Carnavalesque – quand la joie et la colère s’emmêlent – 10 mars 2019

La 20ème édition du carnaval indépendant de la Plaine – Noailles – Réformés a eu lieu le dimanche 10 mars 2019. Pour cette année, c’est un “carnaval exilé” et “hors le mur” qui a dû s’adapter aux bouleversements urbanistiques du centre ville de Marseille, la plaine étant fermée pour travaux et des rues de Noailles bloquées suite aux effondrements des n° 63, 65 et 67 de la rue d’Aubagne. Le carnaval a donné l’occasion de transcender ce contexte à la fois dramatique et conflictuel afin d’offrir aux marseillais·e·s un moment propice à l’explosion de toutes les émotions, en technicolor, avant d’accueillir la nouvelle saison : le printemps. Cette fête extravagante et un brin sauvage met en scène, sous une forme cathartique, la condamnation aux flammes du caramentran, personnification de tous les maux de l’année écoulée. En 2019 (comme d’autres fois par le passé), c’est le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, qui a incarné ce personnage détesté de tou·te·s les carnavalier·e·s et porté par la foule jusqu’au bûcher.

En contre bas de la place Carli, tournant le dos au conservatoire national, le caramentran de la saison : Jean-Claude Gaudin.
Un chevalier… de l’apocalypse carnavalesque ?
Sous “le toutou caressé par son maî-maître”, les dossiers du moment : la plaine, les effondrements de la rue d’Aubagne, les écoles etc.
Un déguisement de circonstance : des parois du mur de la plaine. Et derrière le mur, le soleil.
Le temps du procès, devant la foule colorée, prête à huer le caramentran et les arguments de la défense face aux accusations de Madame la procureure.
Malgré la succession des témoins de la défense, l’accusé a été déclaré coupable, lançant ainsi la procession jusqu’à la porte d’Aix où sont jugement l’attend : la foule lui réserve le bûcher.
La procession se lance au rythme de la batucada et des enfarinages.
Le bruit des tambours en écho à l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne ?
Il faut savoir jouer des poings.
Des machines infernales manipulées des humains à figure animale. “Haou Haou Haou.”
Masques et couvre-chefs de rigueur.
Embrigadés dès le plus jeune âge, les enfants font rôtir un cochon sur leur char.
On observe des dédoublements de personnalités.
Défiler lors du carnaval est une manière pour les habitant·e·s d’investir les rues et ruelles entre le quartier de Noailles et la place Jean Jaurès.
Les chars peuvent aussi délivrer des messages politiques : “Nous n’oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas. Nous ne lâcherons rien” – “Rue d’Aubagne – 5/11/2018”
“Enragé·e·s, Déterminé·e·s, Liberté” – Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal ont le droit à leur poupée.

Photographie de une : le bûcher du caramentran (Lucille Gallardo).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.