Après l’effondrement

Notre intention est de constituer des archives du présent des multiples manières d’habiter Marseille après les effondrements de la rue d’Aubagne (5 novembre 2018). Anthropologues et habitantes du centre-ville marseillais, nous souhaitons apporter notre contribution à la mosaïque d’initiatives citoyennes qui ont vu le jour depuis cet évènement.

Nous souhaitons avec ce carnet :

  • Réunir et rendre accessible des récits, documents, images témoignant de mobilisations et d’expériences vécues dans la ville de Marseille après cette catastrophe.
  • Produire une matière avec les outils de l’anthropologie qui puisse éclairer un ensemble d’enjeux liés à cet événement.
  • Rendre compte de notre démarche de collecte et de recherche, en bref de sa “cuisine”.
  • Contextualiser les archives rassemblées et les mettre en résonance avec les réflexions issues des sciences sociales.
  • Créer une navigation dans les archives à partir de mots-clés issus du terrain, qui donneraient à voir des fragments bruts de nature différente : documents sonores, images, extraits d’entretiens, liens vidéos etc.

Ce carnet ne s’inscrit pas dans le cadre d’une recherche académique, financée, portée par une institution. Il s’agit pour nous d’un travail “à côté” qui procède par tâtonnements, explorations et expérimentations. Il participe d’un mouvement d’anthropologie publique, dans la cité.

 

Mikaëla Le Meur

Sandrine Musso

Maud Saint-Lary


Une réflexion sur « Après l’effondrement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.