A-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne?

A écouter sur France culture : À-t-on tiré les leçons des effondrements de la rue d’Aubagne ?

Pour répondre à cette question fondamentale, Emmanuel Laurentin a invité trois experts : Karine Bonjour auteure de Rue d’Aubagne. Récit d’une rupture ; Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé Pierre et Guillaume Vuilletet, député LREM de la deuxième circonscription du Val-D’oise, auteur du rapport Simplifier les polices de l’habitat indigne. Promouvoir l’habitabilité durable pour tous.

Bien sur, la question de l’habitat insalubre est au cœur des échanges. On parle de Marseille et aussi de ce qui se joue à l’échelle nationale. Karine Bonjour rappelle l’importance de mesurer la rupture (c’est dans le titre de son livre) que représente le drame du 5 novembre 2018 qui a suscité une mobilisation citoyenne, une production “incroyable”, “foisonnante” et spontanée de la part des habitants de cette ville. A Marseille, “rien ne sera plus jamais comme avant” dit-elle. Un constat que nous (les auteures de ce blog) avons fait avec les mêmes mots rapidement après avoir commencé notre démarche ethnographique à Noailles et dans le centre marseillais. Rien ne sera plus jamais comme avant : avant les effondrements, avant les milliers de délogé.e.s (près de 4000 selon de collectif du 5.11)

Pour autant comme le rappelle Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre les sonnettes d’alarme concernant le logement insalubre ont été tirées depuis belle lurette à Marseille. Que ce soit le rapport Nicol qui fait état de 40 000 logements “potentiellement indignes” présentant “un risque pour la santé ou la sécurité de quelques 100000 habitants”, ou de la part de nombreux collectifs marseillais. C’est un point essentiel qui nous rappelle cette impensable réalité : “il est possible de mourir dans la deuxième plus grande ville de France simplement en dormant chez soi”, affirme avec force Liliana Lalonde, mère de Julien, mort dans les effondrements de la rue d’Aubagne (cf. son témoignage). C’est, comme le suggère Christophe Robert, “le symptôme de la crise du logement” qui conduit des personnes à faire le choix, ou plutôt à être contraintes, d’aller habiter dans des logements insalubres parce que le marché n’offre rien, ou si peu.

Le député pointe la diversité des situations de logements indignes, qui selon lui, sans les excuser, expliquerait l’inaction des pouvoirs publics. En ligne de mire, se sont les multiples procédures activées par les pouvoirs publics en fonction des cas. En résulte une grande complexité (parce que les responsabilités sont nombreuses) qui conduirait à l’inaction. Il ne faudrait toutefois pas se cacher derrière le spectre de la complexité pour oublier ce qui est en réalité à Marseille, l’indigence et l’incompétence des services supposés fournir des experts, en somme “l’incurie municipale et préfectorale” martèle Karine Bonjour. L’immeuble qui s’est effondré le 5 novembre avait été évacué un mois auparavant et des experts municipaux avaient assuré, après les soient disant travaux de rénovation, que les occupants pouvaient désormais regagner leur logement.

L’incurie, ce mot répété depuis un an pour qualifier les pouvoirs publics, nous l’avons entendu et il raisonne aujourd’hui chez tous ceux dont le logement inquiète, et qui savent pourtant qu’en tirant la sonnette d’alarme, tout ce qu’ils risquent est d’être évacué de chez eux, en logement temporaire. Mais un temporaire qui dure… Le député indique qu’un numéro a été mis en place. Si votre logement fissure, vous pouvez appeler le 0806 706 806. Des experts vous renseigneront sur la marche à suivre. C’est déjà quelque chose, sauf que comme le rappelle le représentant de la fondation Abbé Pierre, “un numéro c’est bien, c’est important, mais ce qu’il faut, ce sont des capacités d’action”. C’est bien d’avoir la marche à suivre, c’est encore mieux que les problèmes soient pris à bras le corps : des permanences juridiques pour les occupants des logements insalubres, des visites sur les sites, un accompagnement des ménages, une vraie mesure des conséquences juridiques des constats qui sont faits. Le problème marseillais ne se résume pas à 400 personnes dans les logements temporaires comme l’affirme le député, ni même à 3500 personnes délogées dans toute la ville (certaines ayant trouvé par elles mêmes leur solution) mais à bien plus, puisque le problème est systémique. Quand on réquisitionne des logements d’urgence pour les délogés, ce sont les SDF qui pâtissent, et que dire de tous ceux qui, résignés, restent dans leur logement se demandant au quotidien si leur toit ne va pas leur tomber sur la tête?

Enfin, il est intéressant de prendre exemple sur d’autres villes qui ont pris à bras le corps le problème des logements identifiés comme inhabitables. Paris l’a fait en imposant des travaux de rénovation, mais celle ci n’est pas sans effet sur la redoutable gentrification qui exclut depuis le début des années 2000, les ménages les plus modestes hors de la capitale. Ainsi, face à ce spectre contre lequel s’insurgent tous les habitants de Marseille, l’intervention des pouvoirs publics en la matière doit être associée à des actions en faveur de l’accessibilité des centres urbains, termine le représentant de la Fondation abbé Pierre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.