent le risque de franchir les barrières pour exprimer et interpeller les passant·e·s, en laissant une marque visible de la manière avec laquelle nous sommes affecté·e·s par la situation.

Une réflexion sur « J’étaye, tu étayes, il étaye »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.