Sandrine Musso nous a quitté·e·s

Sandrine,
 
Cet été, tu nous quittées,
Un mois déjà et ta disparition nous laisse toujours sans voix.
 
Nous venions de publier avec toi un article dans la revue Urbanités,
Un dossier intitulé « Mourir en ville ». 
Ton dernier article probablement.
Tu avais dis « enfin ! »
Toi qui avait cet art de relier les expériences intimes
et les questionnements scientifiques,
Tu n’aurais pas manqué d’en relever l’ironie
et d’en faire une matière à penser.
 
Appréhender le corps souffrant comme un corps politique,
Telle était ta vision de l’anthropologie de la santé. 
Brutalement, la maladie s’est déclarée,
et tu as rattaché ta propre épreuve aux maux de l’université, 
À son système,
dont les dérives bureaucratiques ont si souvent alimenté
ton exaspération.
Toi qui croyais et qui luttais pour une université ouverte, 
Tu prenais plaisir dans la transmission des savoirs.
Auprès des étudiant·e·s, ton combat a été quotidien. 
 
Sandrine,
Tu as converti ton amour de Marseille et ta colère
face à ses tourments,
Pour nous rassembler dans ce petit collectif.
Pour toi, il fallait observer, rencontrer, penser la ville effondrée.
Alors toi, tisseuse de liens, tu nous as réunies, 
Alors toi, mère fondatrice, tu as donné naissance à notre trio.
Pour y mettre un peu de légèreté,
Nous l’avions baptisé « les effondrées ».
Ton humour, ton inspiration et ton intelligence ont nourri
nos échanges, 
Sur les cuisines de l’enquête,
De l’ethnographie aux questions théoriques, 
Pour revendiquer, disais-tu, une anthropologie publique.
Nous garderons en mémoire la douceur de ces moments où,
Avec toi, nous avons arpenté Marseille,
À la rencontre de celles et ceux qui avaient quelque chose à dire
sur les effondrements,
À observer, photographier, prendre des sons,
Écouter la ville et ses habitant·e·s  mobilisé·e·s, excédé·e·s,
délogé·e·s.
 
Sandrine,
Tu n’étais pas qu’une anthropologue marseillaise,
Tu étais une anthropologue dans la cité,
Une anthropologue engagée. 
 
Nous pensons à tes filles, ta sœur, ta mère, ta famille,
tes ami·e·s, tes collègues. 
Toutes celles et ceux qui ont eu la chance de te croiser
sur leur chemin.
 
Ton esprit fin et taquin,
Ta joie de vivre et de partager vont nous manquer. 
 
Tu nous manques déjà.
 
Maud Saint-Lary et Mikaëla Le Meur
Tes amies « les effondrées »
 

Marseille, le 5 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.