Sur la notion d’évènement

“Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème.”

(Bensa & Fassin, 2002)

Aux yeux de nombreux·ses marseillais·e·s, le 5 novembre 2018 constitue un évènement important dans l’histoire contemporaine de leur ville, mais également dans leurs vies et leurs histoires intimes. Durant nos entretiens, nous avons rituellement débuté les échanges par la question suivante : “Vous souvenez-vous de votre journée du 5 novembre ?” Dans la majorité des cas, nos interlocuteurs et interlocutrices étaient capables de décrire tout ou partie du déroulement de leur journée, ainsi que le moment précis et la manière avec laquelle ils·elles ont appris que des immeubles s’étaient effondrés dans la rue d’Aubagne. L’évènement s’inscrit donc dans une histoire, personnelle et locale, qu’il marque “à jamais”.

Dans le cours ordinaire de la vie, les jours ont pourtant tendance à se suivre et à se ressembler et nos souvenirs peuvent se confondre sans que nous ne soyons en mesure de reconstituer leur chronologie précise. Ce n’est souvent que lorsqu’un événement marquant intervient, que des pensées et des souvenirs se fixent. La surprise et la nouveauté accentuent cet effet de rupture. Si des évènements sociaux peuvent être planifiés, d’autres en effet surviennent et frappent les personnes qui les vivent, comme le note le sociologue et anthropologue Roger Bastide, qui qualifie l’évènement comme :

« une coupure dans la continuité du temps. Il est ce qui prend une importance, soit pour nous (mariage, naissance d’un enfant, maladie, etc…) soit pour un groupe social (guerre, révolution, couronnement d’un roi), bref dans la continuité temporelle, ce qui nous semble suffisamment ‘‘important’’ pour être découpé, mis en relief et pouvoir être désormais, sinon commémoré, du moins mémorisé. Si l’événement n’est pas ‘‘construit’’ à l’opposé du fait (historique), du moins est-il ‘‘choisi’’ dans l’écoulement des choses parce qu’il sort de l’uniformité et qu’il touche notre sensibilité et notre intelligence » (Bastide, 1968 [2002] : 46).

Alors que le temps passe, imperceptible, continu, fluide, un événement fait date parce qu’il touche l’individu, ou le collectif, et qu’il provoque une “rupture d’intelligibilité” (Bensa & Fassin, 2002 : 8). Malgré l’apparente objectivité d’une datation et d’une qualification précise – jour J, heure H –, l’évènement est fortement lié à la subjectivité des personnes, car il repose sur la perception d’une rupture temporelle. Il apparaît “avec le sens qui est le sien à celui qui en fait l’expérience” (Lévy, 2006 : 10) et il est important de noter que ce qui fait évènement pour les un·e·s ne le fait pas nécessairement pour les autres.

Dans le cas des effondrements de la rue d’Aubagne, plusieurs entretiens témoignent de cette rupture temporelle, mais également d’une rupture dans la perception et la compréhension des situations, et ce à différents niveaux : que ce soit du point de vue des histoires personnelles, de la politique de l’habitat, des relations entre les citadins et les pouvoirs publics, ou de la manière dont vont dès lors être scrutés les murs et les façades de la ville, il y a un avant et un après 5 novembre.

 

Références :

Bastide Roger, 1968. « La connaissance de l’événement », in G. Balandier, R. Bastide, J. Berque, P. George (dir.), Perspectives de la sociologie contemporaine. Hommage à G. Gurvitch, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 159-168.

Bensa Alban & Eric Fassin, 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Lévy, Joseph J., 2006. “L’événement en anthropologie: de l’élémentaire au complexe”, in Olazabal I. & Lévy, J. J., L’événement en anthropologie, Concepts et terrains, Presses Universitaires de Laval, pp. 9-21


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.